Nantes. Deux militants de La Manif pour Tous agressés par une bande d’extrême-gauche

A LA UNE

Selon nos informations, une bande d’extrême-gauche a violemment agressé plusieurs militants de la Manif pour Tous ce samedi 30 novembre. Avant de subir un cuisant échec en essayant à nouveau ce 1er décembre. Rossés, les agresseurs de cette bande armée n’ont eu d’autre possibilité que de se réfugier derrière la police et d’en appeler à la délation publique.

Un groupe de quatre militants de La Manif pour Tous – âgés en moyenne d’une soixantaine d’années – a été violemment pris à partie  par des activistes LGBT et d’extrême-gauche ce samedi après-midi 30 novembre dans le centre-ville de Nantes. Alors qu’ils distribuaient des tracts place Saint-Pierre, ils ont été agressés – ils étaient quatre – par une trentaine d’activistes, d’autant plus forts qu’ils étaient à dix contre 1. L’un d’eux a été particulièrement violenté.

Ensuite, installés près des Galeries Decré (Lafayette) rue de la Barillerie, ils ont été agressés à nouveau, et l’un d’eux, enfariné, par les mêmes activistes. On est loin, du côté de l’extrême-gauche et des activistes LGBT, d’une revendication faite pacifiquement et dans le respect des lois de la République.

Ce dimanche vers 17h, alors que des militants de La Manif pour Tous avaient déployé, près de la préfecture, une banderole contre le projet de loi bioéthique – qui prévoit entre autres conséquences que l’être vivant devienne une marchandise, l’enfant à naître pouvant être choisi sur catalogue – une trentaine de militants LGBT renforcés par des membres d’extrême-gauche ont attaqué la quinzaine de personnes rassemblées, notamment en leur jetant des préservatifs au visage. « La classe et la distinction étaient de sortie », notera, ironique, un témoin.

Des jeunes gens, qui étaient aux côtés des manifestants opposés à cette loi, n’ont pas laissé faire et, bien qu’en infériorité numérique, ont proprement rossé les assaillants armés de parapluies et de bâtons – la police, appelée dès le début, tardait à venir. Selon l’extrême-gauche, dont les activistes ont dû se réfugier derrière un cordon de policiers, une militante LGBT serait blessée au visage. Sur les réseaux sociaux, les activistes d’extrême-gauche appellent à la délation contre le fameux « péril fasciste »(sic). Sans grand succès apparemment, leur message ayant déclenché quelques moqueries de la part d’internautes.

LM

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

« Vivre ensemble » à Brest. Des policiers attaqués dans le quartier de Kérédern

La police n'effraie plus les voyous. A Brest, des policiers ont été attaqués, dimanche, en pleine journée, dans le...

Marsault, l’encre et le bazooka

Marsault, dessinateur humoristique et auteur de bande dessinée à succès, est l'invité de Livre Noir. Rare dans les médias,...

Articles liés