Nantes : 5 raisons de rénover en urgence le marché de Talensac

A LA UNE

Laurent Ryder : « La France compte plus de dix millions de joueurs et joueuses qui s’adonnent aux jeux vidéo »

E-sport, deviens le maître du jeu. Tel est le titre du livre de Laurent Ryder, aux éditions Dragon D'oc,...

Thierry Lentz : « Nous faisons tous du Napoléon sans le savoir » [Interview]

Thierry Lentz est le directeur de la Fondation Napoléon et enseignant à l’Institut catholique de Vendée. Il s'agit d'un...

Jean-Paul Gourévitch : « L’avenir de l’Union européenne ne se fera pas sans les Africains ni contre eux » [Interview]

La présence française en Afrique fait partie des tabous de l’Histoire. Depuis les indépendances, aucun pays d’Afrique francophone subsaharienne...

Julien Rochedy : « Lire Nietzsche est très intéressant au moment où l’Europe est en danger de mort » [Interview]

Julien Rochedy se présente comme « un retraité de la politique, jeune essayiste, combattant pour le futur et l’identité...

Anarchisme. En un an, la Bretagne est devenue un bastion de l’Union communiste libertaire

Un peu plus d’un an après son congrès fondateur du 10 juin 2019, l’Union communiste libertaire dresse un bilan...

La campagne des municipales a démarré à Nantes, mais curieusement, ce n’est pas sur l’insécurité galopante, les fusillades régulières ou l’usure des voiries que s’écharpent certains candidats, mais sur un projet de métro aussi fumeux qu’incertain. Pendant ce temps-là, le principal marché nantais, Talensac, est laissé à l’abandon. Voici cinq raisons qui plaident pourtant pour sa rénovation urgente.

1. La gestion des déchets

Avec un compacteur régulièrement en panne et un état de saleté, dehors et dedans, devenu banal, la gestion des déchets est le premier indicateur de l’échec patent de la ville de Nantes à y assurer la propreté – et ce bien que l’hygiène soit l’une des compétences historiques des mairies. Régulièrement en panne, le compacteur est non moins régulièrement remplacé par une benne ouverte et donc malodorante, qui attire mouettes, rats et frelons asiatiques.

À qui la faute ? Un peu au matériel acquis par la mairie, un peu aussi aux usagers – nous y avions vu il y a moins de 15 jours une femme de ménage balancer son seau et son balai. Le compacteur n’est censé accueillir que des déchets putrescibles. « Voilà pourquoi il est si souvent en panne, les gens jettent n’importe quoi dedans », commentait un agent de Nantes Métropole, lui aussi présent sur place et assistant à la scène.

Cependant, lorsque le compacteur est plein, ou en panne, ce sont les bennes qui sont remplies. Avec des déchets parfois putrescibles, alors que ces bennes – fermées – ne doivent recevoir en théorie que des cartons ou des caissettes. « Quand on compare le marché de La Baule, qui est aux normes, avec Talensac, c’est clair, on n’est pas du tout aux normes », avoue un commerçant. « Mais pour l’instant ça continue ainsi, malgré la taille franchement imposante des rats qu’on peut croiser parfois ». Selon nos informations, la mairie de Nantes aurait fait cependant dératiser et vider la cave – inutilisée – du marché.

2. L’usure générale du bâtiment

Il y a aussi beaucoup à dire sur le bâtiment du marché, pourtant restauré et mis aux normes en 2003-2004, il y a maintenant un quart de siècle. En bas du marché, face à la ville, le visiteur est accueilli par des marches au carrelage en grande partie écaillé. C’est le cas aussi pour les volées de marches intérieures. Plus haut, un néon tombé pendouille, au niveau d’une porte. Entre les bancs, de la rouille au côté droit d’un extincteur.

Les ragréages, régulièrement refaits, sont eux aussi à revoir. Tout comme l’état de l’alarme-incendie, propre à se déclencher toute seule, surtout en pleine nuit, quand personne ne répond à la mairie de Nantes – et que les pompiers eux-mêmes n’ont pas la clé du marché, ni du local du placier, pour la couper.

3. La propreté des auvents et des abords

Les riverains de Talensac l’ont remarqué : seuls sont nettoyés les terre-pleins, mais pas les rues avoisinantes, qui gardent leurs tapis de feuilles. Quant aux commerçants, ils constatent des lacunes évidentes dans le nettoyage sous les auvents. « Quand on s’installe, il peut y avoir de la pisse, de la gerbe, de la saleté, des tags. Ce n’est pas ragoûtant ». De facto, les murs de Talensac n’ont pas été nettoyés depuis longtemps – si bien qu’un tag, en haut de l’auvent du côté du lycée de Talensac, indique même d’autres tags à nettoyer (!) et ce depuis des semaines. Pis : l’état du plafond d’où pendent des toiles d’araignées et divers fils. Idem dans le marché où le plafond, comme les bâches situées au-dessus des bancs, mériteraient un bon coup de frais.

4. Les fuites

Bien que la toiture semble en bon état vue du bas, il y a des fuites. À la dernière réunion des commerçants, Beillevaire et le marchand de plats préparés situé en bas du marché se récriaient tous deux sur les fuites, et l’inaction de la mairie, qui dure depuis des années. En se baladant dans le marché, il n’est pas non plus compliqué de voir qu’une gouttière présente des traces de fuites (auvent côté rue Talensac, à mi-hauteur), et qu’on en voit d’autres sur le marché. Sur le toit côté droit (rue Basse-Porte), un petit arbre pousse dans la gouttière. « Donc qui dit arbre, dit racines, donc fuites », relève, désabusé, un commerçant.

5. Nantes mérite mieux

La dernière rénovation ample du marché date d’un quart de siècle. Alors que les villes situées sur la côte de la Loire-Atlantique ont rénové récemment leurs marchés (La Baule, Le Pouliguen, Guérande), l’écart avec Nantes s’accroît, y compris sur le plan du respect des normes. Plutôt que de courir après un métro fantomatique ou un encore plus incertain déplacement de l’aéroport de Nantes-Atlantique, ne serait-il pas temps de procéder à une rénovation et une remise aux normes d’ampleur, réclamée tant par les commerçants que les clients ?

Louis Moulin

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

Les derniers articles

Une patiente du Dr. Raoult témoigne : « La prise en charge de l’IHU Méditerranée est exceptionnelle »

Une patiente du Dr. Raoult témoigne : « La prise en charge de l'IHU Méditerranée est exceptionnelle » Crédit photo...

Le CHU de Rennes veut un hélicoptère toute l’année

Les CHU de Rennes et Caen sont les seuls en France à ne pas avoir d'hélicoptère toute l'année. Un...

Délit d’opinion. Le dissident politique Hervé Ryssen incarcéré à Fleury-Merogis

La répression politique en France vis à vis des dissidents devient féroce. Pendant que la presse mainstream s'occupe de ce qu'il se passe en Biélorussie,...

« L’apothéose de la danse » à propos de Beethoven…

C’est ainsi que la nommait Wagner, un artiste qui ne se recommandait pas de la Révolution. « L’apothéose de la danse », c’était la...

Le grand naufrage des médias mainstream occidentaux

Le 18 juin 2020, le « Reuters Institute Digital News » a publié son rapport annuel. En janvier et février 2020, avant la pandémie,...

Concertos de Brahms pour piano : l’interprétation magistrale du pianiste Philippe Bianconi

Les deux Concertos de Brahms pour le piano sont à la fois les plus redoutables et les plus originaux du répertoire. Né à Hambourg,...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -