Coronavirus et calculs prématurés

A LA UNE

La semaine dernière, Angela Merkel a suscité l’émoi en annonçant que « 60 à 70% de la population allemande allait être infectée par le coronavirus ».

Cette estimation, qui a été reprise par le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer ce week-end, a immédiatement suscité des calculs alarmistes sur les réseaux sociaux. Alors que les médias relaient l’idée que le taux de mortalité du covid-19 se situe entre 1 et 3%, des internautes ont calculé qu’en appliquant ce pourcentage à 60 ou 70% de la population française, on arriverait à un bilan compris entre 500 000 et plus d’un million de morts.

Mais si la gravité de l’épidémie ne fait plus guère de doute, il faut se garder des calculs hâtifs. Angela Merkel a repris une un chiffre émanant du directeur de l’institut de virologie de l’hôpital berlinois de la Charité, Christian Drosten, qui a apporté quelques précisions. Le chercheur estime d’abord que les taux de mortalité qui sont évoqués actuellement sont bien plus élevés que la réalité. Car une grande partie des malades souffrent en fait de symptômes bénins, voire ne connaissent pas de symptômes et ne sont donc pas diagnostiqués positifs. Si on les incluait dans les cas positifs, la mortalité chuterait largement. Christian Drosten s’attend ainsi à une mortalité comprise entre 0,3 et 0,7%. En prenant 0,5, on arriverait pour l’Allemagne à 280 000 morts, disait-il. Mais ce chiffre, qui n’a rien de certain, n’a guère de sens sans la composante temporelle, insiste-t-il. Car la contagion de 50 à 70% d’une population qu’il évoque, si elle devait être atteinte, pourrait prendre des années, insiste-t-il.

D’autres épidémiologistes contactés par Désintox jugent d’ailleurs très prématuré de faire de telles projections, étant donné ces inconnues.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Belgique. À Bruxelles, 76 % des jeunes musulmans s’identifient avant tout au « Monde islamique » mais s’estiment « chez eux »

Une étude menée à Bruxelles auprès d'un jeune public composé majoritairement de musulmans révèle que ces derniers s'identifient avant...

Et si les Européens n’étaient pas les premiers à avoir poser le pied sur les îles Malouines ?

Depuis leur première observation par des explorateurs européens dans les années 1600, les scientifiques et les historiens pensent que...

Articles liés