Près de 700 foyers situés dans le quartier Talensac, à Nantes, ont été privés de gaz plus de 24 heures après le déclenchement d’une alarme sur un poste de répartition de gaz situé en face du lycée Saint-Stanislas, rue Bellamy. Ironie de l’histoire : c’est historiquement le quartier de Nantes où le gaz était le plus présent qui en a été privé.

Le poste répartiteur se trouve en effet à l’emplacement des anciens gazomètres de l’usine à Gaz, elle-même située de l’autre côté du quartier, sur l’actuelle emprise d’Enedis le long de la rue Jeanne d’Arc, en bas de Talensac. C’est peut-être aussi la raison pour laquelle le marché de Talensac n’a pas été touché : il est branché comme la rue Basse-Porte sur le poste situé dans l’emprise d’Enedis.

Le poste rue Bellamy a été vandalisé : « la porte a été ouverte et le ou les vandales ont tapé dedans au jugé, ce qui a déclenché une alarme et la coupure du réseau à 3h du matin » ce 19 septembre, explique un employé de GRDF. Puis vers 3h20 les employés du gaz sont venus couper un à un tous les abonnés du quartier touché : c’est-à-dire la rue de Bel-Air sur toute sa longueur, le bas de la rue Jules Polo, la place Saint-Similien, la rue Léon Jamin et ses commerces, la rue Talensac – hors le marché, la rue Brizeux, la rue Frédureau, et la rue Bellamy de l’origine jusqu’au croisement de la rue Molac.

Des professionnels impactés

« Si le but du vandalisme c’était de couper le marché de Talensac, le ou les vandales auraient fait la Une », relève un proche du dossier. « Au moins c’est rassurant, ils n’ont pas la carte des postes de gaz. Mais pour une attaque au jugé, c’est hélas inquiétant : certains abonnés ont été privés de gaz plus de 24 heures et les professionnels n’ont été rétablis que hier soir ». Parmi les professionnels de la place Talensac, seul le Flam’s, dont les fours fonctionnent à l’électricité, n’était pas impacté. D’autres ont du fermer à midi, ou s’équiper en urgence de plaques électriques.

Les vandalismes de postes de gaz sont « très rares » à Nantes et sur le réseau de distribution de gaz en général, mais ils existent. Dans la nuit du 5 au 6 décembre 2017 8 postes de répartition de gaz ont été ciblés en Ariège, Gers, Haute-Garonne et Tarn-et-Garonne, impactant plus de 2000 abonnés. Les vandales y pénétraient, coupaient l’arrivée du gaz puis ensablaient les vannes positionnées à 80 cm de profondeur dans les regards, ce qui empêchait de rétablir l’alimentation en gaz. En décembre 2016 c’est le poste de gaz de l’usine d’incinération de Passy, près du Mont-Blanc, qui a été volontairement incendié, ce qui a paralysé le fonctionnement de l’usine.

Louis Moulin

Crédit photo : Cjp24/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine