La langue russe de plus en plus populaire en République tchèque et en Slovaquie

A LA UNE

Après deux décennies d’anti-communisme politique forcené lié à la volonté de distanciation et de légitimation d’élites politiques neuves et européistes, les Tchèques et les Slovaques seraient-ils prêts à rendre justice à l’Histoire et leurs racines slaves ?

Ou est-ce lié au regain d’influence de la Russie sur la scène internationale et même en Europe de l’ouest ? En tout cas, le nombre d’écoliers tchèques et slovaques qui apprennent le russe ne cesse d’augmenter.

En République tchèque, écrit le média russophone Prague Express, le russe est devenu la troisième langue étrangère enseignée dans les écoles primaires après l’anglais et l’allemand. En dix ans, le nombre d’écoliers qui apprennent le russe est passé de 9 100 (à la rentrée 2007) à 52 000 à la rentrée 2017. Dans le même temps, le nombre d’enfants de nationalité russe est d’environ 2 000 à la rentrée 2018, et il y a près de 6 000 enfants de nationalité ukrainienne. Dans les écoles primaires tchèques, il y avait, en 2017, 791 000 enfants.

Cependant, l’allemand reste la langue la plus étudiée, par 176 000 enfants (22 % du total), 48 000 de plus qu’il y a dix ans – ce qui s’explique tant par la proximité de l’Allemagne et de l’Autriche au nord, à l’ouest et au sud, que par les forts investissements allemands et autrichiens en Tchéquie depuis l’effondrement du bloc de l’Est et les perspectives meilleures – en termes d’emploi, de niveau de vie et de salaire – dans les deux pays germanophones.

La Slovaquie connaît une évolution assez proche – certes, les Hongrois y représentent près de 10 % de la population, notamment dans le sud du pays (Komárno). Il y a aussi de fortes minorités ukrainiennes, à l’extrême-est (Košice) et ruthène (Prešov). Cependant, les Slovaques sont nettement plus russophones que les Tchèques, et il y a aussi dans le pays de fortes diasporas d’Ukrainiens et de Biélorusses venus pour le travail. Près de 62 000 Slovaques – essentiellement des scolaires et des étudiants – apprennent le russe dans un cadre scolaire ; le pays compte 5,4 millions d’habitants.

Bratislava compte en outre une école russo-slovaque, où les cours sont faits dans les deux langues, et qui est considérée comme un établissement d’élite. À l’automne 2018, un centre « Russki Mir » (monde russe) a ouvert à l’université de Prešov, à l’est du pays. La ville abritait déjà le Centre des études russes, le principal établissement qui formait traducteurs et professeurs de russe en Slovaquie. 

LBG

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes. Il gifle une dame de 80 ans..son avocate veut qu’il fasse « un stage pour apprendre à gérer ses émotions »

Un individu de 34 ans était jugé en comparution immédiate cette semaine à Rennes, pour avoir giflé, mercredi 22...

Rennes. Le RN dénonce les ateliers « en non mixité » et les subventions publiques au festival néo-féministe « Dangereuses Lectrices »

Ces 25 et 26 septembre s'est tenu à Rennes un drôle de festival, ultra confidentiel, mais subventionné par la...

Articles liés