Coronavirus. Amazon veut faire le ménage parmi ses produits…

A LA UNE

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Avec le développement du coronavirus, les prix de certains produits flambent sur Amazon. La société a décidé d’intervenir en tentant de faire le ménage.

Amazon interdit la vente d’un million de produits

Le coronavirus a de multiples conséquences, auxquelles on ne pense pas forcément de prime abord… Le géant du e-commerce Amazon a annoncé le 27 février dernier avoir interdit la vente de plus d’un million de produits au cours des dernières semaines. Le point commun de ceux-ci ? Ils prétendaient à tort guérir du coronavirus ou se défendre contre la maladie.

Dans le même temps, Amazon a également indiqué avoir retiré des dizaines de milliers d’offres de commerçants tiers utilisant la plateforme en ligne pour vendre à des prix exorbitants des produits de santé prisés pour faire face au coronavirus, tels des gels désinfectants et des masques de protection.

Tandis que l’épidémie se répand à travers le monde, les tarifs de certains biens se sont donc envolés compte tenu de la forte demande et des pénuries déjà ressenties dans certains pays, notamment concernant les masques. Face à la multiplication de techniques oscillant entre la spéculation et l’escroquerie dans certains cas, l’Italie, pays le plus touché par le coronavirus à l’heure actuelle en Europe, a même lancé une enquête en début de semaine dernière sur la flambée des prix sur Internet des gels hydroalcooliques et des masques de protection.

Le coronavirus fait les affaires de certains

Sur certains produits proposés sur Amazon, les prix ont parfois connu une inflation de 1 000 % depuis le début de l’épisode du coronavirus. Pour l’exemple, une boîte de masques jetables est ainsi passée de 125 dollars en période « normale » à 220 dollars. Même hausse fulgurante pour un autre type de masque, proposé avant l’épidémie à 6,65 dollars et ensuite facturé… 24,99 dollars.

C’est donc contre ce genre d’offres que la multinationale américaine est partie en chasse, une porte-parole de l’enseigne déclarant par ailleurs qu’« il n’y a pas de place pour les prix abusifs sur Amazon ». En s’appuyant sur la politique de l’entreprise selon laquelle les informations sur les produits doivent être exactes et sur le fait qu’Amazon peut retirer des offres qui nuisent à la confiance des clients, notamment lorsque les prix « sont nettement plus élevés que les prix récents proposés sur ou hors Amazon ». Aucune communication n’a toutefois été faite sur le seuil de prix à partir duquel un article est considéré comme ayant un prix injuste.

Toutefois, avec près de 60 % de son chiffre d’affaires réalisé par les vendeurs tiers de sa place de marché, le contrôle de l’ensemble des produits s’avère compliqué pour Amazon. D’autant plus que de nombreux nouveaux vendeurs, parfois obscurs, ont fait leur apparition sur la plateforme depuis le début de la crise du coronavirus et des premières pénuries en découlant.

La vigilance est donc de mise pour celles et ceux souhaitant acquérir ce type de produits en ligne. Tout comme sur un célèbre site d’annonces commerciales, français celui-là, où les offres de masques et de gants se sont multipliées ces derniers jours. Avec, là aussi, une flambée des prix indécente. Le coronavirus aura eu au moins une vertu : prodiguer une leçon condensée sur ce mécanisme fondamental qu’est la loi de l’offre et de la demande à ceux qui l’auraient oubliée.

AK

Crédit photo : Pixabay (Pixabay License/sferrario)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Semaine de l’Agriculture : le programme en Côtes d’Armor et Finistère

Du 13 au 24 mai prochains, se déroulera partout en France la Semaine de l'Agriculture Française. De nombreuses actions,...

Cyclisme. Le Tro Bro Léon, c’est dimanche, avec Barguil, Gaudin, Gilbert, Laporte…

Place à la 37e édition du Tro Bro Leon dimanche 16 mai, le  "Paris-Roubaix breton". Ce sera la 4ème manche...

Articles liés

Martin Blachier : « Je sais pas ce qu’on attend pour dire aux gens que le masque en extérieur ne sert à rien »

Pour l’épidémiologiste Martin Blachier, pour que le virus continue de reculer, il faut inciter les Français encore plus à se voir en extérieur, notamment en...

Mutants, variants, recombinants, médicaments : L’ARN polymérase du SARS-CoV-2 au centre des débats

Mutants, variants, recombinants, médicaments : L’ARN polymérase du SARS-CoV-2 au centre des débats Avec Bruno Canard, Directeur de Recherche CNRS - AFMB Campus de Luminy. https://www.youtube.com/watch?v=2TgfYYJMQow Crédit...

Royaume-Uni. Malgré la vaccination, masques et distanciation sociale obligatoires pour encore « quelques années » ?

Pour les Britanniques, la campagne de vaccination massive n'est pas synonyme de retour rapide à la vie normale. Les masques et la distanciation sociale...

D’Amazon…à Alibaba…jusqu’à Briec de l’Odet ?

​La troisième manifestation contre l’implantation d’Amazon à Briec près de Quimper (Finistère) a réuni ce dimanche matin 21 février 2021 près de 300 personnes...