Plus le temps passe, plus il sera difficile pour le gouvernement de faire passer son projet de diminution du nombre des parlementaires. Les futures victimes – les députés dont on va supprimer les circonscriptions – commencent à se rebeller.

Au cours des réunions organisées dans le cadre du « grand débat national », on entend tout et son contraire. Richard Ferrand (LREM), député de Carhaix et président de l’Assemblée nationale, parle d’une « injonction contradictoire » à propos de la diminution annoncée du nombre des parlementaires – 30 % ? « Quand le sujet vient dans les débats, il y a un consensus pour dire qu’il y a trop de parlementaires. Mais quand on explique que dans un département comme le Finistère, on passerait de 8 à 4 députés, c’est plus compliqué. Il y a donc un consensus pour qu’il y en ait moins mais jamais chez soi », observe Ferrand qui prévient toutefois qu’« il ne s’agit pas de renoncer » (Libération, vendredi 15 mars 2019).

Rappelons que la Bretagne compte 37 députés (5 dans les Côtes-d’Armor, 8 dans le Finistère, 8 en Ille-et-Vilaine, 10 en Loire-Atlantique et 3 dans le Morbihan).

Où supprimer les sièges ?

En ce qui concerne les députés, se pose la question : où supprimer les sièges ? Certains proposent de ne plus partir du nombre d’habitants, mais de prendre en compte les bassins de vie et le nombre des communes. D’autres notent que les besoins sont différents entre zones rurales et urbaines. On raconte également que chez les marcheurs « une vingtaine de collègues refusent de se faire hara-kiri parce qu’il seront les probables victimes du redécoupage de la carte électorale ». Mais aussi que le doute gagne plus largement les troupes : « Je pense que ça ne passe plus au groupe », souligne l’un d’eux. Dans ces conditions, une seule solution : le référendum (Libération, vendredi 15 mars 2019).

Une certitude : la ruralité a tout à perdre avec la diminution du nombre des circonscriptions. On souhaite bien du plaisir au futur député qui héritera d’un territoire qui correspondra aux actuelles circonscriptions de Guérande et de Saint-Nazaire, par exemple ; il ne faut pas que les kilomètres l’effraient.

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V