Nantes. Nouvelle fusillade aux Dervallières

A LA UNE

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Juste après une fusillade au Breil-Malville ce 25 novembre – par un tireur au visage découvert sur des voitures, rue Jacques Feyder – les armes ont à nouveau parlé ce 26 novembre vers 22h20, cette fois aux Dervallières.

Six douilles ont été retrouvées sur place, mais pas le tireur, ni la voiture d’où il a tiré, rue Honoré Daumier. Sans lien avec cette affaire – à priori, vers 20 heures, un homme a affirmé à la police qu’il s’était fait extorquer 8 000 € en liquide par une dizaine de jeunes délinquants, alors qu’il serait venu chercher une commande importante de smartphones.

Depuis fin 2015, le quartier des Dervallières a connu au moins 8 épisodes de fusillade. Trois ont eu lieu rue Honoré Daumier ou à ses abords immédiats : le 29 juin 2019 vers 16h30, le 22 juillet 2018 à trois heures du matin (un jeune blessé aux jambes – avertissement assez classique dirigé contre les dealers d’un point de vente concurrent) et donc le 26 novembre 2019.

Sept familles algériennes gèrent le trafic de drogue à Nantes

Par ailleurs le 11 octobre, Ruben, un jeune homme d’origine congolaise, déjà défavorablement connu des forces de l’ordre pour une affaire liée à la législation sur les stupéfiants, a été tué par arme à feu rue Nicolas Poussin, devant un immeuble dont l’entrée était occupée depuis plusieurs semaines par un groupe de jeunes.

La multiplication des fusillades n’étonne guère ce policier nantais : « il y a sept familles algériennes qui gèrent le trafic à Nantes, dont cinq sont déjà en prison. Mais dehors, il y a des gens, souvent très jeunes, qui gèrent pour eux et veulent se faire un max de fric. Mettre les dealers en prison ne règle rien car ils ont tous des portables pour gérer leur trafic, et en plus ils ont le cul propre par rapport à ce qui se passe dehors, et qu’ils commanditent. Et dès qu’on fait tomber un point de deal, il est immédiatement remplacé. La nature a horreur du vide ».

Louis Moulin

Photo d’illustration: DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

« Homos ou hétéros, on porte tous le même maillot ». Le nouveau clip de propagande de la Ligue de Football Professionnel

Après les clips gouvernementaux ou d'associations subventionnées contre le harcèlement de rue mettant en scène uniquement d'horribles harceleurs blancs,...

Bruno Attal : « Si mon collègue avait tué cette ordure, il serait où, là, Eric Masson ? En garde à vue, mis en...

Pour le syndicaliste policier Bruno Attal (Touche pas à mon flic) : « Si mon collègue avait tué cette...

1 COMMENTAIRE

  1. […] Nantes : « La multiplication des fusillades n’étonne guère ce policier nantais : « il y a sept familles algériennes qui gèrent le trafic à Nantes, dont cinq sont déjà en prison. Mais dehors, il y a des gens, souvent très jeunes, qui gèrent pour eux et veulent se faire un max de fric. Mettre les dealers en prison ne règle rien car ils ont tous des portables pour gérer leur trafic, et en plus ils ont le cul propre par rapport à ce qui se passe dehors, et qu’ils commanditent. Et dès qu’on fait tomber un point de deal, il est immédiatement remplacé. La nature a horreur du vide » : https://www.breizh-info.com/2019/11/30/131692/nantes-nouvelle-fusillade-aux-dervallieres […]

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Délinquance à Nantes. Si Johanna Rolland est réélue maire, ça va barder…

Valérie Oppelt (LREM), Laurence Garnier (LR) et Éléonore Revelt (RN) croyaient qu’elles auraient le monopole du discours sécuritaire à l’occasion des élections municipales. Elles...

Nantes. Et hop ! Une fusillade de plus, cette fois au Breil Malville

Les fusillades à Nantes suivent un rythme presque aussi soutenu qu’en 2019 – à raison d’une par semaine, les pouvoirs publics pourront toujours affirmer...

Nantes. Fusillade à La Halvêque : la 65ème de l’année…

La 65e fusillade de l’année a finalement eu lieu. Dans le quartier relativement discret de la Halvêque, ce 20 décembre vers 19h, rue Gustave...

Nantes. Guerre des gangs : encore des coups de feu au Breil-Malville

C’est au moins la 61e fusillade de l’année, alors que les armes n’avaient pas parlé depuis début novembre – deux semaines au cours de...