La délinquance à Nantes, même les grands médias nationaux finissent par s’en apercevoir. Dans son 20 heures du 20 janvier, TF1 a diffusé un reportage de Benoît Christal sur le trafic de drogue dans la ville des ducs de Bretagne. À deux mois des élections municipales, c’est Johanna Rolland qui a dû être contente !

Le journaliste n’y va pas avec le dos de la cuillère. « C’est comme une fatalité pour les Nantais », commence-t-il. « À cette station de tramway [Commerce], les vendeurs de cannabis sont partout. » Une jeune passante confirme : « Des dealers, il y en a partout, et à Commerce, ben, c’est une habitude ». Et un jeune Noir justifie ouvertement la consommation de drogue en la comparant à la consommation d’alcool.

« Ici, l’usage du cannabis ne fait plus débat », reprend Benoît Christal. « Les jeunes en consomment très tôt. (…) Ces lycéens n’y voient aucun problème. » La police un peu plus. « Elle est confrontée à un nouveau phénomène. Les vendeurs de cannabis s’installent dans le centre-ville pour être au plus près de leurs clients. » Ce qui n’améliore pas pour autant la situation en périphérie. « Dans les quartiers populaires de Nantes, les trafiquants règlent désormais leurs différends à coups de kalachnikov. Près de soixante règlements de compte ont eu lieu ici en 2019, du jamais vu à Nantes. »

Le matin même, Breizh-info avait fait état des inquiétudes du procureur de la République de Nantes devant l’augmentation de la délinquance. Largement liée au trafic de drogue. Et dire que certains pensaient, il y a peu encore, que, ici ou par exemple, nous exagérions la gravité de la situation…

Illustration : capture d’écran TF1, janvier 2020
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine