Le Brésil remporte sa Copa America !

Le pays organisateur a fini le travail dimanche soir en s’imposant 3 buts à 1 face au Pérou au stade  Maracanã de Rio de Janeiro.

Si certains observateurs craignaient une partie à sens unique, comme lors de la victoire 5-0 du Brésil face à ces mêmes Péruviens en phase de poule, cette finale continentale fut bien plus disputée.

Caviars et pénaltys 

L’attaquant auriverde Everton avait pourtant ouvert le score dès le quart d’heure de jeu sur une reprise de volée suite à un centre millimétré de Gabriel Jésus. Mais, si les Brésiliens ont bien eu l’occasion de creuser l’écart, le Pérou égalisait cinq minutes avant la pause sur un pénalty transformé par Paulo Guerrero, sifflé à cause d’une main du capitaine de la Seleção, Thiago Silva.
Le public –un peu amorphe dimanche soir – du mythique stade  Maracanã n’aura toutefois pas attendu longtemps avant de voir ses favoris repasser en tête puisqu’une percée d’Arthur conclue par Gabriel Jésus leur redonnait l’avantage juste avant la mi-temps.

La pause n’a pas freiné les ardeurs des deux équipes qui se répondaient coup sur coup mais dont les tentatives manquaient souvent de précision.
Ce sont finalement deux faits de jeu qui concluront la rencontre :
Un carton rouge reçu par Gabriel Jésus pour un second carton jaune à la 70ème minute, ce qui avait relancé l’appétit péruvien, et un pénalty pour le Brésil à la 87ème minute pour une charge dans la surface de réparation.

Richarlison a donc marqué le 3ème but de son équipe, assurant ainsi l’obtention de la 9ème Copa America de l’histoire de la sélection brésilienne.

La VAR en acteur principal : ras-le-bol général !

La star argentine Lionel Messi s’en était violemment pris à la VAR après la demi-finale perdue par sa sélection face au Brésil puis à l’issue de la petite finale lors de laquelle il fut expulsé inexplicablement (victoire 2-0 de l’Argentine face au Chili). Il risque d’ailleurs une lourde suspension puisqu’il a tout simplement soupçonné la COMMEBOL, la confédération sud-américaine, de corruption et de favoriser le Brésil.

Le système d’arbitrage vidéo a encore suscité la polémique durant la finale.

L’arbitre de la rencontre y a eu recours pour confirmer les deux pénaltys tandis que le carton rouge adressé à Gabriel Jésus paraît lui aussi très sévère, c’est du moins le sentiment du joueur qui a fait ce que de nombreux amateurs de football rêvent de faire eux aussi depuis un an : cogner la machine à l’origine de tant de litiges !

Bolsonaro sur le podium

Le président brésilien Bolsonaro au milieu des joueurs de la Seleção

Décrié par les médias occidentaux, le président brésilien Bolsonaro fait en revanche l’unanimité ou presque au sein de la sélection brésilienne. Il fut même invité à brandir le trophée avec les joueurs !

Un trophée que n’a pas brandi Neymar, à nouveau blessé et absent lors de cette compétition et dont l’avenir semble plus flou mois après mois.

C’est un autre joueur du PSG de la saison écoulée qui a été désigné meilleur joueur du tournoi : Dani Alves, malgré ses 36 ans, a impressionné et devrait trouver un nouveau club sans difficulté puisqu’il a récemment décidé de quitter le championnat de France.

La prochaine Copa America sera organisée conjointement par l’Argentine et la Colombie en 2020.
S’il n’est pas suspendu, ce sera peut-être la dernière occasion pour Lionel Messi de décrocher un trophée majeur avec sa sélection, à domicile, dans une ambiance qui s’annonce d’ores et déjà exceptionnelle.

Crédit photo : DR
[
cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine