Fake News de France TV. Non, ce ne sont pas des membres d’Aube dorée qui ont repoussé des migrants sur les îles grecques

A LA UNE

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Immigration et invasion de l’Europe. Pour Jean-Yves Le Gallou, « Tous les pays européens ont été victimes d’un coup d’Etat, des médias et des...

Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, enchaine les livres majeurs, avec la sortie de « L'invasion de...

Les Bobards d’Or 2020 viennent de se dérouler à Paris, mais on tient peut-être des concurrents de poids pour l’an prochain, en les personnes de D. Derda, S. Gripon et de T. Voulgarakis, journalistes pour France 2, c’est-à-dire pour le service public payé avec vos impôts.

Alors que des milliers de migrants se massent à la frontière entre la Turquie et la Grèce, alors que des embarcations arrivent, sans discontinuer, depuis des années sur les îles grecques, les habitants de Lesbos notamment commencent à se révolter. Grève générale, et manifestations de colère et de refus de l’accueil de ces migrants qui ruinent les îles, économiquement, touristiquement, culturellement. Mais pour ces journalistes du service public, ces manifestations de rage, qui ont amené notamment à l’agression de plusieurs journalistes et membres d’ONG jugés complices des passeurs et des migrants, seraient le fait d’Aube dorée.

« Dimanche, pour empêcher les navires de fortune qui arrivent par la mer d’accoster, des militants du parti politique néonazi Aube dorée sont arrivés sur l’île » peut-on lire sur l’article dédié…

A noter également cette pépite signée Libération, toujours dans la retenue : « Mais en matière d’inhumanité, les Grecs n’ont pas été en reste. Dimanche, dans le nord de l’île, des militants d’Aube dorée, les visages déformés par la haine, ont empêché une autre embarcation de débarquer »

Problème : cette affirmation est un mensonge.

Rien n’indique en effet, ni dans le reportage, ni sur les vidéos récoltées ici ou là sur Internet, que des membres d’Aube dorée soient derrière ces manifestations et ces actions dans les îles grecques. Au contraire d’ailleurs. Lors des dernières élections sur l’île, ce sont les partis de gauche qui ont largement triomphé, et Aube dorée n’existe quasiment pas sur l’île, ce qui peut paraître étonnant vu la situation migratoire, mais c’est ainsi.

Lors des dernières élections locales en 2019, il n’y avait même pas de candidat d’Aube dorée en périphérie d’Égée septentrionale, là où se trouve Lesbos notamment. Et cela alors que le parti était présent dans la plupart des autres périphéries grecques ce qui en dit long sur la non-implantation du parti à Lesbos.

Aux législatives de 2012 et 2015, Aube dorée était présent dans cette périphérie, avec des scores de 5,27 % et de 4,6 %, plaçant le parti en dernière position (alors même qu’il rencontrait un succès ailleurs en Grèce).

À noter par ailleurs qu’après un procès de 4 années, visant à déstabiliser le parti Aube dorée (emprisonnements, diffamations dans les médias occidentaux), alors que celui-ci était en passe de devenir le principal parti d’opposition en Grèce, c’est bien l’acquittement qui a été requis pour les dirigeants du parti, par le ministère public. Ils étaient accusés d’avoir organisé et couvert le meurtre de Pavlos Fyssas, rappeur antifasciste d’extrême gauche en septembre 2013, les tentatives d’homicides contre quatre pêcheurs égyptiens près du Pirée en juin 2012 et contre des syndicalistes communistes en 2013. Le verdict est attendu très prochainement.

Simone Le Baron, une internaute bretonne (auteur de plusieurs livres sur la Grèce) installée de longue date au pays d’Ulysse, nous fait un point sur la situation :

« J’ai remarqué que certains Français parlent sans connaître de ce parti grec “Aube dorée”. Certains le brandissent comme un épouvantail, d’autres le prennent en exemple. L’un des 147 commandements delphiques des sept sages de l’Antiquité (VIIe siècle avant notre ère) nous conseille “d’apprendre avant de connaître”, s’il n’est guère plus appliqué, il y en a un autre, “Tu dois mourir pour ta patrie”, que les Grecs d’aujourd’hui, les authentiques patriotes qui ne sont pas répartis en partis ressentent au plus profond de leurs tripes et les mets tous d’accord quand la patrie est en danger.

En Grèce l’Aube dorée ne fait plus beaucoup recette. Elle fait parler d’elle surtout en période électorale mais pas en ce moment. Je ne sais pas comment est partie cette rumeur en France de militants d’Aube dorée à Lesbos, mais ici on n’y pense même pas. Ce sont les habitants des îles tout seuls qui ont commencé à se défendre, à prendre des carabines il y a trois ou quatre jours contre les MAT (équivalent des CRS) envoyés par le gouvernement pour les bombarder de bombes lacrymogènes, car ils faisaient barrage au projet gouvernemental de construire des camps de migrants chez eux. Ça n’a pas marché, les MAT ont dû repartir la queue entre les jambes.

Les maires et même les popes sont aux côtés des habitants. Il y a quatre jours les policiers n’ont pas hésité à agresser un pope de Kallimasia à Chios, le père Georges Constantinou.

La situation vécue par les habitants des îles est devenue insupportable. Ils ont donc décidé de se défendre eux-mêmes et s’organisent en petits groupes. Leurs bêtes noires sont surtout les ONG, mais là aussi il y a des réactions : hier, des “journalistes” d’une ONG ont été pris à parti par des habitants de Lesbos qui ont jeté à l’eau leur matériel (caméras, etc.) »

En conclusion, il n’y a rien, absolument rien qui permette d’affirmer que des militants d’Aube dorée étaient présents hier (et encore moins au nom du parti) parmi les manifestants. Pas de signe distinctifs, pas de slogan, rien. Cette affirmation n’est que le fruit du cerveau militant d’un journaliste du service public qui tente de faire passer une révolte populaire contre l’immigration pour une agression d’extrême droite, de manière à disqualifier ces actes aux yeux de l’opinion publique, à heure de grande écoute, pendant le JT du dimanche soir…

Pendant ce temps, c’est vous qui payez le salaire de ces journalistes…

YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

75 ans et relogée car un squatteur vit chez elle

En 2018, Martine Garofalo décide de partir vivre en Guyane. Elle installe alors deux locataires dans sa maison de...

Bretagne. Élections régionales : un second tour de piste pour Marc Le Fur (LR)

La partie n’est pas facile pour la droite en Bretagne. Pourtant Marc Le Fur (LR) se verrait bien diriger...