La moitié de la population d’Irlande du Nord ne se sent ni unioniste, ni nationaliste (républicaine)

A LA UNE

La moitié de la population d’Irlande du Nord ne se sent ni unioniste, ni nationaliste (républicaine), indique un récent sondage effectué à travers le pays.

Les informations proviennent de lenquête Life and Times Survey de 2018 sur les comportements sociaux en Irlande du Nord. L’enquête a été réalisée par Ark dans le cadre d’un partenariat entre la Queen’s University et l’Université d’Ulster. Au total, ce sont 1 201 adultes de plus de 18 ans qui ont été interrogés sur divers sujets, dont la politique, le système de justice pénale, les questions LGBT et l’avortement.

Une des questions était : « D’une manière générale, vous considérez-vous comme un unioniste, un nationaliste ou ni l’un ni l’autre ? »

Parmi les répondants, 26 % disent se définir comme étant unionistes, 21 % comme nationalistes et 50 % comme n’étant ni l’un ni l’autre. Les autres représentaient 1 %, tandis que les 2 % restants n’étaient pas connus. Les chiffres ont énormément évolué depuis l’étude inaugurale de 1998, dans laquelle 33 % des personnes déclaraient ne pas s’identifier à l’une ou l’autre des communautés, contre 40 % pour les unionistes et 25 % pour les nationalistes.

L’enquête de 2018 s’est également penchée sur la question selon le sexe, 31 % des hommes se considérant comme unionistes, contre 22 % de nationalistes. Les femmes sont 23 % à se revendiquer unionistes contre 20 % nationalistes et 55 % sans revendication de ce point de vue.

La question a également été abordée d’un point de vue religieux : 55 % des protestants se considèrent comme unionistes, 1 % nationalistes et 42 % ni l’un ni l’autre. Les sondés catholiques se sont désignés comme étant à 50 % nationalistes et à 48 % ni l’un ni l’autre, 0 % se considérant unionistes.

Les sondés ne se revendiquant d’aucune religion, à 64 % ne se reconnaissent dans aucun camp, tandis que 25 % se considéraient comme unionistes et 8 % comme nationalistes. Si l’on tient compte de l’âge, 25 % des personnes âgées de 18 à 24 ans se considéraient comme unionistes, 14 % comme nationalistes et 59 % ni l’un ni l’autre.

Dans la tranche d’âge des 25-34 ans, la majorité d’entre eux ne se considéraient ni l’un ni l’autre (53 %), contre 22 % d’unionistes et 21 % de nationalistes. Les 65 ans et plus est le seul groupe dominé par les unionistes (41 %), 38 % ne se considérant ni l’un ni l’autre et 19 % étant nationalistes.

Cathal McManus a participé au déroulé du sondage. Il a déclaré à la BBC que les résultats suggèrent que l’identité politique en Irlande du Nord est dans un « processus d’évolution et de changement ». « La grande question que cela soulève concerne l’impact politique que ce changement entraîne, ou non, selon le cas » a-t-il dit.

Pour lui, le sentiment d’aucune appartenance (nationaliste ou unioniste) résiderait également dans une forme d’apathie, de désintérêt pour la politique, ce qui permettrait encore aux traditionnels discours unionistes ou républicains de continuer à dominer l’espace politique, à l’heure actuelle.

Crédit photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Lannuon : 800 000€ a bellomzerioù-hezoug laeret ha yao d’an 9-3 !

E miz gouere 2020 e klaskas ur vandennad torfedourien laerañ 14 paledad a bellomzerioù-hezoug e takad greantel Pégase e...

Var. Des bénévoles des Restos du coeur démissionnent après avoir été menacés par des migrants

À Fréjus, les bénévoles de l'antenne des Restos du cœur ont collectivement quitté l'association, lassés de devoir apporter une...

Articles liés