tourelle

Le gouvernement entend poursuivre sa politique de matraquage intensif des Français sur les routes . Son arme ultime : le radar tourelle. Ainsi, 1 200 radars tourelles seraient déployés pour la fin de l’année 2020. Actuellement 150 à 200 radars de ce type sont déjà déployés en France, dont un, à Plémet (22) qui vient de tomber.  Ce n’est pas une première en Bretagne.

Ce robot policier (il contrôle vitesse, mais aussi potentiellement assurance, dépassement, téléphone au volant). n’aura ainsi pas eu le temps de flasher beaucoup d’automobilistes entre Loudéac et Merdrignac sur la RN 164. Il a été manifestement découpé à la meuleuse, signe que tous les moyens seront bons chez certains usagers en colère pour mettre fin à cette politique répressive en matière de sécurité routière.

Une politique lucrative qui rapporte, si bien que lorsque 75% du parc était endommagé en juillet, la Sécurité routière a estimé un manque à gagner en contraventions à 300 millions d’euros depuis novembre 2018, date du début de la contestation sociale des Gilets jaunes, date à laquelle une grosse partie des radars de Bretagne et d’ailleurs ont commencé à être mis hors service.

Dans le Morbihan, un premier radar tourelle a été installé cette année à Locqueltas, sur la D778 où la vitesse est limitée à 70 km/h. L’appareil flashe dans les deux sens. Dans les Côtes-d’Armor, le préfet du département a prévenu que tous les radars vandalisés seront remplacés par ces appareils nouvelle génération. Deux zones seront particulièrement visées : la D14, entre Lamballe et Collinée, et la D165, entre Yffiniac et Moncontour. Enfin, près de la Baule, sur la route de Guérande, c’est près d’un passage à niveau où la vitesse est limitée à 70 km/h qu’un radar tourelle a été installé, en juin dernier.

Reste à savoir désormais si le gouvernement est prêt à créer une brigade policière spéciale pour faire des gardes permanentes devant les radars tourelles dans, plutôt que d’envoyer les policiers rétablir l’ordre dans les cités, et dans les centre-villes des métropoles en proie aux violences et aux trafics en tout genre. C’est tout de même en général plus facile de s’attaquer aux automobilistes !

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.