Italie. Matteo Salvini fustige les étrangères qui viennent avorter gratuitement

A LA UNE

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

En Italie, les déclarations de Matteo Salvini sur l’avortement des étrangères ont fait des vagues. Mais ces pratiques se font à la charge du système de santé italien.

Matteo Salvini et les avortements d’étrangères

Le leader de la Ligue a fait parlé de lui le 16 février. Lors d’une réunion publique se déroulant à Rome pour lancer la campagne de sa formation politique avant les élections municipales de l’année prochaine, Matteo Salvini a abordé l’épineux sujet de l’IVG (interruption volontaire de grossesse). Une pratique légale jusqu’au troisième mois depuis 1978 en Italie. Une fois ce délai dépassé, l’IVG est toujours envisageable pour un certain nombre de raisons thérapeutiques. Toutefois, près de 70 % des gynécologues, se référant au principe de l’« objection de conscience », s’opposent à pratiquer l’avortement.

Pour Matteo Salvini, c’est l’utilisation des services médicaux italiens par des femmes étrangères qui pose problème : « Nous avons eu des signalements [NDLR : par des infirmières] selon lesquels certaines femmes, qui ne sont ni de Rome ni de Milan, se sont présentées pour la sixième fois aux urgences de Milan pour une interruption de grossesse », a-t-il déclaré. Puis d’ajouter : « Ce n’est pas mon travail, ni celui de l’État de donner des leçons de morale ou d’éthique à qui que ce soit, il est juste que la femme choisisse pour elle-même et pour sa vie. Mais on ne peut pas considérer les urgences comme la solution à un mode de vie non civilisé en 2020 ».

Des IVG aux frais des Italiens

Pour l’ancien ministre de l’Intérieur italien, se pose aussi la question des coûts engendrés par ces pratiques. Dans cette optique, il suggère de limiter le nombre d’IVG prises en charge financièrement par l’État : « Certains ont pris les urgences pour un distributeur automatique de soins sans payer un centime. Il est temps de dire stop aux milliers de citoyens non italiens qui campent aux urgences. La troisième fois que vous vous présentez, vous payez. » Le ton est donné…

Du côté du monde médical, les propos de Matteo Salvini ont fait réagir. Selon Pina Onotri, secrétaire générale du Syndicat des médecins italiens SMI, « l’avortement ne se pratique pas en Italie dans les services d’urgences, cela semble étrange, voire impossible, à moins que ne survienne une pathologie, un avortement spontané, ce qui est rare ».

Outre ses critiques envers les avortements de femmes étrangères, Matteo Salvini n’a pas non plus ménagé le gouvernement italien actuel sur d’autres points. Notamment sur le plan économique où il a suggéré de baisser les impôts pour lutter contre l’évasion fiscale. Il a aussi tirer quelques flèches contre la municipalité de Rome et certaines de ses priorités : « Allons contrôler les camps de roms, pas les bars et les restaurants, où j’ai vu la police mesurer des chaises et des tables sur les terrasses ». Sans oublier de fustiger les déchets qui jonchent la ville un peu partout. Du Salvini dans le texte ! Reste à savoir si le style fera toujours recette lors des prochains scrutins.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Semaine de l’Agriculture : le programme en Côtes d’Armor et Finistère

Du 13 au 24 mai prochains, se déroulera partout en France la Semaine de l'Agriculture Française. De nombreuses actions,...

Cyclisme. Le Tro Bro Léon, c’est dimanche, avec Barguil, Gaudin, Gilbert, Laporte…

Place à la 37e édition du Tro Bro Leon dimanche 16 mai, le  "Paris-Roubaix breton". Ce sera la 4ème manche...

Articles liés

Vague migratoire. 1400 migrants ont abordé l’Europe ce week-end

Nouvelle vague migratoire en Europe, nouvelle capitulation des autorités. Plus de 1400 migrants sont arrivés, samedi et dimanche, à Lampedusa dans le sud de...

1er-Mai : des manifestants installent une guillotine à l’effigie de Mario Draghi en Italie

Des affrontements ont eu lieu le 1er mai à Turin entre les forces de l’ordre et des manifestants descendus dans la rue pour protester contre la...

Cyclisme. Giro 2021 : Le parcours détaillé du Tour d’Italie, étape par étape

Après les classiques flamandes et ardennaises, voici qu'une nouvelle partie de la saison cycliste pointe le bout de son nez, et mènera les coureurs...

Pompéi : la vie avant la mort

Que savons-nous réellement de Pompéi, ensevelie sous les cendres par l'éruption du Vésuve en l'an 79 de notre ère ? Décryptage des plus importants...