MAJ 04/1/2020 : Selon le journal lyonnais le Progrès, ce sont en tout 111 voitures qui ont brûlé à Lyon. Il faut y ajouter une cinquantaine sur l’agglomération de Saint-Etienne, 6 à Toulon, 5 à Dijon, 4 à Lys les Lannoy (59), 2 à Chelles (77), 1 à Sarrebourg, 1 à Bressuire, 1 à saint-Eloi dans l’Isère, 2 à Auxerre, près de 20 à Dreux (28) et ses alentours, 3 à Bourges, 7 à Tours, une quinzaine à Montpellier, 10 à Nîmes, une cinquantaine dans le Nord d’après la Voix du Nord, 2 à la Roche-sur-Yon, 6 à Rouen, 30 à Grenoble, 3 à Carcassonne et 20 à Marseille. Le total national dépasse désormais les 1350 véhicules brûlés, hors DOM-TOM.

Malgré plus de 100.000 policiers mobilisés pour assurer la sécurité lors de la Saint-Sylvestre – un déploiement désormais banal alors qu’il n’y en avait pas besoin il y a quelques décennies encore, avant l’immigration de masse, des centaines de voitures ont brulé, plus que l’année précédente même. Nous avons tenté un bilan ville par ville, là où l’information a filtré.

Les épisodes les plus marquants ont eu lieu dans l’Est. Dans l’agglomération de Strasbourg, plus de 220 voitures – le double de l’an dernier – ont brulé, dont 15 dans la seule cité de Hautepierre le 31 de 19h30 à 21h30. Les incendies avaient commencé dans la nuit du 28 au 29 (15) et s’étaient prolongé toute la journée du 31 (43 avant 19h).

A Besançon, des délinquants sont arrivés au matin du 31 en tirant des coups de feu à la fourrière de Planoise – située dans un quartier « sensible » dans un parking souterrain – et ont mis le feu à une voiture volée qui avait été saisie par les forces de l’ordre. L’incendie a détruit en tout 127 véhicules, entre la fourrière et le parking de l’Intermarché voisin – plein à craquer car des habitants y avaient mis à l’abri leur voiture justement pour éviter les feux du Réveillon – et a fait rage jusqu’au 1er janvier, mobilisant plus de 100 pompiers.

Toujours le 31 dans la journée, 20 voitures ont brûlé dans l’incendie d’un garage à Mormant (77), à l’est de la région parisienne. Une centaine de voitures auraient brûlé à Paris et en petite couronne, dont cinq poids lourds dans un entrepôt à Rungis (94); dans les Hauts-de-Seine, 15 voitures incendiées dont un véhicule de la police municipale à Colombes ainsi que des émeutes à Asnières et Bagneux.

Dans les Yvelines, les chiffres ont été publiés : 31 dont 8 à Mantes-la-Jolie, 4 à Trappes et Mantes-la-Ville, 3 à Saint-Germain en Laye, 2 à Limay… A Paris au moins six voitures ont brûlé selon la mairie – un chiffre jugé « très en-dessous de la réalité » localement.

En Bretagne malgré l’omerta entretenue par les instances policières et politiques à Nantes, les émeutes du Nouvel An à Malakoff ont été impossibles à cacher : outre les vitres des bâtiments publics cassées et les CRS caillassés, plus de 100 voitures brûlées ont été enlevées sur l’agglomération de Nantes du 31 décembre au 2 janvier. A Rennes, quatre voitures ont brûlé sur un parking au sud de la ville ; elles sont 2 à Vannes, 8 (et 1 scooter) à Brest, 1 scooter aussi à Paimboeuf (44).

En Vendée, à la Ferrière, deux voitures ont été incendiées – les autorités sont sur la piste d’un pyromane, car la mairie a déjà été incendiée il y a quelques semaines et restera fermée pendant un an. Un homme en état d’ivresse a été arrêté peu après. Deux voitures ont brûlé à Cholet (49), plusieurs aussi à Cherbourg et Tourlaville (50).

Dans l’est, 13 voitures ont brûlé à Saint-Dié sur fond d’émeutes quartier Kellermann, 70 dans le Haut-Rhin avec une émeute à la clé quartier Drouot à Mulhouse (et 50 bennes à Mulhouse et Colmar), 11 à Reims (quartier Neuvillette notamment), 9 à Châlons en Champagne, 2 à Creutzwald, 2 à Troyes (rue du Grand Ménétrier).

On compte aussi plus de 5 voitures brûlées à Dijon, 4 dans l’agglomération de Nancy (dont 3 quartier des Provinces à Laxou), 10 dans l’agglomération de Forbach avec une violente émeute et des pillages à Behren, 3 à Villers-Semeuse (09), 1 à Charleville-Mezières et 1 à Lumes dans le même département, 1 à Ciry le Noble (71), 2 à Jougne (39) avec des logements incendiés par propagation, 3 à Dole (Mesnils Pasteurs)…

Des violences urbaines importantes sont à signaler à Limoges où 36 voitures ont brûlé; à la Rochelle, au moins cinq voitures ont brûlé, autant à Allonnes (49), 5 à Soyaux et Angoulême (16), ainsi qu’un scooter (Champ de Manœuvre et Ma Campagne). La nuit a été cependant « très calme par rapport à d’habitude » dans le Loiret, avec une seule voiture brûlée à Orléans (45).

A Bordeaux, au moins dix voitures ont brûlé (notamment rue Drouyn), elles étaient 2 à Annemasse (74), 5 à Crémieu dans l’Isère après un feu de compteur, 4 à Montauban, 18 à Toulouse (avec une émeute au Mirail), 2 à Auch (quartier du Garros), autant à Pau (rue du Portet), 4 fourgons à Boé près d’Agen, 2 à Alès, un fourgon volé à Corneilhan (34), 1 à Tarbes.


Dans le Midi, peu de chiffres filtrent, mais une dizaine de véhicules au moins ont brûlé à Toulon, au moins deux à Montpellier (quartier Boutonnet), plus de 25 à Nice dont 15 cité de l’Ariane, 8 à Carpentras et Orange dans le Vaucluse, plus de 70 dans l’agglomération de Lyon (20 à Lyon même, plus de 30 à Vénissieux, du jamais vu selon les locaux), 1 seule dans les Alpes de Haute-Provence à Manosque, 2 à Montélimar où 2 compteurs de gaz ont été endommagés par les incendies, une quinzaine sur toute la Drôme (Valence et Romans-sur-Isère principalement). Au moins deux voitures ont aussi été incendiées à Saint-Etienne (42) près d’un logement occupé par une famille qui a du être évacuée.


Pas de chiffres pour la conurbation de Lille-Roubaix-Tourcoing dans le Nord, même si les pompiers ont expliqué être sortis pour 105 incendies pendant le Réveillon, toutes causes confondues cependant. La presse locale se fait cependant écho de d’au moins deux voitures brûlées à Amiens (quartier saint Ladre), 1 à Bruay (62), 1 à Renescure (59), 1 à Maubeuge, 1 à Fourmies, 4 à Grande-Synthe (59). Dans l’Oise, 10 voitures ont brûlé à Creil et son agglomération, 1 à Compiègne au Clos-des-Roses sur fond d’émeute. Dans l’Aisne trois voitures ont brûlé à Laon (quartier Champagne) ; deux autres ont été incendiées à Belfort.

L’ensemble de ces informations permet de constater que plus de 1000 voitures ont brûlé entre le 31 décembre et le 1er janvier en France – et ce sans compter les incendies qui ont lieu maintenant toutes les nuits depuis Noël.

Dans la mesure où il n’est pas sorti de bilans détaillés pour de nombreuses agglomérations, notamment Lille, Marseille, Grenoble, Tours, Amiens, Nice, Paris et petite couronne, ainsi que pour les DOM-TOM (sauf Mayotte où il n’y en a pas eu), ce bilan est forcément partiel et minimum – il s’élève tout de même à plus de 1050 véhicules.

Le pouvoir a beau augmenter les effectifs de police et imposer – avec plus ou moins de succès – l’omerta à la presse, aux pompiers et aux préfectures, rien ne semble pouvoir enrayer la hausse des incendies du Nouvel An en particulier et de la délinquance au quotidien en général. D’ailleurs, les incendiaires n’en ont que faire de la loi – ils n’hésitent pas à parader sur les réseaux sociaux, Twitter, Facebook et Snapchat en tête, et à menacer les honnêtes citoyens d’autres incendies.

Louis Moulin

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.