Fibre optique. Deux ans de retard pour le très haut débit en Bretagne

A LA UNE

Armée. « Oui, de nouveau, la guerre civile couve en France et vous le savez parfaitement » : L’avertissement des militaires d’active aux autorités...

« Si nous ne pouvons pas, réglementairement, nous exprimer à visage découvert, il nous est tout aussi impossible de...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Covid-19. La situation s’améliore partout dans le monde, à l’exception de l’Asie de l’Ouest

Après avoir plafonné dans la semaine du 24 avril au 1er mai, les nombres hebdomadaires de contamination (-5%) et...

Le déploiement de la fibre optique, tant attendue, a pris du retard en Bretagne. Beaucoup de retard même : deux années. Et des responsabilités à pointer du doigt dans une région où la LGV vers Paris a davantage mobilisé les élus.

Fibre optique, le retard breton

Peut-on vraiment être surpris ? Les promesses de voir la fibre optique couvrir l’ensemble des campagnes bretonnes à l’horizon 2026 sont bien mal engagées. Le projet, destiné à alimenter les foyers bretons avec le très haut débit supérieur à 100 Mb/s, accuse en effet deux ans de retard sur les prévisions de la phase 1 du déploiement, à savoir la période 2016-2020.

Dans ce contexte, le président de la Région Bretagne (B4) Loïg Chesnais-Girard s’est rendu à Pontivy le 4 février pour faire le point sur la mise en place du THD (très haut débit) dans le département à l’occasion d’une réunion sur le projet Bretagne très haut débit (BTHD). Étaient notamment présents le syndicat mixte de coopération territoriale Mégalis Bretagne (dont le président est Loïg Chesnais-Girard lui-même) et les élus du Morbihan. Dont la maire de Pontivy Christine Le Strat. Et cette dernière a rapidement prévenu Loïg Chesnais-Girard : « Je ne vais pas vous ménager ». Un sentiment de colère d’autant plus légitime dans un Centre-Bretagne où l’arrivée de la fibre optique est attendue de longue date par les acteurs économiques locaux. Il n’y a pas que la LGV vers Paris pour dynamiser les écosystèmes bretons ! Visiblement bien conscient de ces manquements inacceptables dans le respect des délais annoncés, le président du Conseil régional a présenté ses excuses aux élus « qui sont en première lignes face aux mécontentements légitimes des usagers ».

Quel avenir pour le THD en Bretagne ?

Dans le détail, l’écart entre les grandes villes bretonnes et les campagnes est, une nouvelle fois, criant ! Les agglomérations ayant pris elles-mêmes en charge le déploiement du THD n’ont pas connu de retard. Mais, hors des villes, le compte n’y est pas du tout. En cause, Mégalis Bretagne qui a cumulé une série de problèmes. Du manque de main d’œuvre à la pénurie de fibre en passant par des péripéties administratives, le bilan n’est guère reluisant… et les délais non tenus.

Un désaveu qui ne concerne pas que le Morbihan mais aussi les autres départements bretons. Le 5 février, Loïg Chesnais-Girard était cette fois en visite en Ille-et-Vilaine, à Iffendic. En présence, là aussi, des maires et élus des intercommunalités mais également du président du Conseil départemental, le socialiste Jean-Luc Chenut.

Quelles perspectives pour rattraper les retards dans la mise en place du THD en Bretagne ? La Région a changé de méthode l’année dernière, a rappelé Loïg Chesnais-Girard : « il y a un an nous avons décidé de passer à un marché de conception – réalisation, un choix politique fort. […] L’entreprise Axione, filiale du groupe Bouygues, s’est donc vue confier toutes les études et l’ensemble du chantier. » Avec l’ambition de réaliser 150 000 prises de fibres par an. Seul point positif de cet état des lieux, le coût du projet, initialement évalué à trois milliards d’euros, est désormais de 1,7 milliards d’euros. Rendez-vous en 2026 pour savoir si Mégalis et la Région vont être à la hauteur de l’enjeu. Les conclusions de la phase 2 en 2023 donneront déjà une idée de l’avancée du chantier. Ou de l’accumulation des retards…

Crédit photo : Pixabay (Pixabay License/PawinG)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Football. Le Stade Rennais accroche le PSG, victoire du FC Nantes, défaites de Brest et de Lorient

Le sprint final est lancé concernant la saison de Ligue 1, avec la 36ème journée jouée ce week-end. Les...

Handball. Nantes vainqueur de l’EHF European League

Le club de Nantes Atlantique Handball a décroché le premier titre européen de son histoire en remportant l’EHF European League dimanche 9...

Articles liés

Nominoë et les Rois de Bretagne Episode 20

L'implantation des Vikings pèse lourdement sur la Bretagne, le peuple est éreinté, les hommes du nord établissent des bases proches du littoral et se...

Sondages régionales 2021 en Bretagne. Vers un second tour à 5 listes ?

Se dirige-t-on vers un deuxième tour des régionales à 5 listes ? À moins de deux mois des élections régionales en Bretagne, ce serait...

Tourisme en Bretagne. Ouverture de 8 VVF

Dès à présent, la majorité des VVF accueillent les premiers vacanciers et 93 seront ouverts pour les traditionnelles « grandes vacances d'été ». Sur...

Régionales en Bretagne. Le point sur les candidatures déclarées

Les élections régionales de 2021 de Bretagne ont lieu les 20 et 27 juin 2021 afin de renouveler les membres du conseil régional de Bretagne. La campagne peine à réellement débuter, mais déjà, les principales...