Iran. Une autre vague de contestation populaire frappe Khamenei

A LA UNE

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Vannes, Lanester. Retour en vidéo sur les manifestations contre le Pass sanitaire

Des milliers de personnes ont défilé samedi 17 juillet dans les principales grandes villes bretonnes comme dans toute la...

La grogne populaire de la mi-novembre a une fois de plus visé le pouvoir à Téhéran. Cette fois, l’étincelle qui a mis le feu aux poudres a été la destruction d’un avion de ligne ukrainien dans le ciel de la capitale iranienne, entraînant la mort de 176 innocents.

Après le crash, les étudiants d’Amir Kabir et d’autres universités sont descendus dans la rue avec la population pour montrer leur indignation contre ce régime, qui n’a apporté que la mort et la haine. Les flammes de la colère se sont rapidement étendues dans plusieurs villes, comme Ispahan, Chiraz, Babol, Lahijan, Hamedan et Machad.

Les étudiants, avant-garde du soulèvement

Cette fois, les meneurs des manifestations, d’abord à Téhéran, puis dans le reste des villes, étaient les étudiants. Ils ont ciblé le guide suprême dès le début. Les slogans étaient axés sur la dictature d’Ali Khamenei. Les frondeurs ont scandé « A bas le dictateur » ou « commandant-en-chef, démission ! », exigeant le départ du guide suprême de l’Iran.

Le peuple iranien s’est opposé à cette nouvelle dictature dès le début des années 1980. Il a traversé le massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988, le soulèvement des étudiants en 1999, les manifestations populaires les fraudes électorales de la présidentielle de 2009, le soulèvement de décembre 2017 et les récents événements de novembre 2019.

Cette fois, la cible principale était Khamenei en tant que dictateur. Tous les arguments et les revendications qui avaient mené aux manifestations des années précédentes non seulement sont restés valables, mais certains sont encore plus forts.

Plus des deux tiers des Iraniens, un pays riche, vivent sous le seuil de pauvreté. Le chômage augmente chez les jeunes et particulièrement parmi les diplômés. Toute cette situation a conduit, ces dernières années, à la formation de bataillons de la faim et du chômage.

Tout cela a été boosté par la répression des libertés fondamentales. La répression des femmes et le voile obligatoire, l’oppression des jeunes qui ont soif de modernité et rejettent les dogmes médiévaux ; une catégorie qui refuse de se résigner. Tous ces arguments et ces motifs ont contribué à façonner le mouvement anti-dictature qui est aujourd’hui devenu imparable.

En outre, le sang de 1 500 personnes injustement versé par la dictature religieuse lors des événements récents, a accentué la mobilisation. Cela a été clairement démontré ces dernières semaines, dans les slogans des étudiants qui criaient dans les rues : « 1 500 personnes tuées en novembre!”. Le litige pour les personnes qui ont perdu la vie dans l’attaque du vol ukrainien s’est ajouté au litige pour les victimes du soulèvement de la mi-novembre.

Principales caractéristiques du soulèvement de janvier

Le septième soulèvement organisé ce mois-ci a sa meilleure illustration dans les slogans. En plus de se concentrer sur le fascisme religieux et à Khamenei, les manifestants ont également souligné la répression et l’exportation du terrorisme par les gardiens de la révolution. En plus d’être responsable du massacre de 1500 personnes en novembre, cet organe est la principale cause de l’avion ukrainien abattu. “Gardien! Honte à toi, dégage du pays », ont scandé les étudiants en janvier, ainsi que “les gardiens commettent des meurtres, le guide suprême les soutient!” et ainsi de suite.

Après l’élimination du général Qasem Soleimani lors d’une opération américaine en Irak, le guide suprême a utilisé une propagande trompeuse et diffusé des informations en premières pages des journaux pour s’assurer que Soleimani devrait être considéré comme un héros national et un être cher, incitant les gens à sortir dans les rues pour célébrer ses funérailles. Au lieu de cela, les gens ont démontré publiquement qu’il déteste cet homme en brûlant son portrait. « Soleimani assassin, son guide aussi est assassin », ont-ils crié en réponse au barnum de ses funérailles.

Hamid Enayat

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Océarium du Croisic : lâcher de raies et de roussettes dans l’océan

Ce n'est pas une première mais l'Océarium du Croisic a organisé un lâcher d'une cinquantaine de jeunes poissons en...

Nantes : jusqu’à 7 degrés de différence l’été entre les quartiers

La problématique des îlots de chaleur – ces quartiers plus urbanisés et moins « verts » où la chaleur...

Articles liés

Iran-Arabie saoudite : une (im)possible réconciliation ?

Une nouvelle configuration géopolitique se dessine au Moyen-Orient : deux rivaux historiques dans la région, l’Iran et l’Arabie saoudite, démarrent actuellement un dialogue pour...

Siria : an Iran a glask astenn he levezon dre he yezh

Klask a ra Teheran astenn he levezon e biz Bro-Siria. « Kreizennoù Sevenadurel Iranian » a zo bet savet e kêrioù zo da skouer ma glask...

Général Soleimani, le stratège de l’Iran

En janvier 2020, les drones de Trump éliminaient un des personnages les plus craints du Moyen-Orient, le général iranien Qassem Soleimani. Retour sur celui qui fut l’homme de l’ombre des mollahs et le héros de tout un peuple, à...

Les sanctions américaines contre l’Iran ont permis à la Chine d’être plus influente en Asie centrale

Les sanctions sont devenues une arme redoutable utilisée par Washington pour maintenir la pression sur la Chine et étouffer l'Iran. Les États-Unis, qui détestent...