Retrouvez ci-dessous les vœux d’Emmanuel Macron à la presse mainstream. Des vœux particulièrement convenus, dans lesquels Emmanuel Macron a défendu les journalistes du système, la presse mainstream, face à tous les médias alternatifs qui se développent sur le web, et qu’il voit de plus en plus d’un mauvais œil.

Nous vous laissons découvrir cette intervention, dans laquelle on découvre d’innombrables appels du pied, au copinage et à l’entre soi. Pour le moment, le traitement de ses vœux, très sympathique, par la presse mainstream va d’ailleurs dans ce sens. Emmanuel Macron révèle là une vision inquiétante qu’il a de la liberté de la presse.

Ce dernier n’a en effet eu de cesse de caresser les journalistes de la presse mainstream dans le sens du poil, tout en fustigeant la presse alternative et les réseaux sociaux qui seraient vecteurs d’une forme d’information parallèle qu’il faudrait combattre. Ainsi, les journalistes du système détiendraient presque, si l’on écoute Emmanuel Macron, le pouvoir de décider ce qui est une bonne information de ce qui ne l’est pas.

Ce dernier a insisté pour réglementer, réguler la profession. On sent très bien à nouveau qui est visé (les journalistes alternatifs, les photographes indépendants, ceux qui filment les manifestations…). Il a évoqué également dans des termes staliniens, l’aide nécessaire à « une presse d’éducation de la jeunesse » visant notamment les Fake News. Tout en faisant l’apologie des organes de « décodage » de l’information, en osant jusqu’à citer l’AFP.

Le président de la République semble ainsi décidé à renforcer l’arsenal juridique concernant le traitement de l’actualité et de l’information. Tout en appelant les journalistes du système à être les Chiens de garde (ce qu’ils sont déjà). « C’est votre travail, c’est à vous de le faire » indique ainsi Emmanuel Macron « Aussi longtemps que vous ne le ferez pas, vous laisserez prospérer une forme de concurrence déloyale dans le rapport à la vérité. Et vous laisserez prospérer la société des affinités choisies et d’une transformation de la vérité… ». Lunaire. Avant de poursuivre :

« SI chacun dans la rue peut faire du journalisme sans qu’on sache qui, comment, à quel moment, il n y aura plus de photographe de presse, plus de journaliste de presse. Mais simplement des citoyens cherchant à convaincre d’autres citoyens qu’ils ont une vérité. Il y aura des citoyens convaincus qu’ils ont la vérité et qu’elle est partagée. Nous sommes dans une société du commentaire, du cloisonnement, de la décorrélation des faits au réel. Les pouvoirs publics ont un rôle à jouer lorsque cela les concerne, mais vous avez un rôle à jouer. Vous avez collectivement des choix à faire, et certains d’entre vous l’ont déjà fait »

Emmanuel Macron a ensuite appelé à l’invention d’un nouveau modèle économique, évoquant les conséquences de la perte progressive d’un modèle économique (sans évoquer par contre les médias sous perfusion, comme l’Humanité, lue par une minorité, mais aidée chaque année pendant des années par l’État). Tout en évoquant le pillage de la presse organisé par les grandes plateformes numériques… avec qui pourtant la presse Mainstream travaille notamment à la censure et au « décodage » .

Tout en revenant également sur la directive sur les droits d’auteurs. « Il en va de nos modèles. Il n y a pas de transaction avec ceux qui veulent piller ». Emmanuel Macron veut ainsi partir en guerre contre le modèle anglo-saxon, défendant un modèle français « qui défend les auteurs, les journalistes, les reporters, les photographes, celles et ceux qui ont dans leurs mains quelque chose de particulier, qui relève d’une singularité qui va avec votre profession (…) sur ce sujet nous ne devons rien céder, et nous mènerons le combat avec force »

Emmanuel Macron est enfin revenu sur les mesures, nouvelles, favorisant la presse mainstream (investissement, crédit d’impôt, diffusion dans les collectivités) et à celles censées éviter la mainmise de « puissances étrangères » dans l’économie de la presse en France.

En conclusion, le chef de l’État s’est montré toujours aussi mielleux vis-à-vis des journalistes présents.

« Nous sommes face à un monde de grandes bascules, avec de plus en plus de menaces, de tensions qui ne vous rendent pas la vie facile, mais à moi non plus. Il faut faire œuvre commune pour cheminer et essayer et de faire et d’expliquer les rôles qui nous sont dévolus ».

Puis de conclure sur une phrase d’Albert Camus : « Former les cœurs et les esprits, les réveiller plutôt, c’est la tâche modeste qui revient aux journalistes indépendants. Informer les Français tout en les entrainant, savoir parler aux cœurs et aux esprits ». 

Avant d’indiquer aux journalistes présents « C’est ce que vous allez devoir faire en 2020 », puis d’adresser ses vœux de courage. « Je forme pour vous des vœux de courage et d’enthousiasme ».

Les applaudissements massifs firent ensuite penser à ces parents pas peu fiers, qui félicitent leur enfant prodige, celui qui a obtenu son diplôme et qui vient les remercier de l’avoir fabriqué et éduqué…

YV

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 Commentaires

Comments are closed.