Le Pellerin : le dealer clandestin maghrébin casse tout chez ses victimes

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Dettes de stups, dettes de sang. Le proverbe s’est vérifié une fois de plus cet après-midi du 19 juin en correctionnelle. Un dealer d’origine marocaine, clandestin en France depuis janvier 2017 – ce qui ne l’empêche ni d’avoir un casier judiciaire long comme le bras, ni d’être trafiquant dans le quartier « sensible » de la Boissière au nord de Nantes – a tout cassé chez l’un de ses clients pour une dette de drogue.

Nabil S. a défoncé la porte le 17 juin dernier, mais aussi cogné au marteau sur le mobilier et sa victime, pour une dette de 200 € – ce qui correspondait à 5 grammes d’héroïne. Sa victime, un jeune homme actuellement au chômage, marqué par les stigmates de la « blanche », tente actuellement de se sevrer au Subutex. Agé de 43 ans, marocain d’origine, Nabil se dit domicilié chez une tante mais habite en fait à la Boissière.

Très fruste et onze fois condamné

Sans travail connu, il « deale de tout. Coke, héro, shit, crack, même du Subutex à 20 euros la boîte qu’il prend au Triangle [un lieu de réinsertion et de sevrage des toxicomanes] et revend. Comme ça il dit qu’il fait les démarches, et revend un produit qui ne lui coûte rien. » Les contribuables apprécieront. Le dealer consomme lui-même de tout, mélange à l’alcool. Il semble très fruste. « C’est une bête rude », confirme un proche du dossier. « Il consomme de tout et revend une partie. Il vit entre la Boissière et une pute à came, une fille qui consomme aussi au Pellerin et qui profite de sa présence pour avoir de la came gratis. »

Onze condamnations au casier, pas de domicile stable malgré une attestation de résidence rédigée à la va-vite par sa tante. Pour le tribunal ça ne fait pas un pli, s’il ressort, il va terroriser à nouveau ses débiteurs – la victime n’a pas osé se porter partie civile. Donc il est maintenu en détention, et renvoyé en correctionnelle… d’ici quelques mois. Ses victimes pourront dormir tranquilles.

LM

Crédit photo :DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Philippe de Villiers : « La France peut mourir ! »

Eric Morillot reçoit Philippe de Villiers pour son livre événement « Le jour d’après » (Éditions Albin Michel), actuellement...

De la Perse à l’Iran : 3 000 ans de civilisations

Dans les pas de la journaliste Samira Ahmed, une exploration de l’histoire de la Perse au travers de sa...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Deal de drogue à Nantes : la nourrice était payée 30 euros par jour

L'arrestation le 7 mai d'un dealer interpellé à la Bottière rue Paul Sabatier chez la nourrice - la personne chez qui la drogue était...

PME de la drogue : un business juteux

La lutte contre le trafic de drogue tient une place majeure dans l'engrenage qui a mené à la mort du policier Eric Masson à...

470 grammes de ketamine saisis à Nantes

Dans la nuit du 5 au 6 mai lors d'un contrôle routier à Nantes, les policiers ont arraisonné une voiture conduite par un couple...

Nantes. Il avait égorgé un clandestin dans le tramway en 2017 : l’auteur présumé devant la cour d’assises

Dans la nuit du 20 au 21 juillet 2017, un clandestin, Oussama Nadi, avait été égorgé dans le tramway à Nantes, près de la...