Michel BRELIVET, ancien Secrétaire de Circonscription R.P.R de Brest-Ville, nous adresse une tribune à propos de la politique d’immigration en RDC…qu’il propose d’appliquer à la France. Nous la reproduisons ci-dessous.

Mon sang n’a fait qu’un tour à la vision des images de « gilets noirs », certainement clandestins africains pour la plupart et donc, par définition, en situation irrégulière et illégale sur le territoire français, qui ont exigé de rencontrer immédiatement notre Premier Ministre, réclamé des « papiers » et occupé notre Panthéon national, après avoir dans les mois précédents occupé la Basilique de Saint-Denis, manifesté à l’aéroport de Paris contre Air France… La liste est sans fin de ces « incivilités » commises par ces « pauvres migrants » fuyant l’Afrique !

Sachez cependant que les « pauvres migrants » dont on parle tant font partie souvent des moins pauvres, des plus jeunes et des plus qualifiés ! Plus de la moitié de la population africaine (estimée à + d’1.2 milliard d’individus aujourd’hui et en croissance de 50 millions par an ! si… si vous avez bien lu le chiffre !) vit avec moins de 1 euro par jour et des centaines de millions d’autres avec moins de 3 euros… Impossible donc à ceux-là, ces « vrais pauvres », ces « oubliés », de payer des milliers d’euros aux passeurs et esclavagistes en tous genres ! Impossible pour eux de rembourser car pas « suffisamment productifs » ! Eux restent bien évidemment au pays ! Les « migrants » que ces O.N.G secourent en Méditerranée et ailleurs ne font donc qu’appauvrir, par leur départ, la situation économique et sociale de leurs compatriotes restés dans leur pays d’origine et enrichir les nouveaux esclavagistes soutenus directement ou indirectement par ces vertueuses O.N.G !

Impossible aussi de faire l’impasse sur le dernier rapport de la C.I.A (et autres rapports identiques commis par l’O.N.U) qui estime à plusieurs centaines de millions de personnes les candidats africains à l’émigration prêts à venir à la nage dans les prochaines années dans nos pays européens ! Il est donc totalement faux et illusoire de vouloir faire croire aux français que l’accueil « normal et nécessaire » de dizaines ou centaines de milliers de personnes permettrait de résoudre le problème et de s’en arrêter là quand on sait que ce sont des centaines de millions qui sont prêts à venir !

L’Afrique, dans la très grande majorité des pays, ne crée pas suffisamment de richesses pour compenser son suicidaire développement démographique. Contrairement aux idées reçues l’Afrique s’appauvrit de jour en jour, année après année, malgré les soutiens massifs des pays occidentaux depuis les indépendances… Les candidats à l’émigration sont donc légion ! CQFD… Mais ce problème est africain !

Après avoir créé l’appel d’air en Europe que ferons-nous ? On va les mettre où ? les loger où ? Les payer comment ? Les éduquer et les soigner par qui ? Les encadrer et les assimiler de quelle manière ? et cela bien sur, comme d’habitude, aux frais du contribuable français ou européen qui n’en peut déjà plus et qui n’arrive déjà pas (pour la France) à gérer ses + 8 millions de pauvres… (plus de 50 millions en Europe !)..

Je me suis permis de rêver et de comparer la situation française à celle appliquée maintenant en République Démocratique du Congo, où je travaille actuellement, et où le nouveau Président de la République, Monsieur Félix Tshisekedi, reconnu unanimement par la « communauté internationale » et très populaire dans son pays, a décidé de renforcer les contrôles aux frontières et la lutte contre l’immigration clandestine…

Le nouveau responsable de la « Direction Générale des Migrations (D.G.M – Immigration), Monsieur Roland Kashwantale Chihoza, vient d’expliquer le 15 mai dernier, à la Maison de France à Kinshasa, les nouvelles règles applicables à tout étranger présent en R.D Congo.

Certainement fatiguée de constater la présence aussi massive qu’illégale de ressortissants chinois, indiens, libanais et africains de tous pays qui pillent allègrement les richesses du pays et ne paient rien ou presque en échange, la R.D Congo a donné jusqu’au 15 juillet (soit 2 mois de délai) la possibilité aux ressortissants étrangers de régulariser leur situation…

Quelques mesures de bon sens que l’on aimerait bien aussi faire appliquer en France et en Europe :

  • Tous les étrangers désireux de travailler en R.D Congo doivent, au préalable, donc avant leur arrivée, obtenir une Autorisation de Travail délivrée par la Commission Nationale de l’Emploi (C.N.E.E). Cette Autorisation n’est pas automatique et n’est pas non plus gratuite. Elle a coûté à ma Société, pour mon cas personnel et tous frais compris, la bagatelle de plusieurs milliers de dollars en taxes et formalités…
  • Aucun étranger ne peut travailler un seul jour sans son Autorisation de Travail formalisée par sa Carte de Travail.
  • Pour obtenir la Carte de Travail, l’Employeur qui souhaite embaucher un étranger doit introduire un dossier complet auprès de la C.N.E.E. Ce dossier comporte obligatoirement : l’état nominatif du personnel étranger travaillant déjà pour l’Entreprise, un Projet de Contrat de Travail, le Curriculum Vitae du Candidat afin de justifier le recours à un Etranger. L’emploi local est une priorité ! Seuls les dossiers des étrangers hautement qualifiés et indispensables au pays sont acceptés ! Quoi de plus normal…
  • Par ailleurs, les étrangers qui viennent en R.D Congo doivent présenter la preuve d’une résidence individuelle et officielle par la production d’un contrat de bail ou d’un titre de propriété visé par le préposé de la D.G.M de la Commune de résidence ; Aucune pratique de colocation n’est tolérée…
  • Le Travailleur étranger doit avoir un compte bancaire local et fournir une Attestation Bancaire ou un Relevé Bancaire reprenant les opérations des 6 derniers mois… Il doit justifier de revenus suffisants et honnêtes pour couvrir son séjour en R.D. Congo
  • Les récalcitrants seront poursuivis et reconduits à la frontière la plus proche… « Désormais la R.D. Congo ne sera plus ce Far-West où les étrangers pouvaient facilement vivre sans pour autant se conformer à la législation en vigueur »…

Je n’écris pas sur le grand confort des prisons congolaises et les risques encourus par des français ou autres européens s’il leur venait l’idée complètement folle et saugrenue de manifester sur le Boulevard de l’Indépendance (30 juin) à Kinshasa pour réclamer des papiers en règle auprès du Premier Ministre congolais et d’occuper le Mausolée de Laurent-Désiré Kabila (Père de la Révolution), toujours à Kinshasa, pour faire valoir leurs « droits » après avoir pillé quelques belles boutiques et insulté la population locale…

Quant à l’obtention de la nationalité en Afrique… Un doux rêve pour les européens « de souche » qui y pensent et une impossibilité quasi totale dans les nombreux pays africains où j’ai travaillé car le Droit du Sang est en application presque partout…

Mais sans doute « certains » vont bien évidemment me dire que ce pays (la R.D. Congo) n’est pas vraiment démocratique et que, de toute façon, la France doit encore et toujours se repentir des innombrables fautes commises…

Même si ce sont nos « cousins belges » qui ont colonisé ce Congo ?

Alors, exemple à suivre ?

Michel BRELIVET

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, 
dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine