Bad Citizen. Une nouvelle application pour informer les citoyens de leurs droits « face aux institutions policières et judiciaires »

A LA UNE

Des activistes viennent de lancer Bad Citizen, une nouvelle application d’informations juridiques « pour apprendre à se défendre face aux institutions policières et judiciaires ». Une application déjà disponible sur le Google Store et bientôt sur l’Apple Store, qui permet à chaque citoyen de connaître ses droits, et qui pourra lui être très utile, notamment en manifestation, ou dans des situations où il sera confronté à l’institution judiciaire et/ou policière.

L’application est organisée en thèmes (contrôle d’identité, garde à vue, poursuites, droit des mineurs, violences policières, etc.), eux-mêmes structurés en chapitres.

« C’est un guide qui résume l’essentiel de ce qu’on doit savoir quand on se retrouve aux mains de la police et de la justice ou quand il faut aider un-e proche. Un moyen d’avoir sous la main des réponses simples à l’essentiel des questions juridiques les plus courantes et de retrouver facilement des infos fiables ».

Mais alors pourquoi Mauvais Citoyen ? « Car s’intéresser à ses droits, c’est déjà ne plus filer droit » expliquent les instigateurs qui reprennent la démarche dans un long communiqué :

« Il y a quelques années encore, la violence ouverte des forces répressives était plutôt réservée aux quartiers populaires, et le geste policier était plus timide sous les yeux du quidam. Aujourd’hui, l’offensive anti-sociale est clairement déclarée et le terme gardien de la paix est plus que jamais fallacieux. Ça cogne, ça arrête pour rien, et derrière ça condamne sévèrement dans les tribunaux. On pourrait dire que la répression s’est démocratisée en même temps que la contestation sociale s’est généralisée. L’ordre libéral ne convainc plus que les droitards sourds et aveugles aux désastres de ce monde. Il ne tient plus que par sa police, qui peut dès lors, sans souci, organiser des manifestations sauvages, armée et cagoulée sur les Champs Élysées, obtenir des augmentations de salaire, conserver son régime spécial de retraite, etc. La police n’est vraiment pas un corps de métier comme un autre : elle est la quintessence de l’État. La propagation des méthodes de répression des quartiers populaires vers le maintien de l’ordre ordinaire a mis en évidence le fait que, désormais, tout le monde peut se trouver mutilé-e par un LBD ou étouffé-e sous le genou d’un CRS. En manif, la quantité de grenades lancées, la violence des offensives contre les cortèges, le recours massif à des armes potentiellement létales témoignent du fait qu’une guerre contre la population est en cours. Et cette guerre est parfaitement assumée comme telle : qu’importent les morts, les mutilations, les condamnations de l’ONU, de la Cour européenne des droit de l’homme, ou d’Amnesty international. Qu’importe que la France soit prise en exemple par des régimes comme la Chine pour parfaire son arsenal juridique face à la contestation à Hong Kong ».

La répression vis-à-vis des Gilets jaunes a encouragé (entre autres) le développement de cet outil : « En six mois de mouvement Gilets jaunes, la police a mutilé autant de personnes que sur les vingt dernières années en France. Et l’institution a toujours soutenu ses ouailles ». Mais également la multiplication de la répression policière, parfois aveugle :

« Des pans de plus en plus larges de la population traversent les viseurs de la police mais aussi les couloirs des commissariats. Les arrestations sont désormais “préventives” (amener du simple matériel de protection est désormais suffisant pour se retrouver 48h enfermé-e) et les gardes à vue tendent à devenir des peines extra-judiciaires. L’assentiment du pouvoir vis-à-vis de l’arbitraire des violences comme des dérives procédurales exprime un choix stratégique : recourir à la force partout où il y a résistance aux tenants du pouvoir et de l’économie. Dans les tribunaux, la tendance est la même. Quantité de procès liés à la contestation sociale sont fondés sur des dossiers vides, des éléments mensongers, des droits non respectés. S’il y a des cas où les procédures bâclées permettent d’obtenir des nullités, voire des relaxes, dans la très grande majorité des cas elles permettent des condamnations plus sévères. À toutes les étapes, le parcours judiciaire est semé d’embûches ».

S’il existait au préalable des guides, papiers, informant les citoyens de leurs droits, cette initiative sous forme d’application est une nouveauté, beaucoup plus accessible depuis son smartphone, pour un public qui rechigne de plus en plus à lire le papier.

« Puisque tous les bad citizens peuvent être potentiellement confronté-e-s à la police ou la justice et que l’on peut devenir un bad citizen à tout moment, il est important de connaître leurs règles, c’est-à-dire à la fois le droit mais aussi les pratiques qui s’imposent dans la rue, les commissariats, les tribunaux et les prisons. L’application Bad Citizen n’aborde pas la question du droit avec le regard illusionné du bon citoyen outré par le non-respect institutionnel des lois, mais depuis une perspective pratique de défense des luttes, en considérant dans sa juste mesure ce qu’implique d’être justiciable. Que la police et la justice respectent ou non les cadres légaux, il faut dans tous les cas savoir comment elles agissent et à quelle sauce elles peuvent nous manger pour pouvoir se défendre. L’appareil de lois est construit pour le maintien de l’ordre. Bad Citizen prendra plutôt le parti des exploité-es, des énervé-es, des révolté-es. »

L’application Bad Citizen est gratuite, sans pub, et ne récolte ni argent ni données personnelles. L’intégralité de son contenu juridique a été vérifié par des avocats.

Pour la télécharger, c’est ici : 

Lien Playstore : https://play.google.com/store/apps/details?id=org.nativescript.badcitizen&hl=fr
En téléchargement direct : https://www.filehosting.org/file/details/840916/bad-citizen.apk

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Documentaire CNews : « Éric Zemmour, le dynamiteur »

Documentaire CNews : « Éric Zemmour, le dynamiteur » https://www.dailymotion.com/video/x8601lb Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de...

Dans les cités de Marseille avec Stéphane Ravier

Marseille, le Pastis, le vieux-port, la culture, la cuisine, la pétanque... Oui, mais pas que. Parce que Marseille c'est aussi...

Articles liés