Le 25 janvier dernier avait lieu le conseil municipal de Saint Nazaire. Parmi les points abordés, l’attribution de subventions associatives pour 11.777.687,60 €.

A noter que si le compte rendu du conseil municipal est disponible sur Internet, ce n’est pas le cas de la liste des subventions aux associations. On retrouve malheureusement ce problème de transparence dans les économies municipales et plus globalement institutionnelles chez de nombreux acteurs de la vie publique en France.

Saint-Nazaire est dirigée par une municipalité socialiste et tient à le rappeler en distribuant de l’argent à des associations communautaristes : près de 15.000 € d’argent du contribuable au total.

Ainsi, nous apprennent les délibérations, 14.650 € ont été attribuées à des associations communautaristes, idéologiquement voisines de la municipalité : le centre d’histoire du travail (5000€) Amitiés SN- Kribi [au Cameroun] (900€), Comité de solidarité Palestine (300 €), comité nazairien de soutien à la RASD, au Sahara Occidental donc (2800 €), groupe libre pensée (250€), 500 € pour la Ligue des Droits de l’Homme, 500 aussi au Mouvement de la paix – créé à l’origine par des communistes, proche maintenant des mouvements pacifistes d’extrême-gauche, 3100 € au MRAP, 800 € à l’association Initiative citoyenne accueil réfugiés et 500 € au planning familial.

L’opposition Rassemblement national a fait remarquer dans un communiqué que « symboliquement, les structures promouvant l’identité bretonne — l’école Diwan, le Centre celtique, le Bagad de Saint-Nazaire — ne sont pas autant aidées par la Ville, ce qui en dit long sur le choix de la majorité municipale : priorité aux associations communautaristes ». Cependant, la ville donne 1000 € à Skoazell Diwan, 4000 € à l’Office de la langue bretonne, 10.000 € au Bagad de Saint-Nazaire », soit 15.000 €, mais la forte subvention de l’Office de la langue bretonne n’est justifiée que par la partie nazairienne des Folles Journées.

Le Rassemblement national (RN) relève également que « la majorité s’obstine à l’organisation de votes en blocs lors de l’attribution des subventions associatives. De la sorte, le bon grain est mélangé à l’ivraie ». Il faut d’ailleurs ajouter à l’octroi de subventions communautaristes les aides régulièrement octroyées par la municipalité « à la mobilité internationale », dans des pays en développement. Cette fois, 800 € ont été octroyés à Camille Cheval pour sensibiliser à la sclérose en plaque en Nouvelle-Calédonie, Thaïlande, Birmanie et Mongolie, et 300 € à deux autres jeunes pour participer au 4L Trophy au Maroc.

Louis Moulin

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine