Brexit. Ces changements auxquels les voyageurs devront songer en 2021

A LA UNE

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions britanniques Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Le Brexit aura des conséquences pour les voyageurs européens à partir du 1er janvier 2021. Entre continuité et changements, faisons le point.

Brexit : les voyageurs doivent prévoir un passeport

L’entrée en vigueur du Brexit le 1er février dernier va aussi avoir des conséquences pour les personnes souhaitant se rendre au Royaume-Uni. Cependant, une période de transition doit durer au moins jusqu’au 31 décembre 2020, laps de temps durant lequel les relations entre les deux parties resteront inchangées.

Mais, à partir du 1er janvier 2021, les choses pourraient connaître des modifications concernant la législation relative aux voyages avec la mise au point de nouvelles règles transfrontalières entre les responsables politiques européens et britanniques d’ici là. Dans l’attente d’éventuels accords, des certitudes existent déjà pour celles et ceux qui souhaitent anticiper un voyage l’année prochaine outre-Manche.

À commencer par le passeport. Car, si pendant la période de transition, une carte nationale d’identité en cours de validité peut toujours suffire pour pénétrer au Royaume-Uni, cela risque de se compliquer par la suite. Une fois la transition terminée, les autorités britanniques pourraient cesser d’accepter les cartes nationales d’identité pour entrer sur leur territoire. Ainsi, les voyageurs ressortissants de l’UE, d’Islande, de Norvège, de Suisse et du Liechtenstein devront donc se munir d’un passeport de moins de 10 ans pour les séjours de moins de 3 mois. Pour les durées supérieures, il devrait s’agir d’un visa.

Quels impacts selon les modes de transport ?

Quant aux moyens de gagner le Royaume-Uni, des nuances existent selon les modes de transports choisis par les voyageurs. Ceux optant pour le train, le bus ou le ferry ne devraient pas rencontrer de changements (sauf annonces ultérieures). Même chose concernant les règles de protection des passagers dans les transports en commun. Selon le Centre européen des consommateurs (CEC France), « après le Brexit, les droits des passagers ferroviaires resteront inchangés pour les trajets nationaux (à l’intérieur du Royaume-Uni) comme transfrontaliers (en Eurostar par exemple), que le transporteur soit basé au Royaume-Uni ou dans l’UE ».

Même continuité pour les demandes de remboursement en cas de retard qui seront toujours prises en compte, qu’il s’agisse d’un trajet transfrontalier en train, en bus ou en ferry.

Toutefois, des incertitudes demeurent au sujet du transport aérien. Si les voyageurs prenant l’avion vers ou depuis le Royaume-Uni sont actuellement protégés en cas de retard, de refus d’embarquement ou d’annulation de vol grâce au règlement européen n° 261/2004, il n’est pas certain que cette garantie perdure après le 31 janvier 2020 pour les vols au départ du Royaume-Uni. Face à cette interrogation, le CEC Franc précise que « le gouvernement britannique semble souhaiter le maintien des droits des passagers aériens, quelles que soient la destination (UE ou hors UE) et la nationalité du transporteur (britannique, européen ou autres) ».

Téléphonie, soins médicaux, etc. : en attente

Pour les voyageurs comptant prendre le volant outre-Manche, il est encore impossible pour l’heure de s’avancer sur la validité ou non des permis de conduire européens sur les routes britanniques en 2021. Si les négociations ne permettaient pas une issue favorable sur ce point, les conducteurs étrangers devront alors envisager de se munir d’un permis de conduire international.

Mêmes zones d’ombres concernant la prise en charge des soins médicaux au Royaume-Uni après la transition. Il n’est pas encore dit qu’une carte européenne d’assurance maladie soit utilisable en cas d’accident pendant un séjour outre-Manche.

Une autre interrogation se pose aussi au sujet des frais de téléphonie. Tandis que les frais d’itinérance liés aux communications mobiles émises du Royaume-Uni vers la France (appel, SMS, Internet mobile) ne sont pas facturés jusqu’au 31 décembre 2020, reste à savoir ce qu’il en sera par la suite.

AK

Crédit photo : Pixabay (Pixabay License/nastya_gepp)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Alternative au vaccin Covid-19. La biotech nantaise Xenothera annonce une précommande de la France pour son traitement

Il aura fallu du temps pour que l'Etat se décide ! La biotech nantaise Xenothera, créée en 2014, a...

Eric Zemmour : « La guerre civile a déjà commencé. Lorsqu’on égorge un professeur dans la rue, cela s’appelle comment ? »

Eric Zemmour : « Si les militaires parlent comme ils le font c’est que la situation est gravissime (…)...

Articles liés

Brexit, pêche. Littoral, la marée du passage

Cette histoire se déroule sur le front maritime du Brexit, à bord du chalutier l'Itasca basé à Roscoff. Ce chalutier hauturier (21 mètres, 5...

Bretagne-Britannia, des liens plus forts que le Brexit ?

Quelles relations désormais entre les îles britanniques et la Bretagne ? La Section Bretagne des anciens élèves de l’Institut d’études politiques de Paris (Sciences...

Feargal Cochrane : « Le Brexit a déstabilisé la vie politique en Irlande du Nord » [Interview]

Alors que la situation se tend et se dégrade en Irlande du Nord, il est actuellement impossible, pour des journalistes étrangers comme nous, d'aller...

Après les incidents en Irlande du Nord. « La police paie le prix de l’absence de volonté politique »

Mark Lindsay, qui préside la Fédération de la police d'Irlande du Nord, a demandé aux représentants publics des différentes communautés de choisir leurs mots...