Coronavirus. Le Pakistan augmente sa production de chloroquine pour la Chine

A LA UNE

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Pendant qu’en France on persiste à ne pas intégrer dans l’essai clinique national le traitement à la chloroquine expérimenté avec succès à Marseille par l’IHU – et dont Sanofi a annoncé pouvoir offrir à l’État de quoi traiter 300 000 patients – le Pakistan augmente nettement sa production de chloroquine pour en fournir à la Chine.

L’entreprise chinoise Guangzhou Pharmaceutical Holdings Limited a commencé par acheter 15 000 comprimés de chloroquine par divers canaux au Pakistan, puis 300 000 de plus – dont 200 000 à titre gratuit. Les comprimés ont été produits par le laboratoire pharmaceutique Bayer.

De quoi faire écrire à certains médias pakistanais que le Pakistan avait une solution contre le coronavirus. Pas seulement le Pakistan du reste, mais sa situation proche de l’Iran, très touché, de la Chine, qui s’en remet peu à peu et non loin du Moyen-Orient qui commence à se confiner, fait les affaires de ses laboratoires pharmaceutiques.

Il se trouve que la chloroquine – qui est un très ancien antipaludique – a vu sa production suspendue en Chine depuis vingt ans, du fait de la résistance de certaines formes de paludisme à la chloroquine.

Néanmoins la chloroquine s’est illustrée dans la lutte contre le coronavirus et est utilisée dans les protocoles de soin au Moyen-Orient et en Asie. En France, un essai mené par le professeur Didier Raoult à Marseille sur 24 patients volontaires montrait que 6 jours plus tard, seuls 25 % avaient encore le virus – ce qui améliore nettement le tableau clinique, et donc les chances de survie de ceux qui n’ont plus le virus.

Dans Marianne (16/3/2020), le professeur Didier Raoult expliquait ainsi : « Le docteur Zhong Nanshan, qui a géré l’épidémie de coronavirus chinois avec succès, a montré que la chloroquine améliore le tableau clinique. En Arabie saoudite, pays où il y a eu le plus de coronavirus [le coronavirus est une famille de virus, dont le COVID-19 est un des types] ces dernières années, Ziad Memish la recommande également comme traitement de base. Ces deux scientifiques sont les meilleurs au monde pour traiter les coronavirus, mais en France, peut-être parce que l’un est Chinois et l’autre Arabe, on ne les écoute pas. En Corée du Sud, la chloroquine est aussi dans le protocole officiel, comme en Iran ».

De quoi faire dire à ce médecin nantais excédé : « quand est-ce que les abrutis qui nous gouvernent vont avoir leur quota de morts et faire le nécessaire ? Dans l’ordre, demander 10 millions de masques à la Chine, ils sont largement capables de nous les fournir, leur demander des centaines de milliers de tests et tester toute la population, et soigner massivement à la chloroquine, puisque ça marche. On est vraiment gouvernés par des nases : ce qui se passe était largement prévisible, et ils ont quand même réussi à tout planter ».

Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Gérald Darmanin est un client de Valérie Hervo

Si vous voulez rencontrer Gérald Darmanin, il est plus simple d’aller chez Valérie Hervo que de solliciter un rendez-vous...

Nantes. Tabassé en avril, il se venge sur… une jeune femme

Nous écrivions dernièrement qu’un jeune homme âgé de 18 ans avait été tabassé à coups de sabre, batte et...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Mutants, variants, recombinants, médicaments : L’ARN polymérase du SARS-CoV-2 au centre des débats

Mutants, variants, recombinants, médicaments : L’ARN polymérase du SARS-CoV-2 au centre des débats Avec Bruno Canard, Directeur de Recherche CNRS - AFMB Campus de Luminy. https://www.youtube.com/watch?v=2TgfYYJMQow Crédit...

Dr Gérald Kierzek : « Il faut sortir de cette hystérie sanitaire et politique »

Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'Hôtel Dieu, Directeur médical de Doctissimo et auteur de "Coronavirus, comment se protéger?", était l'invité de Sud Radio https://www.youtube.com/watch?v=PGYHmiZFLK8 Face à...

Covid-19. La Tanzanie ne veut pas du vaccin en l’absence de certitudes sur ses effets secondaires

En Tanzanie, les autorités conseillent à la population d'avoir recours à des remèdes traditionnels contre le Covid-19 et se refusent à commander des doses...

Covid-1984 (Telegram) : « Dans l’Histoire du monde, je n’ai pas souvenir que des esclaves aient été libérés plus vite parce qu’ils obéissaient mieux » [Interview]

Sur le canal Telegram, dont nous vous avons expliqué le process récemment, on trouve énormément de chaines qui diffusent du contenu de qualité (voir...