À la rencontre de Campus Vox, un média étudiant pour libérer les universités françaises ! [Interview]

A LA UNE

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions britanniques Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Il y a quelques jours, nous nous sommes faits le relais de plusieurs excellentes vidéos d’un nouveau média, intitulé Campus Vox. Un média réalisé par et pour les étudiants des universités, qui propose des analyses, des micro-trottoirs, des reportages au plus près des préoccupations des étudiants de France.

Un média alternatif qui, par ailleurs, refuse de se laisser matraquer par la pensée unique qui règne au sein de ces universités où des groupuscules d’extrême gauche font trop souvent la pluie et le beau temps pour les étudiants : pression sur les universités pour interdire tel ou tel intervenant (comme récemment M. Lejeune à Lille), agressions de militants à l’occasion des élections syndicales. Menaces en tout genre sur la liberté d’expression. Et au milieu de cette guéguerre dont le totem se transmet chez l’extrême gauche depuis des générations, une majorité d’étudiants qui aspirent avant tout à travailler, à étudier, à s’instruire de manière libre, sans se faire intoxiquer par de petites minorités, mais influentes tout de même, il suffit de voir les ravages de l’université Evergreen de l’autre côté de l’Atlantique…

« Campus Vox est un média en ligne qui répertorie les atteintes à la liberté d’expression et à la liberté d’étudier au sein du système universitaire et post bac Français. Campus Vox a pour but d’exposer dans les universités tous les abus de la pensée unique et de la pression idéologique. Notre équipe de journalistes travaille avec des étudiants et des professeurs et tient à produire un contenu journalistique précis et exigeant en présentant chaque information avec objectivité et rigueur » expliquent les animateurs de ce site que nous vous conseillons, et dont nous avons interviewé le rédacteur en chef.

Breizh-info.com : Qui est derrière Campus Vox et quelle est votre ligne éditoriale et votre ambition ?

Xavier Nicolas (Campus Vox) : Campus Vox a été fondé par une équipe de jeunes journalistes qui voyaient dans le sujet de l’université un thème trop peu traité et souvent partiellement dans les médias traditionnels. Xavier Nicolas, notre rédacteur en chef est allé observer le système américain pendant plusieurs mois, et c’est à son retour que nous avons décidé de créer Campus Vox, pour mettre au jour ces dérives qui pénètrent déjà nos universités et pour éviter que nous en arrivions à la situation américaine.
Nous avons à cœur de révéler la véritable situation des universités françaises au moyen de correspondants étudiants dans toutes les universités. Ces étudiants nous transmettent des informations qui sont ensuite vérifiées par notre équipe, publiées et promues auprès des grands médias. Nous sommes à la frontière avec le modèle de l’agence de presse, notre but est tout simplement de lancer l’alerte, et que le débat sur les dérives de l’université soit un débat d’envergure national.

Breizh-info.com : Vous entendez vous attaquer aux dérives idéologiques au sein de l’université française. Lesquelles sont-elles ? Va-t-on tout droit vers le modèle Evergreen ? Avez-vous des exemples de ces dérives ?

Xavier Nicolas (Campus Vox) : Elles sont malheureusement très nombreuses. Nous pouvons néanmoins en distinguer des plus inquiétantes que d’autres. Les dérives idéologiques sont en fait les plus graves, car elles sont plus sournoises. Vous avez dans les universités des véritables chasses à l’homme contre les étudiants qui émettent une pensée contraire. Nous recevons des témoignages tous les jours d’étudiants qui disent avoir peur de s’exprimer par peur de représailles qui pourraient coûter cher à leurs études. Car en effet la chape de plomb n’est pas seulement du fait des étudiants mais aussi des professeurs, voire des administrations. Nous sommes dans l’obligation de ne pas publier certains témoignages car ces étudiants ont peur d’être identifiés et d’être pris pour cible par les antifas, voire d’être virés de leur université ou de leur école.

Il est clair que nous allons vers un modèle à la Evergreen, certaines institutions sont en avance sur ce processus, notamment les Écoles Normales Supérieures, celle de Lyon en tête où le simple fait d’être catholique peut être un frein et où l’on vous impose de la propagande à longueur de journée. Mais de nombreuses universités ne sont pas loin derrière. On assiste à l’apparition d’un nouveau rapport à l’oppression qui devient de plus en plus inquiétant, à l’apparition de groupes communautaires, en non mixité sexuelle, raciale, etc.

Breizh-info.com : Il semblerait pourtant que les universités françaises regorgent d’une majorité silencieuse d’étudiants, pas forcément politisés, qui n’aspirent qu’à étudier. Pourquoi est-elle si silencieuse, notamment face à des minorités agissantes et influentes ?

Xavier Nicolas (Campus Vox) : Effectivement, il s’agit d’une minorité active qui impose sa loi. Que ce soit lors des blocages où une cinquantaine d’étudiants empêchent à parfois plus de 30 000 étudiants de passer leurs examens, ou les différents groupes « racisés » ou LGBT. C’est cette culture de l’oppression qui s’invente des oppresseurs, et chaque étudiant de cette majorité silencieuse devient potentiellement un oppresseur. C’est pour cette raison que la peur s’est installée, que cette majorité d’étudiant n’ose pas contrer ces agissements et ces groupes très organisés et réduits. La majorité est désorganisée, c’est pourquoi elle ne peut pas agir, elle ne constitue pas une communauté homogène, elle n’a pas de valeurs communes qui puissent les rassembler puisque aujourd’hui ces valeurs communes ont souvent perdu leur substance.

Breizh-info.com : Parlez-nous de vos premiers gros buzz. Quels sujets avez-vous ciblés ? Quelles audiences ou retours avez-vous rencontrés ? 

Xavier Nicolas (Campus Vox) : Notre but est de lancer l’alerte sur des sujets qui méritent d’être diffusés. Aujourd’hui les réseaux sociaux permettent d’atteindre une audience large, mais nous avons une règle d’or : « quand un sujet est important, ne jamais en rajouter, s’il doit buzzer comme on dit, il buzzera ». On attache beaucoup d’importance au factuel. Quand vous prenez les premiers témoignages que nous avons publiés, ils étaient suffisamment édifiants pour ne pas en rajouter. Et effectivement ils ont fait du bruit. Nous savons grâce à nos correspondants que nos articles sont scrutés et discutés par de nombreux étudiants et professeurs et qu’ils en ont peur. C’est assez satisfaisant de voir que le sentiment d’hégémonie est friable, que les faits dérangent.
Un autre volet de notre réussite des débuts est la vidéo. Nous cherchons avec ces micro-trottoirs à montrer l’endoctrinement de cette jeunesse, à ceux qui nous regardent mais aussi en direct aux étudiants qui sont nombreux à nous poser des questions à la fin de l’interview : « je ne savais pas », « vous pourriez me donner plus de sources pour que je puisse répondre la prochaine fois à mon professeur qui en cours profite de notre ignorance pour imposer ce qu’il pense ». C’est très satisfaisant pour nous de voir que la seule soumission d’une idée ou d’une information contraire à ces étudiants permet de les faire réfléchir sur leurs certitudes (voir ici la chaîne YouTube du média). Nous avons enregistré à l’heure actuelle déjà plus de 25 000 visites sur notre site.

Breizh-info.com : Votre média a-t-il vocation à s’étendre en dehors de Paris ? Comment est-il reçu dans les universités que vous fréquentez ?

Xavier Nicolas (Campus Vox) : Notre média est déjà présent dans pratiquement toutes les grandes villes de France, Toulouse, Strasbourg, Bordeaux, Lille, Rennes, Nantes, Lyon, mais nous recherchons encore d’autres correspondants pour couvrir l’ensemble du système universitaire français ! Lors de nos déplacements dans ces universités, notre média est très bien reçu par cette majorité silencieuse dont on se fait en quelque sorte le porte-voix. Nous ne sommes affiliés à aucune organisation ni parti politique, nous voulons simplement rétablir la vérité et du moins la faire connaître, et les étudiants en ont conscience.

Malheureusement, d’autres étudiants, qui sont plus des militants que des étudiants, nous interdisent déjà l’accès à certaines facultés. C’est le cas notamment à l’université de Nanterre où nos tournages sont systématiquement perturbés par la venue de militants de l’UNEF et du NPA accompagnés de supplétifs antifas’.

Breizh-info.com : Plus globalement, quel regard portez-vous sur la presse en France ? Et sur la presse alternative ?

Xavier Nicolas (Campus Vox) : La presse en France est en train de prendre un tournant. Devant la montée d’une autre voix portée à travers les réseaux sociaux et l’émergence d’une défiance envers la classe médiatique, les médias traditionnels sont dans l’obligation de s’ouvrir et de changer. Mais le processus est très lent et demande encore beaucoup d’efforts. Nous avons des connexions dans la plupart de ces médias et nous voyons les mentalités changer, lentement mais changer tout de même. La presse alternative a joué et joue un rôle majeur dans ce processus, elle a la qualité d’être indépendante mais doit pour exister être très rigoureuse sur l’exercice journalistique et la déontologie. Ce monde est en mutation et laisse entrevoir de grandes perspectives d’avenir pour d’autres voix.

Propos recueillis par YV

Illustration : Campus Vox
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Eric Zemmour : « La guerre civile a déjà commencé. Lorsqu’on égorge un professeur dans la rue, cela s’appelle comment ? »

Eric Zemmour : « Si les militaires parlent comme ils le font c’est que la situation est gravissime (…)...

Cyclisme. Taco Van Der Hoorn, à l’ancienne, remporte la 3ème étape du Giro !

Les équipes de sprinteurs se sont faites piéger, et on ne peut qu'être content, dans un cyclisme de plus...

Articles liés

I-Média n°338 – Les médias découvrent la violence des cités

I-Média n°338 – Les médias découvrent la violence des cités https://www.youtube.com/watch?v=6d-tjbJK0es Sommaire ⬇️ 00:00​​​ Introduction 01:01​​ L’image de la semaine L’association de lanceurs d’alerte Génération Identitaire...

Paris. Armés, des antifas attaquent violemment des étudiants de la Cocarde Etudiante en pleine manifestation

Les images sont violentes. En plein coeur de Paris ce 26 janvier, des militants de l'extrême gauche « des antifas » ont attaqué des...

Dissidence, presse alternative, pratique. Quels canaux suivre sur Telegram ?

Maintenant que nous vous avons expliqué comment faire pour rejoindre la plateforme Telegram, nous vous proposons ci-dessous une liste non exhaustive (et qui sera...

Les principaux chiffres du logement étudiant en Bretagne administrative en 2020

Alors que le ministère de l’enseignement supérieur prévoit une augmentation d’environ 24.000 étudiants à la rentrée 2020, la question du logement étudiant reste une...