La moitié de la population d’Irlande du Nord ne se sent ni unioniste, ni nationaliste (républicaine)

A LA UNE

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

La moitié de la population d’Irlande du Nord ne se sent ni unioniste, ni nationaliste (républicaine), indique un récent sondage effectué à travers le pays.

Les informations proviennent de lenquête Life and Times Survey de 2018 sur les comportements sociaux en Irlande du Nord. L’enquête a été réalisée par Ark dans le cadre d’un partenariat entre la Queen’s University et l’Université d’Ulster. Au total, ce sont 1 201 adultes de plus de 18 ans qui ont été interrogés sur divers sujets, dont la politique, le système de justice pénale, les questions LGBT et l’avortement.

Une des questions était : « D’une manière générale, vous considérez-vous comme un unioniste, un nationaliste ou ni l’un ni l’autre ? »

Parmi les répondants, 26 % disent se définir comme étant unionistes, 21 % comme nationalistes et 50 % comme n’étant ni l’un ni l’autre. Les autres représentaient 1 %, tandis que les 2 % restants n’étaient pas connus. Les chiffres ont énormément évolué depuis l’étude inaugurale de 1998, dans laquelle 33 % des personnes déclaraient ne pas s’identifier à l’une ou l’autre des communautés, contre 40 % pour les unionistes et 25 % pour les nationalistes.

L’enquête de 2018 s’est également penchée sur la question selon le sexe, 31 % des hommes se considérant comme unionistes, contre 22 % de nationalistes. Les femmes sont 23 % à se revendiquer unionistes contre 20 % nationalistes et 55 % sans revendication de ce point de vue.

La question a également été abordée d’un point de vue religieux : 55 % des protestants se considèrent comme unionistes, 1 % nationalistes et 42 % ni l’un ni l’autre. Les sondés catholiques se sont désignés comme étant à 50 % nationalistes et à 48 % ni l’un ni l’autre, 0 % se considérant unionistes.

Les sondés ne se revendiquant d’aucune religion, à 64 % ne se reconnaissent dans aucun camp, tandis que 25 % se considéraient comme unionistes et 8 % comme nationalistes. Si l’on tient compte de l’âge, 25 % des personnes âgées de 18 à 24 ans se considéraient comme unionistes, 14 % comme nationalistes et 59 % ni l’un ni l’autre.

Dans la tranche d’âge des 25-34 ans, la majorité d’entre eux ne se considéraient ni l’un ni l’autre (53 %), contre 22 % d’unionistes et 21 % de nationalistes. Les 65 ans et plus est le seul groupe dominé par les unionistes (41 %), 38 % ne se considérant ni l’un ni l’autre et 19 % étant nationalistes.

Cathal McManus a participé au déroulé du sondage. Il a déclaré à la BBC que les résultats suggèrent que l’identité politique en Irlande du Nord est dans un « processus d’évolution et de changement ». « La grande question que cela soulève concerne l’impact politique que ce changement entraîne, ou non, selon le cas » a-t-il dit.

Pour lui, le sentiment d’aucune appartenance (nationaliste ou unioniste) résiderait également dans une forme d’apathie, de désintérêt pour la politique, ce qui permettrait encore aux traditionnels discours unionistes ou républicains de continuer à dominer l’espace politique, à l’heure actuelle.

Crédit photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Eric Zemmour à la présidentielle. Le dernier espoir politique des autochtones ? [L’Agora]

Je lisais récemment la tribune de Marc Desgorces sur Breizh-info.com au sujet de la possible candidature d’Eric Zemmour à...

Les deux Irlandes et la diaspora, La Pédocratie à la française, Les plus belles randonnées Bretagne, La fin d’un monde, La guerre des idées...

Les deux Irlandes et la diaspora, La Pédocratie à la française, Les plus belles randonnées Bretagne, Les nostalgériades, La...

Articles liés

Irlande du Nord : la justice déclare innocentes les victimes du massacre de Ballymurphy (1971)

La justice nord-irlandaise est revenue cette semaine sur le "massacre de Ballymurphy" en 1971, reconnaissant que les 10 victimes étaient toutes des civils innocents. https://www.youtube.com/watch?v=El0q6LB7noY Le...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les Français et les Bretons qui...

Les services secrets allemands accentuent leur pression sur les patriotes.

L’Allemagne est une République fédérale constituée de seize États. Chacun de ceux-ci dispose d’un Office de protection de la Constitution. Ces officines ont pour...

Irlande du Nord. 3 200 meurtres liés aux Troubles pourraient être prescrits judiciairement

Le gouvernement britannique envisage de modifier un élément de la législation de l'Accord du Vendredi Saint afin de protéger les vétérans de l'armée contre...