C’est au moins la 61e fusillade de l’année, alors que les armes n’avaient pas parlé depuis début novembre – deux semaines au cours de laquelle saisies d’armes et de drogue se sont multipliées. D’autres trafiquants étaient, eux, partis sur la côte à la recherche de ballots de cocaïne échoués. Et voilà que ça recommence, au Breil cette fois.

Le 25 novembre vers 23 heures, au moins deux coups de feu avec une arme de poing calibre 9 mm ont été tirées par un homme – au visage non dissimulé – sur des voitures garées devant le 3, rue Jacques Feyder. Au cœur du Breil et tout près des deux points de deal les plus juteux. Personne n’a été blessé, et à l’arrivée de la police, les agents n’ont trouvé ni le tireur, ni les voitures visées par les tirs.

« Au Breil, ça deale très bien »

« Ça peut être encore un avertissement dans un conflit entre gangs de la drogue », estime un policier nantais, « de toute façon, quand on fait tomber un réseau, il est remplacé immédiatement et les dealers sont de plus en plus jeunes, de plus en plus sans aucune limite. Ceux qui gèrent le réseau pour les trafiquants qui sont en taule sont eux aussi de plus en plus jeunes et ils veulent se faire un max d’argent, donc avoir un maximum de places juteuses. Et ici au Breil, ça deale très bien ».

Aux alentours de la rue Jacques Feyder, il y a déjà eu pas moins de 5 fusillades depuis fin 2015 : une le 10 mai 2018 avec un jeune homme de 17 ans blessé, une le 25 juin 2018 sur une voiture dont les deux occupants ont été éraflés, une le 16 mai 2018 (6 tirs), une le 28 mai 2018 (un Nord-Africain interpellé peu après avec un pistolet à grenaille), et une le 2 juillet 2015 (un blessé par balle à la cuisse). Sans oublier en octobre 2017 une rixe à l’arme blanche avec un blessé à la cuisse.

Louis Moulin

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V