Trois jeunes délinquants âgés de 15 et 16 ans, actuellement scolarisés à Rezé et Saint-Herblain, ont été confondus par les forces de l’ordre pour une série d’incendies de véhicules, mobiliers urbains et de haies dans la cité dite « sensible » du Château de Rezé, au sud de Nantes. La cellule de lutte contre les incendies de véhicules automobiles (Cliva), montée en mars 2013 au sein de la police avec cinq enquêteurs à plein temps, étendue aux feux de biens immobiliers en 2014, a prouvé une fois de plus son efficacité.

Nantes comptait en 2013 environ trente voitures brûlées par mois, en zone police – un chiffre qui n’a fait qu’augmenter depuis, même sans tenir compte des nombreux incendies lors des émeutes urbaines de juillet 2018 – dont le bilan n’a jamais été officialisé.

Deux des trois mineurs concernés ont reconnu avoir participé aux incendies du 14 avril dernier – des feux de haies et de poubelles rues Emile Zola, du Port au Blé et des Pictons ainsi que des épisodes délinquants précédents. Le troisième a reconnu avoir été présent sur les lieux de divers incendies, mais nie y avoir pris part. Les trois délinquants sont convoqués devant le juge des mineurs en octobre, et laissés libres jusque-là.

Le juge devrait avoir beaucoup de questions à leur poser : depuis trois mois les pompiers sont intervenus au Château de Rezé pour les feux d’une vingtaine de poubelles, sept voitures, cinq scooters et une cave.

LM

Crédit photo : [cc] Richard Hopkins, Wikipedia
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V