Devenir partenaire
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Comment Arkéa finance ses caprices avec l’argent des sociétaires [L’Agora]

Guirec Morvan, un lecteur, nous adresse un article à propos d’Arkéa. Nous le reproduisons ci-dessous :

En 2018, Arkéa a dépensé près d’un million d’euros en lobbying et autres activités de sponsoring. Une somme rondelette que les sociétaires auraient sans doute aimé voir allouée à autre chose.

Le sponsoring, dans le sport, a plusieurs utilités, lorsqu’on est une entreprise : se faire connaître, vendre sa marque, accompagner son développement, ou lisser son image. Cette technique, vieille comme le monde, le Crédit Mutuel Arkéa (CMA) n’a pas hésité à l’employer, en novembre 2018, lorsque le groupe a décidé de reprendre à son compte l’équipe cycliste chapeautée par la banque en ligne Fortuneo, l’une de ses nombreuses filiales. Il s’agissait, selon Ronan Le Moal, le directeur général de la banque bretonne, de servir le « très fort développement de ses activités tant en France qu’en Europe ». Et « amener de la chaleur autour de cette marque », désormais baptisée Arkéa-Samsic, dont on peut voir les maillots blancs sur les routes du Tour de France 2019.

Ce n’est pas la première fois que la filiale de la Confédération nationale du Crédit Mutuel (CNCM) a recours au sponsoring ou au naming ; l’an dernier, Arkéa signait ainsi un partenariat avec le club de rugby tricolore de l’Union Bègle-Bordeaux (UBB) pour la saison 2018/2019, et réussissait à accoler son nom à la désormais ex-Bordeaux Métropole Arena, temple des footballeurs de la préfecture de Gironde. Une activité soutenue, destinée à installer la « marque » Arkéa dans les esprits, alors que la banque bretonne et sa maison-mère sont en bisbille depuis des années maintenant. La raison ? Les désirs d’indépendance de la première, qui souhaite sortir du giron de la CNCM. Et se faire appeler « Arkéa », notamment, sans avoir à y adjoindre la « marque » Crédit Mutuel.

Dans cette petite guerre, le Crédit Mutuel, justement, vient semble-t-il de remporter une bataille importante. Le tribunal administratif de Rennes a estimé, dans une décision rendue le 24 juin dernier, que la filiale de la CNCM n’avait pas « le droit de proposer des services bancaires et financiers sans utiliser les termes Crédit Mutuel », a fait savoir la Confédération nationale dans un communiqué, alors que la banque bretonne espérait changer sa dénomination commerciale pour tout miser sur le nom Arkéa. Impossible, par conséquent, pour cette dernière, de continuer à bénéficier du statut mutualiste, très intéressant en période de crise par exemple. Seule l’activité de sponsoring, dans laquelle Arkéa s’illustre à merveille, peut admettre le raccourcissement du nom.

Si le CMA s’est ainsi félicité, dans un communiqué, de pouvoir « poursuivre ses actions de communication institutionnelle sous la marque Arkéa », il serait intéressant de sonder les clients de la banque bretonne pour savoir ce qu’ils en pensent. Car, pour rappel, ces campagnes de sponsoring à tout crin coûtent bien évidemment de l’argent, prélevé dans les « caisses » de la banque, qui ne sert donc pas franchement ses clients. Ainsi s’interroge, par exemple, l’ancienne ministre Marylise Lebranchu dans les Echos : « Les dirigeants du Crédit Mutuel Arkéa dépensent beaucoup [d’argent et d’énergie] pour effacer le sigle Crédit Mutuel et imposer la marque Arkéa… Est-ce bien utile aux sociétaires ? N’est-ce pas un hold-up d’une marque construite par beaucoup de Bretons ? »

Les questions sont rhétoriques. Évidemment, non, la gesticulation des patrons d’Arkéa pour exister n’est pas une bonne solution. D’une part, parce que si indépendance il devait y avoir, le CMA aurait à payer la rondelette somme d’1 milliard d’euros, au minimum, « pour conserver ses positions et en acquérir d’autres face aux autres fédérations du Crédit Mutuel », explique celle qui plaide pour l’unité. Autrement dit : les dirigeants bretons feraient mieux de garder quelque pécule pour la suite, qui s’annonce extrêmement salée. D’autre part, il semble absurde de vouloir à tout prix s’évader de la CNCM, qui reste l’une des banques françaises les plus grandes et sûres, capable d’apporter « la sécurité de l’épargne [et] la certitude de la bonne gestion de son portefeuille ».

Plutôt que de dépenser des centaines de milliers d’euros en projets de lobbying — selon les chiffres de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, l’an dernier, Arkéa a lâché près d’un million d’euros pour vendre sa marque… – la banque bretonne pourrait observer sa devise et se mettre au service de ses clients. Une devise, et avant tout un esprit, qui ont contribué à faire du Crédit Mutuel la « banque préférée des Français ». 

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, 
dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

Ce sujet vous intéresse ?

Créez un compte ou connectez-vous sur Breizh Info et sélectionnez vos catégories favorites pour ne pas rater l'information qui VOUS intéresse.

Publicité

Soutenez Breizh-info

LES DERNIERS ARTICLES

Google

Economie

Google, Meta et Amazon génèrent plus de 60 % des recettes mondiales de la publicité numérique

Sociétal, Société, Tribune libre

Body shaming, ou la fausse sororité : les femmes sont bien pires que les hommes ! [L’Agora]

Culture & Patrimoine, Histoire

Cortés, la bande dessinée qui explique la disparition de la civilisation aztèque.

Culture, Culture & Patrimoine

L’extrême droite expliquée à Marie-Chantal, Seule à pied vers Jérusalem, La Corse une autonomie en question, La Tour et la Plaine, Guide de l’IA Générative : la sélection littéraire hebdo

Culture & Patrimoine, Patrimoine

A la découverte des Saints Bretons. Le 2 Mars c’est la Saint Jaoua

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

BREST, E brezhoneg, Local, Sport

Brest : “Arkea (…)” e vo anv ar stad nevez !

Découvrir l'article

Sport

Amaury Capiot (Arkéa Samsic) lance la saison de cyclisme en remportant le GP La Marseillaise

Découvrir l'article

Economie

Arkéa – CMB. Ronan Le Moal coûte cher : 5 millions d’euros

Découvrir l'article

Economie, Local

Breizh Ma Bro. Ouverture aux particuliers d’un fonds de relance pour les entreprises des cinq départements bretons

Découvrir l'article

Economie

CMB Arkéa : un sociétaire n’est pas un client comme un autre

Découvrir l'article

Economie

Comment faire pour que le CMB-Arkéa reste mutualiste ?

Découvrir l'article

Economie

CMB-Arkéa. C’est plus rigolo de faire joujou avec les start-up qu’avec les « petits » problèmes des sociétaires

Découvrir l'article

Tribune libre

Indépendance d’Arkéa : et les épargnants dans tout ça ? [Tribune libre]

Découvrir l'article

Tribune libre

Lettre ouverte à Monsieur Jean-Pierre Denis, président de Crédit Mutuel Arkéa (CMB)

Découvrir l'article

Economie, Tribune libre

CMB-Arkea. Jean-Pierre Denis le complotiste ? [Tribune libre]

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍