Irlande. Un village et 1500 manifestants contre l’accueil de migrants aux portes du Connemara

A LA UNE

« Là-bas, au Connemara » chante Michel Sardou, qui n’imaginait sans doute pas – tout comme les habitants d’un des plus beau coin de l’Irlande – que des migrants soient en passe d’être imposés à une population qui n’en veut manifestement pas.

Ainsi, ils étaient 1500 à manifester la semaine passée à Oughterard, porte d’entrée vers le Connemara lorsque vous venez de Galway, contre le projet des autorités d’ouvrir un centre pour migrants dans la commune. « Les gens n’aiment pas l’idée que des inconnus, qui pourraient représenter une menace pour leur sécurité, soient placés au hasard dans leur région, ils sont très fiers de leur région, de son patrimoine et du travail qu’ils ont accompli pour en faire un endroit si merveilleux » explique Chris Faulkner, militant pour la démocratie directe et qui décrit les raisons de la manifestation :

« Ce gouvernement a clairement un plan de route piloté par l’Union Européenne, qui consiste à accepter autant de réfugiés qu’il le peut dans notre petit pays en difficulté. Pendant ce temps, le nombre d’enfants sans abri atteint des niveaux records et notre système de soins de santé est en train de s’effondrer ».

Le système de santé et d’hébergement en Irlande connait en effet une crise sans précédent, notamment dans les principales villes, en raison de prix de l’immobilier totalement dingues. Et Chris Faulkner de conclure : « Oughterard n’a aucun problème avec les refugess. Les habitants ont cependant un problème avec les choses qu’on leur impose et l’inconnu qu’on place dans leur maison. Les gens ont des questions et l’État doit maintenant y répondre ! »

A Oughterard, ce sont à peine 1300 âmes qui résident, tandis que ce sont 200 à 250 migrants qui pourraient être accueillis, dans un futur proche, dans un ancien hôtel désormais fermé du village (le Connemara Gateway Hotel). Le ministre de la Justice; Charlie Flanagan, a toutefois appelé les habitants « à la raison », expliquant qu’aucune décision définitive n’avait été encore prise, tandis que la presse mainstream locale, comme partout en Europe, cherche à stigmatiser les opposants à l’accueil de migrants, via les qualificatifs habituels (repli, extrême droite, intolérance …)

En attendant, c’est tout un village qui se mobilise contre l’accueil de migrants, et qui se relaie, 24h sur 24, devant l’hôtel, pour empêcher les autorités, qui n’ont encore rien décidé manifestement, d’imposer à la population de nouveaux arrivants non désirés dans cette paisible bourgade d’Irlande qui ne veut pas voir son vivre ensemble totalement chamboulé par l’arrivée massive de migrants extra européens.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« Vivre ensemble » à Brest. Des policiers attaqués dans le quartier de Kérédern

La police n'effraie plus les voyous. A Brest, des policiers ont été attaqués, dimanche, en pleine journée, dans le...

Marsault, l’encre et le bazooka

Marsault, dessinateur humoristique et auteur de bande dessinée à succès, est l'invité de Livre Noir. Rare dans les médias,...

Articles liés