Marc Duzan a 40 ans. Il est grand reporter au Midi olympique, le bihebdomadaire de rugby le plus connu en France, depuis 2004. Il a par ailleurs pratiqué ce sport jusqu’à l’âge de 39 ans… À quelques jours du lancement de la Coupe du monde de rugby 2019, il publie un bouquin sympa, intitulé Histoires secrètes des Bleus à la Coupe du monde de rugby, recueil d’anecdotes et de moments vécus par les Bleus lors des Coupes du monde disputées, depuis la première en 1987.

Avec plus de 11 millions de téléspectateurs de moyenne lors de la dernière édition, le Mondial de rugby est devenu un moment incontournable du calendrier sportif. Depuis sa première édition en 1987, la Coupe du monde est parvenue à prendre une importance particulière dans le cœur des supporters français, le XV de France y ayant toujours bien figuré (3 finales en 1987, 1999, 2011).

Histoires secrètes vous propose une plongée inédite vers les coulisses de la compétition et les vestiaires des Bleus, loin des résultats et des comptes rendus de match. Pourquoi Pierre Berbizier n’a pas participé à la Coupe du monde 1991 ? Combien Richard Dourthe a gagné en pariant sur la victoire des Bleus contre les Blacks en 1999 ? Quel joueur français s’est retrouvé à poil dans un bar en marge de la compétition ? Ces « petites » histoires apportent un éclairage nouveau sur le parcours et la vie des différentes équipes de France ayant participé au Mondial. Toutefois, le rugby étant le sport collectif par excellence, il ne serait pas fair-play de passer sous silence les autres nations… C’est pourquoi une ouverture vers les autres équipes apporte une perspective mondiale au livre sous la forme de nombreuses anecdotes sur les Blacks, les Anglais ou les Boks…

Cet ouvrage sait prendre des directions inattendues et malgré une apparente légèreté du propos il permettra de redécouvrir de grands moments de l’histoire du rugby. Des histoires qui se picorent avec délectation.

Histoires secrètes des Bleus à la Coupe du monde de rugby – Marc Duzan – Hugo Sport – 18,95 €

Pour en parler, quoi de mieux que d’interroger Marc Duzan ?

Breizh-info.com : Comment avez-vous procédé pour récolter toutes ces anecdotes que vous racontez dans votre Histoires secrètes des Bleus ? Quel a été le point de départ de votre livre ?

Marc Duzan (Midi Olympique) : Le point de départ du livre est une discussion banale avec mon rédacteur en chef, Emmanuel Massicard. On se targuait de connaître un million de petites histoires et anecdotes qui, à notre sens, n’avaient jamais été contées au grand public. Afin de les recueillir, je me suis d’abord servi de ma mémoire, des rencontres et reportages réalisés au fil de 15 ans de journalisme et surtout en appelant et rencontrant une cinquantaine de témoins et acteurs de chaque Coupe du monde, de Serge Blanco à Imanol Harinordoquy en passant par Frédéric Michalak.

Breizh-info.com : Entre 1987 et 2019, qu’est-ce qui a changé, fondamentalement, dans le rugby ? Qu’est-ce qui était mieux avant ? Qu’est-ce qui est mieux maintenant ?

Marc Duzan (Midi Olympique) : Ce qui a changé ? Le rapport aux hommes, d’abord. Le professionnalisme a élevé des barrières entre les acteurs et le public, les médias. La communication a pris une place importante et, bon an, mal an, aseptise un sport pourtant né d’une désobéissance, d’une effronterie. Ce qui est mieux, en revanche : la qualité du jeu, la lente disparition des temps morts, les stades pleins, la fin d’un championnat violent.

Breizh-info.com : Quelles sont les personnalités du rugby français qui vous ont le plus marqué en tant que journaliste spécialisé et pour quelles raisons ?

Marc Duzan (Midi Olympique) : J’ai été marqué par beaucoup de rugbymen au fil de ma carrière. Parmi ceux-là, je retiendrai le Sud-Africain Joe van Niekerk, ancien Springbok, glorieux capitaine de Toulon dans les années 2000, ayant choisi de tout plaquer pour intégrer une communauté hippie dans la jungle costaricaine. Des revirements tels que celui-ci  je n’en avais jamais vus…

Breizh-info.com : Pourquoi est-ce que votre livre n’a pas de conclusion ? (Question peut-être idiote, mais je me la suis posée…)

Marc Duzan : Il n’a pas de conclusion, en effet. C’est une compilation d’anecdotes, un truc qui se picore au gré du temps et de l’humeur. Il n y a ni début ni fin…

Breizh-info.com : Quelle a été pour vous la plus belle Coupe du monde de rugby vécue, et pour quelles raisons ? Et votre plus beau souvenir autour de l’équipe de France ?

Marc Duzan (Midi Olympique) : Mon plus beau souvenir autour de l’équipe de France reste sans conteste la finale du Mondial 2011, en Nouvelle-Zélande. Au pays des All Blacks, face aux invincibles, les Bleus avaient réalisé un match époustouflant et ne meurent qu’au gré d’un arbitrage un peu… bizarre par moments.

Le plus beau Mondial est toujours celui à venir, pour quiconque aime le sport et regrette que les Coupes du monde ne soient finalement disputées que tous les quatre ans.

Breizh-info.com : Justement, qu’aimeriez-vous devoir écrire sur la Coupe du monde 2019 qui se profile à l’horizon ?

Marc Duzan (Midi Olympique) : Pour celle à venir, j’aimerais pouvoir écrire que Wesley Fofana, en finale de la Coupe du monde et face à l’Angleterre, a traversé le terrain à la dernière seconde pour offrir au XV de France son premier titre mondial.

Propos recueillis par YV

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V