On les appelle coupe-faim ou brûle-graisse, ils promettent une perte de poids rapide et sans frustration, qui n’est pas tenté de les adopter ? Cependant, au-delà des publicités séductrices et des témoignages avant/après convaincants, de nombreuses controverses planent au-dessus de ces compléments alimentaires amaigrissants. Voyons ensemble ce qu’il en est vraiment.

Comment agissent-ils sur l’organisme ?

Comme le souligne le site brule-graisse.net, les compléments alimentaires utilisés pour perdre du poids sont généralement fabriqués à base d’ingrédients naturels. Ce peut être des plantes, des fruits, des épices ou bien des acides-aminés, des vitamines et des minéraux. La formule du brûle graisse réunit généralement plusieurs ingrédients dont le but est d’accélérer le métabolisme de base.

Le métabolisme, c’est l’ensemble des processus chimiques qui ont lieu au sein de l’organisme afin d’assurer son bon fonctionnement. Au cours de la réalisation des différentes transformations, de l’énergie est consommée. Cette énergie est absorbée par le biais des nutriments présents dans notre alimentation, c’est la fameuse valeur énergétique d’un aliment, exprimée en calorie.

Plus le métabolisme travaille rapidement, plus il consomme de l’énergie et moins il stocke le surplus sous forme de masse graisseuse. Autrement dit plus vous stimulez le métabolisme, plus vous favorisez la perte de poids. Et c’est justement ce que se proposent de faire les brûleurs de graisse.

Brûle-graisse, coupe-faim, diurétique et thermogénique … comment ça fonctionne ?

On utilise le terme général de brûleur de graisse en référence à une gélule minceur qui permet de perdre du poids rapidement. Cependant ces produits sont élaborés avec plusieurs ingrédients dont les effets sur le métabolisme diffèrent des uns des autres.

La plupart d’entre eux ont une action coupe-faim. En réalité, ils n’ont pas d’effet direct sur le métabolisme mais ils permettent de réduire les portions et de supprimer les fringales. La plupart du temps il s’agit d’aliments riches en fibres comme le konjac ou le nopal. Les fibres sont capables d’absorber beaucoup d’eau et lorsqu’elles se gonflent dans l’estomac elles occupent ainsi l’espace vide. De cette façon, le cerveau enregistre une sensation de satiété.

Il y a également les aliments thermogènes qui, comme leur nom l’indique, permettent d’augmenter la température du corps. Cela aurait pour effet de favoriser la lipolyse, la fonte des graisses stockées. Parmi ces ingrédients on retrouve très souvent le piment de Cayenne et le poivre noir.

Enfin, certains ingrédients ont des propriétés antioxydants qui permettraient de favoriser l’élimination des graisses. Les agrumes comme le citron, l’orange ou le pamplemousse sont souvent utilisés à ses fins.

Le brûleur de graisse est un allié minceur

La plupart des brûleurs de graisse promettent une perte de poids spectaculaire en un temps record. Bien que certaines personnes affirment avoir perdu plusieurs kilos grâce à ce genre de produit, aucune étude scientifique ne vient appuyer ces témoignages.

Malgré le fait qu’il existe une certaine corrélation entre les brûleurs de graisse et la perte de poids, il ne faut pas oublier un principe simple de la diététique. Pour perdre du poids, l’apport énergétique doit être inférieur aux dépenses. Et pour que cela soit possible, ces deux variables doivent être tenues sous contrôle via une alimentation équilibrée et la pratique d’un sport. Sans cela, il est impossible de baisser suffisamment l’apport calorique et de générer la perte de poids.

A titre d’exemple, il faudrait consommer 9000 calories de moins pour perdre l’équivalent de 1 kg de masse graisseuse. Sachant que le besoin énergétique journalier d’une femme est d’environ 2200 calories et pour un homme 2500.

Si le brûleur de graisse est pris dans ses conditions, alors il pourra effectivement être considéré comme un allié minceur. Les propriétés coupe-faim permettent notamment de mieux gérer la diminution des portions et donc de baisser la quantité de calories absorbées.

Quant aux propriétés brûle graisse telles que la thermogénèse ou l’accélération du métabolisme, leur action reste à prouver. Bien souvent il faudrait ingérer d’énormes quantités afin d’en ressentir réellement les effets.

Des quantités tellement importantes qu’elles pourraient être nocives pour la santé. La caféine en est l’exemple typique : pour que ses propriétés brûle-graisse soient efficaces, il faudrait en consommer 500 gr par jour. Ce qui est bien évidemment bien au-delà de la quantité recommandée, au point de pouvoir être dangereux pour la santé.

Quels résultats peut-on espérer d’un brûleur de graisse ?

Ainsi, l’effet des brûleurs de graisse sur le métabolisme n’est pas miraculeux. Il ne peut en aucun cas être considéré comme une alternative médicale à l’obésité. En France, il existe d’ailleurs de plus en plus de pratiques chirurgicales comme la sleeve gastroplastie dont les résultats sont plus drastiques.

Les compléments alimentaires amincissants s’adressent aux personnes ayant peu de poids à perdre, dans le cadre d’un régime alimentaire équilibré et une activité physique régulière. L’un des brûleurs de graisse les plus connus, le PhenQ, promet par exemple de perdre 5 kg en 1 mois. Dans les conditions citées, il est tout à fait possible d’atteindre cet objectif.

Par contre, si vous ne changez pas vos habitudes alimentaires sur le long terme, vous reprendrez certainement aussitôt le poids perdu. Votre métabolisme a en effet besoin d’un certain temps pour s’habituer à ce nouveau rythme.

De la même façon, un régime ne doit jamais entraîner de perte de poids brusque. Lorsque le métabolisme est altéré trop rapidement, il a tendance à se délester de deux choses : de l’eau et des muscles. Autrement dit, non seulement vous ne perdrez pas de masse graisseuse, mais en plus vous compromettez sérieusement votre santé.

Le brûleur de graisse, comme n’importe quel complément alimentaire, doit être pris comme un allié et les résultats obtenus vont dépendre de vous.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine