Nous l’entendons depuis des années : l’immigration serait une chance pour la France. D’ailleurs, les migrants seraient tous des médecins, scientifiques ou artistes en puissance.

C’est en tous cas le discours médiatique depuis de longues années. Yann Moix avait même osé dire que parmi les migrants afghans de Calais, certains connaissaient Victor Hugo « sur le bout des doigts ».

L’Afrique et le Moyen-Orient regorgent donc de génies, d’hommes talentueux et imaginatifs pouvant apporter à la vieille Europe la fougue qu’elle a perdue. Il faut en effet de la « fougue » pour découper un homme atteint d’une maladie de la peau.

Lundi, différents médias évoquaient en effet une sinistre affaire survenue au Burundi. Un jeune albinos a tout simplement été retrouvé démembré.

Dans ce pays, on croit en effet que certains organes des albinos apporteraient la richesse et ceux-ci sont donc utilisés au cour de rituels « magiques ». Un problème si important qu’une association, Albinos sans frontière, a été créée.

En Côte d’Ivoire, et plus précisément dans la ville de Daloa, des cas d’ulcères dus à un microbe aquatique ont été attribué à la violation d’un système totémique.

Divers pays du continent imaginent par ailleurs que des échecs à des examens ou dans des entreprises en tous genres sont les conséquences de mauvais sorts. De quoi enrichir plus d’un marabout (dont beaucoup sont maintenant installés en France).

Autre région autre croyance : la culture Ottomane considère que les blonds aux yeux bleus ont le pouvoir de nuire. Une amulette, le Nazar boncuk, est même censée préserver celui qui la porte du mauvais œil.

Stopper l’immigration avant le massacre 

Bien que colonisés pendant longtemps par les Occidentaux et désormais « connectés » à l’Occident grâce à la télévision et internet, les peuples africains ont conservé leurs traditions et leurs croyances.

C’est une bonne nouvelle pour eux comme pour nous : nous savons désormais que l’identité peut résister à une massive présence étrangère.

C’est aussi un signal d’alerte que la France et ses voisins doivent immédiatement prendre en compte sous peine de voir ses rues devenir encore plus sauvages qu’elles ne le sont déjà.

Le meurtre de la gare de Francfort comme les nombreuses affaires concernant des clandestins (ici ou par exemple) démontrent que nous avons déjà été frappés par cette sauvagerie.

Faut-il par ailleurs évoquer les méthodes de Boko Haram ? Il est désormais plus que temps de fermer le robinet. L’accueil de ces populations n’est pas possible.

Le risque est réel et les mesures doivent être prises de toute urgence pour éviter que le génocide rwandais soit un jour remplacé dans les manuels d’histoire par le génocide breton, alsacien ou parisien.

Comme conclurait Jacques Chirac, « et ce n’est pas être raciste que de dire cela »…mais la naïveté est un crime.

Alexandre.

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V