Santé. Un sommeil de bonne qualité et des siestes courtes pour réduire les risques d’AVC ?

A LA UNE

Violences policières internationales. Avec 32 morts, la France est plutôt bien classée

Le dernier rapport de l'IGPN, la police des polices, vient de sortir, balançant toutes les turpitudes supposées des policiers...

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

Pour limiter les risques d’AVC (accident vasculaire cérébral), ne pas faire de sieste de plus d’une heure et demie, et surtout, avoir un bon sommeil ? Telles sont les conclusions d’une étude réalisée par une équipe de scientifiques chinois, chercheurs à l’Université des sciences et des technologies de Huazhong à Wuhan, en Chine, étude publiée dans le journal médical Neurology de l’Académie américaine de neurologie, mercredi 11 décembre.

Ces derniers ont révélé que les personnes qui dorment pendant la journée ou neuf heures et plus encore la nuit ont un risque accru d’accident vasculaire cérébral. Pour parvenir à ces conclusions, ils ont mené une expérience qui a duré six ans et a impliqué près de 31 700 personnes âgées en moyenne de 61,7 ans n’ayant pas connu par le passé d’accidents vasculaires cérébraux ou d’autres problèmes de santé similaires. Pour permettre le bon déroulé de l’étude, des questions, des examens médicaux, ainsi qu’un suivi régulier ont été mis en place.

D’après les résultats du questionnaire, 8 % des participants dormaient 90 minutes ou plus pendant la journée et 24 % dormaient neuf heures ou plus la nuit. L’étude indique que les individus du deuxième groupe ont subi des accidents vasculaires cérébraux 23 % plus souvent que ceux qui dormaient de sept à huit heures par nuit. Parallèlement, dans le cas de ceux qui dormaient longtemps et pendant la journée, l’accident vasculaire cérébral arrivait même 85 % plus souvent.

« Ces résultats mettent en évidence l’importance d’une sieste et d’une durée de sommeil modérées et du maintien d’une bonne qualité de sommeil, en particulier chez les adultes d’âge moyen et les plus âgés. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre pourquoi les longues siestes et dormir plus longtemps la nuit sont liés à un risque accru d’accident vasculaire cérébral, mais des études antérieures ont montré que les individus qui dorment longtemps ont des changements négatifs dans leur taux de cholestérol et des circonférences de taille accrues, dont les deux sont des facteurs de risque d’accident vasculaire cérébral. En outre, une longue sieste et le sommeil peuvent suggérer un mode de vie globalement inactif, qui est également lié à un risque accru d’AVC », a détaillé Xiaomin Zhang, chercheur de l’Université des sciences et technologies de Huazhong, dans un communiqué de presse.

Les scientifiques ont précisé que leur étude montre une corrélation, et non un lien de causalité, entre les longues siestes et la durée du sommeil avec l’AVC.

Quelle conduite à tenir face à une suspicion d’AVC ?

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) sont plus fréquents en vieillissant (la moyenne d’âge est de 73 ans), 25 % d’entre eux se produisent chez des personnes de moins de 65 ans. Avec 150 000 cas par an, ils constituent la première cause de handicap physique de l’adulte et la troisième cause de mortalité.

Huit fois sur dix, l’AVC est provoqué par l’obstruction d’une artère du cerveau par un caillot de sang. On parle alors d’infarctus cérébral ou d’AVC ischémique. Les autres AVC sont hémorragiques : une artère du cerveau se rompt, ce qui déclenche une hémorragie. Si le traitement de ces deux formes d’AVC divergent, les symptômes sont, quant à eux, similaires.

L’accident vasculaire cérébral (AVC), qu’il soit ischémique ou hémorragique, se manifeste essentiellement par quatre manières, selon la zone du cerveau touchée.

Une hémiplégie (faiblesse, engourdissement, incapacité à bouger sur une moitié du corps). Un trouble de la parole (difficulté à parler, confusion). Des troubles visuels. Des maux de tête soudains et violents avec perte d’équilibre.

Ces symptômes peuvent disparaître, puis revenir, ou pas. On parle alors d’accident ischémique transitoire, qui doit entraîner la même prise en charge.

Appeler le 15, le 18 ou le 112 en cas d’AVC et maintenez la personne allongée (en position semi-assise si difficulté à respirer).

YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

ESCC Maen-Roch e Bro-Felger a vo anvet « kreizenn Eugénie Duval »

D'an 28 a viz even e voe digoret an ESCC Maen-Roch e Bro-Felger. Gant an departamant hag ar gevredigezh...

Islande. Forte hausse des nouveaux cas de Covid-19 : les contaminés sont majoritairement des vaccinés

En Islande, le retour de plusieurs restrictions sanitaires a été décidé par les autorités face à la forte hausse...

Articles liés

Le ventre, notre deuxième cerveau

Que savons-nous de notre ventre, cet organe bourré de neurones, que les chercheurs commencent à peine à explorer ? Selon cette captivante enquête scientifique,...

Troubles et maladies neuropsychiatriques : comment comprendre la complexité du cerveau ?

Afin de mieux comprendre les origines de ces dysfonctionnements, de nombreuses approches expérimentales permettent d’étudier le cerveau et les comportements dans des conditions tantôt...

Histoire des neurosciences : entre ruptures et continuité

La science n'est pas linéaire. Les neurosciences en sont la parfaite illustration. C'est ce que démontreront un neurochirurgien en nous contant l’histoire de la...

Smartphones : la matière grise du cerveau affectée ?

Les accrocs aux smartphones font courir des risques à leur cerveau selon une étude qui indique que la matière grise est affectée en cas...