Grèce. Encore des affrontements en migrants et policiers [Vidéo]

A LA UNE

Sur l’île grecque de Samos, des tensions ont éclatée entre migrants vivant dans des camps surpeuplés et policiers. La Grèce semble plus que jamais dans une impasse.

Grèce : migrants et police s’affrontent de nouveau

La Grèce n’en finit plus de tenter de surmonter les problèmes créés par l’hébergement de migrants sur certaines de ses îles. Notamment à Samos où la police grecque a tiré des gaz lacrymogènes sur des migrants le 19 décembre dernier. Ces extra-européens protestaient contre leur détention et leurs conditions de vie dans un camp de migrants sur cette île au nord de la mer Égée.

Ce sont près de 300 personnes, principalement des Africains, qui se sont rassemblées à l’extérieur du camp à Vathy pour demander l’autorisation de quitter l’île, selon les déclarations d’un responsable de la police. Il y aurait eu également des affrontements entre les forces de l’ordre et des migrants.

Le camp en question, pouvant accueillir jusqu’à 650 personnes, est actuellement saturé et voit ses capacités d’hébergement largement dépassées avec plus de 7 500 individus. Une situation qui n’a rien d’exceptionnel en Grèce puisque la plupart des camps de ce type abritent également un nombre d’individus bien supérieur à l’effectif prévu.

La Grèce dans une impasse

Sur l’île de Samos, les 6 500 habitants locaux sont donc démunis et excédés face à la situation. Qui n’a jamais été solutionnée depuis le début de la crise migratoire tandis que la Grèce, et particulièrement ses îles, se trouvent toujours en première ligne face aux flux de migrants. Et les derniers chiffres concernant les arrivées sur l’année 2019 ne sont guère rassurants.

L’annonce par le gouvernement « conservateur » de fermer les camps de réfugiés surpeuplés des îles de la mer Egée pour les remplacer par des centres de rétention n’a, pour l’heure, aucune influence immédiate sur la gestion de la crise. Le déplacement de ces migrants vers la Grèce continentale a même été la source de tensions entre ces extra-européens et la population autochtone.

Enfin, pour ajouter des problèmes aux problèmes, la Grèce prévoit un afflux potentiel de 100 000 migrants supplémentaires au cours de l’année 2020 sur ses îles.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Belgique. À Bruxelles, 76 % des jeunes musulmans s’identifient avant tout au « Monde islamique » mais s’estiment « chez eux »

Une étude menée à Bruxelles auprès d'un jeune public composé majoritairement de musulmans révèle que ces derniers s'identifient avant...

Et si les Européens n’étaient pas les premiers à avoir poser le pied sur les îles Malouines ?

Depuis leur première observation par des explorateurs européens dans les années 1600, les scientifiques et les historiens pensent que...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés