belfast2
sandy row

Depuis la fin des Troubles en Irlande du Nord, l’UVF, organisation paramilitaire loyaliste (dans le camp protestant donc) est accusée d’avoir assassiné 30 protestants. Ce qui en fait l’organisation criminelle la plus importante dans le pays, depuis le cessez-le feu qu’elle avait pourtant annoncé, en 1994, il y’a 24 ans.

 Le meurtre de Ian Ogle serait en effet le 30e meurtre d’un protestant par l’UVF – en tout cas par des individus identifiés comme en faisant partie. Alors que le cessez-le feu avait été annoncé en 1994 pour favoriser le processus de paix (qui mena aux accords du Vendredi saint) et pour en finir avec une guerre civile ayant déchiré les différentes communautés d’Irlande du nord, il semblerait que depuis, ce soit le trafic de drogue, le contrôle des quartiers, l’appât du gain, et les rivalités avec d’autres groupes loyalistes qui ait amené cette organisation à multiplier les actions criminelles.

En 2000 déjà, au moins sept personnes avaient été tuées au cours d’un conflit entre l’UVF et la C Company de l’UDA, de Shankill Road (voir notre article sur Johnny Maddog Adair).

En 2005, le gouvernement britannique avait déclaré ne plus reconnaitre le cessez-le-feu de l’UVF (qui avait dans les années 90 rendu des armes, neutralisé d’autres) en raison d’actions criminelles répétées. Au cours de l’été 2005, le gang a tué Jameson Lockhart (25 ans), Stephen Paul (28 ans) et Michael Green (42 ans) coup sur coup, pour des histoires de rivalité avec la LVF (Loyalist Volunteer Force). La même année, Craig McCausland (20 ans) a été tué par balle dans l’ouest de Belfast, 18 ans après que sa mère eut été violée et battue à mort dans un bar  loyaliste du nord de Belfast.

Avant le meurtre de Ian Ogle cette année, le dernier meurtre attribué à l’UVF, qui ne bénéficie plus, loin s’en faut, du soutien qu’elle eut dans la communauté loyaliste par le passé était celui de Bobby Moffett, lui même ancien membre du Red Hand Commando (organisation loyaliste proche de l’UVF pourtant). M. Moffett, 44 ans, avait été abattu en plein jour devant des centaines de personnes à Shankill, bastion loyaliste de l’ouest de Belfast, en mai 2010, alors qu’il allait rencontrer des membres de l’UVF afin de régler un différent.

A noter que suite au meurtre de Ian Ogle, le père d’une des victimes de l’UVF, Raymond Mccord, dont le fils a été massacré à coups de parpaing, en 1997, par un commando de l’UVF, a réclamé, qu’enfin, les principaux leaders de la communauté loyaliste d’Irlande du Nord réclament et encouragent à l’arrestation des dirigeants de l’UVF.

Qu’est-ce que l’UVF ?

L’Ulster Volunteer Force (UVF) est un groupe paramilitaire loyaliste d’Irlande du Nord, fondé en 1966, et qui a repris le nom d’une ancienne et prestigieuse milice unioniste, les Ulster Volunteers, dont une partie des membres, respectés par la communauté loyaliste, avait fait leurs armes notamment en France, dans la Somme, durant la Première guerre mondiale. Durant plusieurs décennies de troubles en Irlande du Nord, l’UVF, comme d’autres organisations comme l’UDA ou l’UFF, était considérée comme protectrice de la communauté protestante d’Irlande du Nord, notamment face aux actions menées par son pendant catholique et républicain, l’IRA.

Comme l’IRA, l’UVF sera un bras armé de la guerre civile en Irlande du Nord, et aujourd’hui, on impute à l’organisation – que la communauté catholique et républicaine a souvent accusé de collusion avec la police nord irlandaise et avec l’armée britannique – 450 morts.

Pour mieux comprendre ce qu’est le loyalisme en Irlande du nord, quelques articles réalisés par nos soins, ci-dessous :

Belfast. Une virée dans les enclaves chargées d’histoire de la ville [photos]

The Twelfth. Un 12 juillet à Belfast : Quand le peuple orangiste commémore la bataille de la Boyne [Reportage]

Belfast, années 90. Un Flamand raconte son expérience [ interview ]

Irlande du Nord. « Les évolutions seront lentes » [entretien avec François Vincent]

Pâques 1916. Dominique Foulon : « Je ne pense pas que l’insurrection ait été conçue comme un sacrifice par ses responsables » [interview]

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine