Après deux mois de mobilisation des gilets jaunes, les témoignages de manifestants mutilés s’accumulent. Mises en cause, les LBD, un lanceur de balles en caoutchouc et son utilisation par les forces de l’ordre.

Au 15 janvier 2019, étaient recensés 94 blessés graves parmi les gilets jaunes et les journalistes, dont 69 par des tirs de lanceurs de balles de défense. Au moins quatorze victimes ont perdu un oeil. Une répression d’un niveau sans précédent ces dernières années en France.

Voir le recensement intégral des blessés ici

Le LBD est un terme générique, qui définit les armes non létales (à plus de 25m) lançant des balles en caoutchouc, aussi appelées « gomme-cogne ». Les premières armes de ce type ont été inventées dans les années 1990. Leur usage a été étendu aux policiers de la BAC (Brigade anticriminalité) en 1995, puis en 2000 aux policiers de proximité.

Le LBD 40 est un fusil qui se porte à l’épaule, car muni d’un viseur, et dispose d’une portée plus longue pour projeter ses balles semi-rigides de calibre 40 mm. Une note datant de 2014, signée par les directeurs de la police et de la gendarmerie, indique que le LBD 40 « permet la neutralisation à distance d’un individu dangereux pour autrui ou lui-même », par un tir avec « un fort pouvoir d’arrêt jusqu’à une distance maximale de 50 mètres, avec des risques lésionnels plus importants en deçà de 10 mètres.»

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine