Belfast. Les riverains des « Peace Wall » veulent que ces murs disparaissent avant l’éclosion des nouvelles générations

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

A Belfast, les riverains des « Peace Wall », ces murs qui séparent les communautés dans certains quartiers (notamment entre Falls Road et Shankill Road), veulent que ces murs disparaissent avant l’éclosion des nouvelles générations, d’après certains sondages parus récemment.

Le président du Fonds international pour l’Irlande, Paddy Harte, affirme, à l’occasion du 50ème anniversaire de l’érection du premier mur en 1969, que des volontés politiques, mais aussi des financements sont nécessaires pour faire tomber les murs. Le nombre de résidents vivants d’un côté ou de l’autre des murs a augmenté, et ils sont nombreux à vouloir que ces murs tombent rapidement, selon des études menées récemment.

Des modifications mineures ont été apportées à certaines d’entre elles, y compris, plus récemment, le passage d’une barrière en acier massif sur la rue Townsend à une barrière transparente. Pour passer d’un quartier à l’autre, il faut parfois marcher longtemps, afin de trouver une entrée (une entrée qui, en cas de troubles entre communautés ou de risques majeurs, se referme).

Environ 76 % des sondés se sont prononcés en faveur de la suppression des murs de la paix au cours de la vie de leurs enfants ou petits-enfants, comparativement à 68 % il y a deux ans. Toutefois, l’enquête a également mis en évidence une augmentation du nombre d’incidents, de violences ou de comportements « antisociaux » – y compris les combats organisés – qui ont lieu dans ces zones. Environ 34 % des sondés ont indiqué que les comportements antisociaux (y compris l’usage abusif de drogues) constituaient la principale préoccupation locale, comparativement à 10 % en 2017.

Les résultats indiquent également une augmentation constante des interactions intercommunautaires de part et d’autre des murs depuis 2017. Alors que la communauté catholique, nationaliste et républicaine (CNR) est en faveur d’un changement plus rapide (85 % par rapport à 72 % des résidents protestants, unionistes et loyalistes), les deux communautés veulent que les obstacles soient éliminés au cours de la prochaine génération.

Il faudra toutefois encore des années et des années (et même plus) pour définitivement réconcilier les deux communautés. La perspective du Brexit, celle d’une frontière dure entre les 2 Irlandes, mais aussi la perspective du délitement de l’identité et de la culture orangiste (notamment démographique) pourrait faire que la situation se retende de nouveau dans les prochaines années.

YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Rugby. La FFR s’engage…. « pour l’inclusion des trans-identitaires dans le rugby »

A chaque journée sa nouvelle information pour nous rappelons que nous vivons dans une société qui a activé le...

Etienne Chouard : Introduction à la thèse que je défends depuis 2005

Etienne Chouard : Introduction à la thèse que je défends depuis 2005 https://www.youtube.com/watch?v=MtLH-S-3WUs Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de...

Articles liés

Edwin Poots (DUP) : « Je ne me reposerai pas tant que le protocole en Irlande du Nord ne sera pas supprimé »

Edwin Poots, ministre de l'Agriculture, de l'Environnement et des Affaires rurales d'Irlande du Nord depuis le 11 janvier 2020, a été élu vendredi président du parti unioniste...

Irlande du Nord : la justice déclare innocentes les victimes du massacre de Ballymurphy (1971)

La justice nord-irlandaise est revenue cette semaine sur le "massacre de Ballymurphy" en 1971, reconnaissant que les 10 victimes étaient toutes des civils innocents. https://www.youtube.com/watch?v=El0q6LB7noY Le...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les Français et les Bretons qui...

Irlande. Des individus poussent une jeune fille sous un train à l’arrêt

La Gardai, la police irlandaise, a déclaré avoir ouvert une enquête pour agression après qu'une femme ait été blessée lors d'un incident à la...