alcool_volant

Le mardi 19 novembre, à Saint-Malo (35), 600 jeunes issus de divers établissements de la région (CFA, Lycées Professionnels, Ecole de Police…) sont attendus et seront sensibilisés aux dangers de la conduite sous influence (alcool et drogues diverses) lors d’une journée organisée par la MAAF. « Une nécessité puisque la mortalité routière est la première cause de décès chez les jeunes adultes » explique l’assureur.

Au programme pour les élèves et enseignants des établissements concernés, de 8h45 à 11h30 :

● Projection d’un film « choc » réunissant témoignages et mises en situation. Des tests effectués en circuit fermé et sous influence (alcool, drogues ou médicaments), démontrent les conséquences sur la conduite automobile.

● Animation par un Major de police formateur anti-drogue (ancien policier de la Brigade des Stups) pour informer, mettre en garde et prévenir.

● Questions Réponses avec la salle

Au programme pour les sociétaires MAAF invités le soir :

19h15 : Accueil des invités et visite de l’espace prévention 19h45 : Projection d’un film sur « La vue au volant » présenté par la journaliste Alexandra Alévèque 20h15 : Table ronde / Débat : associant un spécialiste de l’AsnaV (Association Nationale pour l’amélioration de la vue) et un major de police … puis débat avec la salle.

Chiffre clés sur la conduite :

-Les jeunes : En 2018, 683 jeunes de moins de 25 ans ont perdu la vie sur les routes de France dont 493 pour la seule classe d’âge des 18/24 ans. L’accident de la route reste malheureusement toujours la première cause de mortalité chez les jeunes (Source ONISR).

– L’alcool : L’alcool est impliqué dans un tiers des accidents mortels ! Il empêche le conducteur de maîtriser son véhicule et le risque d’accident est multiplié par 2 dès 0,5 g/l d’alcool dans le sang et par 10 à 0,8 g/l!

– Les drogues : De plus en plus de personnes conduisent sous l’emprise de drogues et en particulier du cannabis alors que conduire sous l’emprise de stupéfiants multiplie par deux le risque d’avoir un accident mortel.

– Les médicaments : Il a été démontré qu’un conducteur ayant pris un médicament sédatif a un risque d’accident 2 à 5 fois plus important. Certains médicaments peuvent altérer les capacités de jugement, rendre euphorique ou agité, diminuer la rapidité des réflexes…

– La vue au volant : En France, 8 millions de conducteurs ont un défaut visuel non ou mal corrigé (Source AsnaV). La nuit, notre champ visuel peut-être réduit de 30%. Au volant, 90% des décisions passent par la vue.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine