Coronavirus. L’UE va donner 450 millions d’euros au Maroc, 250 millions à la Tunisie

A LA UNE

L’UE va jouer les philanthropes sur le continent africain en accordant une aide financière au Maroc et à la Tunisie. Un choix vraiment prioritaire ?

Coronavirus : 250 millions d’euros pour la Tunisie

À l’heure où plusieurs États européens bataillent face au coronavirus avec parfois, comme en France, des pénuries de moyens matériels, l’Union européenne a décidé d’octroyer la somme de 250 millions d’euros à la Tunisie pour aider le pays à affronter la pandémie de Covid-19. Cette annonce a été faite le 28 mars par l’intermédiaire d’un communiqué conjoint de la délégation de l’UE à Tunis et du ministère des Affaires étrangères tunisien. Le ministre tunisien Noureddine Erray s’étant entretenu précédemment par téléphone avec le commissaire européen à l’Élargissement Oliver Varhelyi.

Selon le communiqué, « la décision de l’UE d’autoriser le décaissement immédiat au profit de la Tunisie d’un appui budgétaire sous forme de dons, à concurrence de 250 millions d’euros » se justifie pour « lutter contre le coronavirus et ses conséquences socio-économiques ».

Autre marque de sa très grande générosité, l’Union européenne a aussi fait part de son intention de renforcer son aide à un programme de soutien au secteur de la Santé en Tunisie. Un renforcement qui se fera en « triplant les fonds qui lui sont alloués, lesquels passeront de 20 millions d’euros sur 13 gouvernorats à 60 millions d’euros pour tous les gouvernorats ».

L’UE aide aussi le Maroc financièrement

Dans le même temps, l’UE apporte aussi son soutien à un autre pays du Maghreb, à savoir le Maroc. Cette fois, c’est une enveloppe de 150 millions d’euros que la communauté européenne va allouer à celui-ci pour les besoins du Fonds spécial pour la gestion de la pandémie Covid-19 créé à l’initiative du roi Mohammed VI.

Par ailleurs, l’Union européenne va accélérer la réorientation des 300 millions d’euros alloués au pays pour aider le Maroc à répondre aux besoins exceptionnels engendrés par le coronavirus. À l’origine des tractations entre l’UE et le Maroc, on retrouve une nouvelle fois le commissaire européen Oliver Varhelyi. Qui s’est entretenu avec le ministre des Affaires étrangères marocaine Nasser Bourita avant la publication d’un communiqué relatant cette nouvelle dépense de l’Europe.

Enfin, en apprenant que Oliver Varhelyi s’est félicité des « mesures fortes et nécessaires, adoptées avec promptitude par le Royaume du Maroc pour faire face à la propagation du virus et à ses effets », on aurait aimé voir l’UE prêter autant d’attention à l’Italie, abandonnée à son sort. Et même pourquoi pas, dans le cas français, voir Bruxelles venir secouer ce gouvernement enchaînant les maladresses dans la gestion de la crise sanitaire, à commencer par le scandale du manque de masques. Mais non, les peuples européens ont finalement été livrés à eux-mêmes. Avec le risque d’en tirer des conséquences radicales une fois que la pandémie sera derrière nous.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Crise Énergétique Mondiale : Comment a-t-on pu se tromper à ce point-là ?

À quelques jours seulement de la COP26, la Chine annonce qu’elle vient de décider de rouvrir ses centrales au...

BHL et BZH contre Zemmour [L’Agora]

Bernard-Henri Lévy n’aime pas Éric Zemmour. Et le reproche le plus terrible qu’il trouve à lui adresser est : « Zemmour...

Articles liés