Dans le Loiret, un rappeur a été condamné par le tribunal de Montargis pour provocation au terrorisme. En cause, les paroles sans ambiguïté d’un morceau où il est question de vaincre les kouffar [NDLR : infidèles, mécréants en arabe]…

« Dieu fasse que les muslims l’emportent sur les kouffar »

Si le rap occupe de plus en plus de place sur la scène musicale française (il suffit de revisionner les dernières Victoires de la Musique pour s’en convaincre), il ne manque pas non plus de s’immiscer dans les tribunaux à intervalles réguliers.

Après l’affaire Kaaris/Booba, grotesque algarade aux multiples rebondissements et le cas de Nick Conrad avec son racisme anti-blanc, c’est au terrorisme islamique que le rap est cette fois-ci associé. Il n’aura échappé à personne que la relation entre ce genre musical et la religion musulmane n’a rien d’une nouveauté. La polémique de la venue (annulée par la suite) du rappeur Médine au Bataclan en 2018 en fut l’un des exemples les plus médiatisés.

La dernière histoire en date a donc lieu dans le département du Loiret. Un rappeur du nom de « TIF-RE » a mis en ligne au mois de février dernier un clip savamment intitulé « Fuck les tous ». Un morceau dans lequel son auteur semble avoir un souhait bien particulier : « Dieu fasse que les muslims l’emportent sur les kouffar » (à 2’02 » dans la vidéo ci-dessous).

« J’ai soif de crimes »

Le reste des paroles de « Fuck les tous » ne fait pas état de projets beaucoup plus rassurants de la part du rappeur :
« Fuck les tous frères, […] d’t’façons tout le monde va caner.
Je veux exploser des crânes, pas me divertir ou bien ricaner.
Je hais cet État, et leur justice, par eux j’suis cramé.
Rien à battre, moi c’est en enfer que j’veux pas cramer.
J’ai soif de crimes, j’ai envie de faire couler le sang
De tous ces satanés s’en prenant à des innocents.
[…] J’ai trop la rage, et je crois que ça se ressent. »

« Là c’est un appel à la guerre […] Lis bien le Coran »

Une entrée en matière dont la suite est à l’avenant, avec en prime une allusion à peine masquée aux égorgements dont les djihadistes sont les spécialistes :
« J’suis pas un mouton, moi j’suis un loup qui coupe des gorges.
[…] Là c’est un appel à la guerre, c’est pas Jul ou Booba.
L’Islam prône la paix, mais tu dois prendre les armes quand il le faut.
Lis bien le Coran, avant de me dire que ce que je dis est faux ».

Condamné pour provocation au terrorisme

Suite à la publication de ce clip ainsi que d’un autre intitulé « La haine » (décidément…), le parquet a considéré ces derniers  comme des provocations à commettre un acte terroriste et à prendre les armes contre l’État.

Pour ces paroles dont la teneur est des plus polémiques, le rappeur de 31 ans, un certain Bertrand T. résidant dans la commune de Pannes (Loiret), a été condamné par le tribunal correctionnel de Montargis pour provocation au terrorisme, port d’arme prohibé et usage de stupéfiants. Ce qui lui a valu une peine de deux ans de prison dont seize mois avec sursis et mise à l’épreuve de trois ans. Le tout assorti d’un mandat de dépôt. Par ailleurs, il a été relaxé pour la provocation à prendre les armes contre l’État.

Pour sa défense, Bertrand T. alias « TIF-RE » a sorti la carte de l’artiste incompris : « Regardez M6 et vous verrez ce que balancent les types ! C’est bien plus violent que moi, mais ça ne veut pas dire qu’on veut imposer la terreur. Ce sont des chansons, des textes artistiques. »

Quant aux allusions à l’Islam faites dans son « Fuck les tous », « je ne pratique pas. Je ne me considère même pas comme musulman… », a-t-il expliqué au tribunal. Une justice dont le rappeur est un familier puisqu’il a déjà effectué plusieurs années de prison pour vols, usage de stupéfiants, violences, outrages. Des actes également commis au nom de l’art ?

Crédit photo : Capture YouTube
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine