« Jésus était pédé » vs « France Inter est une radio publique animée par des cons » [L’Agora]

A LA UNE

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

France Inter et quelques uns de ses journalistes ressemblent de plus en plus à ce qui sort dans vos toilettes au lendemain d’une soirée trop arrosée.

On y écoute à longueur de journée une bande de cons, de raclures de bidet, parler au bas peuple que nous sommes, lui expliquer ce qui est bon et mauvais pour nous. Avec, il faut le reconnaitre, parfois d’excellents invités ou d’excellentes chroniques, difficiles toutefois à sélectionner parmi les tas de conneries qui font qu’en Bretagne, on est bien content d’avoir Radio Bonheur !

Parmi les cons de France Inter, on retrouve bien entendu Meurice, ou la conne Charline Vanhoenacker, ou encore l’humoriste « conventionné et subventionné » Frédéric Fromet qui est revenu sur la fiction « La première tentation du Christ« , en « égayant » l’écoute des auditeurs par une chanson intitulé « Jésus est pédé ». « Jésus, Jésus, Jésus est pédé, j’vois pas pourquoi ça dérangerait » chante-t-il, empruntant l’air de Jésus revient, sous les rires goguenards du tas de cons qui monopolisait le plateau à ce moment là. Avant de conclure sa chanson par « Jésus, Jésus, Jésus est pédé, membre de la LGBT, du haut de la croix pourquoi l’avoir cloué, pourquoi ne pas l’avoir enculé ».

Oh quel courage ! Quel défiance vis à vis du système ! Le mot con revient beaucoup dans ce petit papier, mais après tout, « le droit au blasphème est un droit, que si on ne l’utilise pas il s’use, et qu’on est Charlie » dirait la conne Vanohoenacker, là encore terriblement rebelle.

On aimerait tellement que Meurice et Fromet aient le courage de pousser la chansonnette à heure de grande écoute à propos de l’homosexualité supposée (ou de la pédophilie ?) d’autres icônes monothéistes. « On est Charlie », mais pas au point de se mettre des communautés plus virulentes que les catholiques à dos. Pas au point de risquer, comme l’ont fait certains courageux journalistes morts de leurs caricatures, de se prendre des balles de kalachnikov à bout portant. Frédéric, ta guitare, dans ce cas, elle ne te servira à rien ! Baltringue ! Pauvre con !

Et puisque Charline Vanhoenacker aime à rire à gorge déployée parce que « on est Charlie », pourquoi n’invite-t-elle jamais Dieudonné sur le plateau pour un sketch dont il a le secret ? Ah, on me glisse dans l’oreillette que Charline serait Charlie mais uniquement sous certaines conditions ? Connasse va ! « Excusez moi mais quand on est énervé ça soulage » dirait notre Adolfo national.

En attendant, bien entendu qu’on peut rire de tout, c’est même conseillé, ça fait du bien. Mais comme dirait mon camarade Xavier Eman, « la seule chose qui me gêne en fait c’est que la liberté d’expression soit contingentée et non absolue. Je ne militerai jamais pour la censure mais au contraire pour qu’on puisse faire le même genre d’humour sur TOUS les sujets. Parce que là, pour le coup, on pourrait vraiment rigoler…»

Je veux bien payer chaque année ma redevance pour y entendre de la bouche d’un humoriste raté que Jésus est pédé. Mais je veux aussi y entendre du Dieudonné ou encore du Bigard passer derrière Charline et lui faire la blague du Paon. Ou bien on rit de tout et avec tout le monde, ou bien on ferme sa gueule, définitivement !

Parce qu’en attendant, Jésus n’est pas le seul à se faire enc…à longueur de journée par le service public et ses animateurs aux QI de poules.

Julien Dir

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Patrick Buisson interrogé par Charlotte d’Ornellas : « La modernité nous met face à notre propre vide » [Interview]

Patrick Buisson politologue et ancien conseiller personnel du président Sarkozy, publie un nouvel essai qui raconte tout ce que...

Tour d’Italie. Caleb Ewan remporte la 7ème étape du Giro

Deuxième victoire d'étape pour Caleb Ewan (Lotto-Soudal) le 14 mai 2021, à l'occasion de la 7ème étape du Giro....

Articles liés

« Jésus est pédé ». Aucun problème pour le Conseil d’Etat

Le Conseil a validé il y a quelques jours, sur la forme, la dissolution de Génération Identitaire. Il vient, par contre, d'estimer qu'un artiste...

Bataille culturelle. Booba, France Culture et le « Grand Remplacement » par le rap…

La radio France Culture déplore une chute drastique de son audience depuis quelques mois. La faute au Covid-19 selon certains, la faute à l'absence...

Eric Zemmour à propos de France Inter : « Ces gens-là adorent la diversité ethnique mais détestent la diversité des opinions »

Eric Zemmour : « Il suffit d’écouter France Inter pour comprendre la cathophobie et l’islamophilie de cette radio publique. Ces gens-là adorent la diversité...

Un été de propagande dans les médias : France Inter et l’été comme jamais

Nos confrères de l'OJIM diffusent un article sur la propagande dans les médias durant l'été. Nous vous laissons découvrir le papier (la première partie)...