Au Nouvel An 2022, des voitures brûlées partout en France. Bilan de la délinquance

Le gouvernement l’a dit, la délinquance baisse. Au point que cette année, comme elle ne baisse pas assez par rapport à 2020, c’est par rapport à 2019 (1457 voitures brûlées) que le bilan des voitures brûlées (874 selon les chiffres officiels, largement minorés) est comparé.

C’est oublier un peu vite que d’après ces mêmes chiffres officiels, 861 voitures avaient brûlé en 2020, en oubliant certains feux par propagation, les voitures découvertes après l’heure fatidique (6h du matin le 1er janvier) ou avant, celles qui ont brûlé en zone gendarmerie ou dans des garages, etc. Résultat, comme l’an dernier, des incendies un peu partout en France – on remarquera cependant que les titres de presse locaux brisent de plus en plus l’omerta imposée par les préfectures, à l’exception notable de Lille, de l’agglomération de Saint-Etienne, de la ville de Marseille, et de Grenoble. Et pour limiter les dégâts, 95.000 policiers ainsi que 32.000 pompiers et secouristes civils ont été mobilisés cette année.

A travers la presse locale, et d’autres sources, nous pouvons ainsi recenser les faits (et feux) suivants :

Alsace :

  • 126 voitures brûlées en 2021 (87 dans le grand Strasbourg, 20 à Muhouse, 12 à Colmar, 7 à Obernai, 3 à Guebwiller…) contre 300 en 2019. Les cités les plus « sensibles » ont été vidées de leurs véhicules, l’Eurométropole mettant 18 parkings à disposition des habitants.
  • A Ostwald rue de l’Elsau et à la Montagne-Verte (Strasbourg) rue de Westhoffen deux individus ont mis en jeu des policiers avec des pistolets d’alarme
  • A Mulhouse la police a récupéré près de 600 palettes. Les Dernières Nouvelles d’Alsace écrivent par ailleurs (1.1.2022) : « une équipe de notre journal a été coursée par des jeunes, battes à la main […] rue de la Navigation […] la voiture des journalistes de l’Alsace a été cible de tirs de pavés et dégradée à Bourtzwiller ».

Ile-de-France :

  • 77 à Paris et en petite couronne (16 dans les Hauts-de-Seine, 13 en Val-de-Marne, 14 en Seine-Saint-Denis)
  • 109 en grande couronne (dont 36 dans les Yvelines, 31 en Essonne, 20 en Val d’Oise, 22 en Seine-et-Marne)
  • Dans les Yvelines il y a eu 17 guet-apens contre la police, pour dix interpellations à peine.

Auvergne-Rhône-Alpes :

  • 82 dans le Rhône et le Grand Lyon (auxquelles s’ajoutent encore 16 à Décines le 1er janvier, hors bilan et pour cause), dont 77 en zone police, 3 à Villefranche sur Saône (contre 58 en tout en 2020)
  • 3 à Saint-Chamond (Loire)
  • 18 (au moins) à Saint-Etienne et alentours, dont la Ricamarie, Firminy, 9 dans un seul quartier de Saint-Etienne…
  • 11 dans la Drôme (7 à Die, 2 à Grâne, 1 à Valence, 1 à Saint-Vallier)
  • 4 véhicules à Clermont-Ferrand (dont un scooter) dont une rue de Gomel
  • 9 véhicules dans l’Ain (6 à Meximieux, qui en a vu 7 autres partir en flammes fin décembre, hors bilan), 2 à Mionnay (dont un camion), 1 à Bourg-en-Bresse, aucun à Oyonnax
  • 2 (au moins) à Grenoble (38

Bretagne :

  • 50 à Nantes (auxquelles s’ajoutent, hors bilan, 7 à l’ouest de Nantes le 1er janvier dans la soirée, et quatre voitures à Nantes les 29 et 30 décembre).
  • 15 à Brest, contre 7 l’an dernier (dont Lambézellec et Keredern)
  • 3 à Rennes (contre 1 l’an dernier)
  • 1 à Saint-Brieuc (contre 0 l’an dernierà
  • 1 à Vannes (contre 3 l’an dernier)
  • Pas de voiture, mais cinq poubelles brûlées à Lorient et Hennebont

Maine, Anjou, Vendée, Centre-Val de Loire :

  • 31 dans le Maine-et-Loire (25 à Angers contre 49 en 2020, trois à Cholet, 1 à Saint-Sylvain d’Anjou, 2 à Saumur)
  • 8 dans le grand Tours (Indre-et-Loire) dont 4 à Tours, 3 à Joué et une à Saint-Pierre des Corps)
  • 14 à Orléans (Loiret)
  • Aucune à Montargis, mais un mortier d’artifice jeté sur la police
  • 2 à Dreux (28)

Normandie

  • « 8 à 10 » voitures incendiées à Rouen (76), le chiffre n’est pas rendu public ; aucune au Havre (76)
  • 2 à Evreux (27)
  • 1 à Grand-Couronne (76) avec un corps dedans

Grand Est (Lorraine, Champagne)

  • 3 à Sarreguemines (Moselle)
  • 3 à Reims (et une avant et une après la date fatidique, hors bilan et pour cause)
  • Plusieurs à Thionville (Moselle), selon la presse locale
  • Plusieurs à Metz (Moselle), idem
  • 2 à Nancy (54)

Bourgogne-Franche-Comté

  • Pas de voitures, mais quelques poubelles brûlées à Sens (Yonne), une policière blessée à la main aux Champs Plaisants
  • 2 à Belfort (rue Allende et rue de Londres) et trois poubelles, une autre dans la nuit du 2 au 3 janvier (hors bilan, et pour cause)

Occitanie (Languedoc, Midi-Pyrénées)

  • « une dizaine » à Toulouse, d’après la presse locale
  • 2 à Saint-Gilles du Gard et à Chaptes (Gard)
  • 3 à Auch dans le quartier Garros, ainsi qu’un guet-apens contre la police et des embuscades pendant une heure
  • 2 voitures au Barcarès (Pyrénées-Orientales)
  • 8 à Perpignan dans tous les quartiers, sauf dans le centre-ville
  • 3 voitures à Béziers
  • 2 voitures (au moins) à Montpellier, dont une le 1er janvier à 21h, hors bilan officiel
  • 2 à Carcassonne (11)
  • 2 à Nimes (30)
  • 6 à Agen (47)

Nouvelle-Aquitaine (Poitou, Limousin, Aquitaine)

  • 2 en Charente (1 à Angoulême et 1 à Soyaux, 0 à Cognac)
  • Une trentaine à Bordeaux et son agglomération, ou par ailleurs 3000 (!) mortiers provenant d’un cambriolage ont été saisis dans des caves de la zone de non-droit de Lormont.
  • Plusieurs à Limoges

Provence Alpes Côtes d’Azur

  • 13 dans l’agglomération de Marseille (Salon, Martigues, Miramas, Istres), les chiffres de Marseille, Aix et Aubagne n’étant pas rendus publics
  • Des barricades enflamées à la Soude et la Cayolle (Marseille)
  • 12 dans les Alpes-Maritimes hors Nice (4 à Cannes, 5 à Grasse, 2 à Antibes, 1 à Vallauris)
  • 3 voitures à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence)
  • Au moins 1 à Nice
  • 10 à Bédarrides (84) du 31 décembre au 4 janvier (plusieurs hors bilan)
  • 5 à Toulon (Temple et Pont de Bois, une vingtaine depuis un an dans ces quartiers)

Hauts-de-France (Picardie, Nord-pas-deCalais)

  • 11 dans les zones de police de l’Oise (dont 2 à Beauvais, Montataire, Villiers-saint-Paul et Nogent-sur-Oise)
  • 4 à Amiens (Somme) dont deux à Etouvie, et une par cocktail Molotov (et une à 21h le 1er janvier, hors bilan)
  • 2 près de Soissons (Aisne) à Crouy et Bucy
  • 1 à Marc-en-Baroeul (59) le 31 dans la matinée, certainement hors bilan. Un des deux incendiaires hospitalisé au service des grands brûlés
  • 1 à Chauny (02) rue Camille Desmoulins
  • 5 à Roubaix
  • 5 à Tourcoing
  • 2 à Calais (rue Paul Gauguin et Auduicq), une autre la veille et une le lendemain à Auiduicq (hors bilan toutes deux)

2 réponses

  1. merci pour ce travail de réinformation
    le mensonge , la dissimulation et la manipulation des chiffres ont été élevés au rang d’institutions par la macronie
    c’est vrai pour tout , le chomage , l’immigration , l’économie …tout est bidouillé ….et ça marche parce que les medias de grand chemin sont complices

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS