Breizh-info.com est un média ouvert et interactif. Il donne la parole à ses lecteurs qui se sentent l’âme de reporters. Cette fois-ci, c’est une internaute qui nous adresse un papier sur le Pèlerinage de Chartres, vu de l’intérieur. 

Cette nouvelle édition du pèlerinage de Pentecôte de Paris à Chartres a une nouvelle fois été une grande édition…

Grande édition par la taille, environ 15 000 pèlerins, tous plus jeunes les uns que les autres. Une moyenne d’âge très jeune dans les chapitres (groupes de pèlerins). Des chapitres toujours plus nombreux, 1 200 pèlerins étrangers courageusement venus de loin pour marcher sur nos routes françaises.

Grande édition par la capacité d’adaptation des services à se déployer au dernier moment à Saint-Sulpice, et non sur le parvis de Notre-Dame de Paris comme d’habitude, à pousser les limites du bivouac de Choisel et de Gas, à organiser plusieurs routes pour les chapitres enfants, familles et adultes, à servir toujours plus de soupe et de petit-déjeuner le matin avant le départ de la marche… D’autant qu’avec le nombre de pèlerins toujours croissant, c’est toujours un exploit technique de déplacer sur deux lieux, une ville comme Quimperlé sans qu’aucun incident majeur ne soit à déplorer.

Grande édition évidemment par sa dimension spirituelle, menée de main de maître par tous les acteurs, tant de l’organisation que du clergé, investis depuis un an pour la préparation de cette édition, avec la présence de Monseigneur Léonard, Primat de Belgique, de Monseigneur Christory, évêque de Chartres, et de nombreux prêtres issus des communautés traditionnelles.

Grande édition pour l’enjeu proposé : « la paix du Christ par le règne du Christ », sous les patronages de sainte Jeanne Beretta Molla, mère de famille, du bienheureux Frédéric Ozanam, fondateur de la société Saint-Vincent-de-Paul et des saints Louis et Zélie Martin, parents de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus.

pelerinage_chartres

Ces modèles ont permis aux pèlerins d’avancer sur les thèmes de la dignité de la personne, de la primauté du bien commun, et de la responsabilité tirés de la doctrine sociale de l’Église, avec une invitation à se former pour agir.

Crédit photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V