Iran. Un gros massacre pour sortir de l’Impasse ?

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

Alors que j’étais jeune apprenant, j’étais stupéfait par l’enthousiasme que le régime iranien avait à aller en guerre contre l’Irak, une guerre dans laquelle plus d’un million de personnes étaient tuées et deux millions blessées, avec des dégâts matériels évalué à plus d’un milliard de dollars. L’ancien Guide Suprême du régime, Ruhollah Khomeiny, a laissé entendre à travers un discours que nous poursuivrions le combat contre l’Irak jusqu’à la dernière brique de la dernière maison qui sera restée en place à Téhéran. Cela résonne encore dans mes oreilles.

Dans un premier temps, j’ai cru que la raison était la vieille rancune personnelle que Khomeiny avait contre les leaders Irakiens depuis son exil dans leur pays. Dans cette guerre, les enfants étaient utilisés pour nettoyer les champs de mines au front de la guerre pendant que l’Imam chiite vivant galopait sur un cheval blanc, leur donnant gratuitement la clé d’accès au ciel.

Selon les déclarations du régime, au moins 47.000 enfants ont péri sur les fronts de guerre. Pour Khomeiny, accepter le cessez-le-feu était plus difficile que boire un calice empoisonné. C’est alors que j’ai réalisé dans une certaine mesure pourquoi le régime avait si tant besoin de la guerre. C’est devenu encore plus clair des années après la fin de la guerre, quand le régime a placé les os récupérés des champs de batailles dans des cercueils, pour qu’ils soient exposés dans les places publiques et les universités.

L’exécution de quelques 30.000 prisonniers politiques à l’été 1988 était aussi un autre incident pénible à comprendre. Ce massacre, seulement comparable à quelques tueries d’Auschwitz, eut lieu juste après que l’Ayatollah Khomeiny accepta le cessez-le-feu. Surpris par cette réaction, certaines personnes crurent que la raison du massacre était l’attaque effectuée par l’opposition armée du régime, laquelle était basée le long des frontières à l’époque.

Après cela, le régime se mit à attaquer tout et tout le monde comme une bête. Mais, en creusant un peu plus loin, nous nous sommes rendus compte que l’ordre de ce massacre était donné par Khomeini avant l’attaque, prouvant que c’était un acte planifié. La plupart des personnes impliquées dans ce meurtre de masse occupent aujourd’hui des postes de choix dans le régime.

L’apprenant que j’étais est devenu à présent un homme mature et a rencontré un autre phénomène étrange. Pourquoi le régime des mollahs ne prend-il pas des mesures sérieuses pour combattre le Coronavirus ? Pourquoi a-t-il annulé le confinement partiel qui a été mis en place pour quelques jours ? Pourquoi le Président, avec le soutien du Guide Suprême, a soudainement ordonné que tous retournent au travail alors que cela est susceptible de provoquer une hausse soudaine de la propagation de la maladie ?

Cela a lieu alors même que la Société Iranienne pour l’Immunologie et l’Allergie a publié une lettre ouverte avertissant le président Hassan Rohani contre cette approche d’immunité collective, signifiant que cela causera la propagation du COVID-19 dans les deux tiers de la population et mettra 2 millions de personnes en danger de mort. Suivant l’instruction de Rohani, le Guide Suprême a dit dans un commentaire que l’histoire du genre humain a enregistré à diverses occasions des morts massives de ce genre et que ceci n’est pas sans précédent. Cet effrayant commentaire avait, en effet, pour objectif de préparer la population à accepter un nombre élevé de morts, ce qui, à l’allure où vont les choses, devrait normalement arriver.

J’ai comme l’impression qu’à chaque fois que le régime se trouve dans une impasse, une tuerie massive de personnes est la seule porte de sortie. C’est le principe directeur de ce régime. Aujourd’hui, le régime se trouve dans une impasse fatale. Des soulèvements consécutifs de 2017 à janvier 2020 ont secoué le régime. Pendant les protestations de novembre, les forces répressives du régime ont ouvert le feu sur de jeunes gens non armés, tuant 1500 d’entre eux, ce qui a sévèrement sapé la position du régime à la fois sur le plan national qu’à l’international.

Alors, le Coronavirus s’est installé. Si le régime avait une intention de protéger la population, il aurait imposé la quarantaine en fournissant un moyen de subsistance à plus de 30 millions de travailleurs intérimaires et leurs familles. Le régime n’est enclin à effectuer aucune de ces actions et est disposé à garder ses économies astronomiques pour lui seul.

En imposant la quarantaine, les populations affamées se révolteront contre le régime. Par conséquent, pour échapper au destin fatal, la seule porte de sortie reste un autre meurtre massif. Si les gens avaient souffert de faim en quarantaine, le régime serait tenu pour responsable, mais dans l’approche de l’immunité collective, il n’est pas responsable de la mort des Iraniens ; le virus étant blâmé.

Le régime iranien essaie d’éviter renversement et blâme la communauté internationale pour cette tuerie massive, laissant entendre que cela résulte de sanctions infligées au pays. Les biens du régime sont estimés à environ 200 milliards de dollars, ce qui appartient aux citoyens. Malheureusement cela est seulement utilisé au bénéfice du Guide Suprême pour son avidité du pouvoir.

Ce régime sera-t-il en mesure de sortir de cette impasse en utilisant un meurtre massif comme cela a été le cas dans le passé ? L’ordre mondial est en train de changer à une vitesse exponentielle et il est fort improbable que ce régime médiéval réussisse à s’imposer dans le nouvel ordre.

Hamid Enayat

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

De La Baule à Biarritz : ces maires de la côte qui demandent la réouverture des discothèques pour éviter les « fêtes sauvages »

Une tribune signée par une quinzaine de maires du littoral français demande la réouverture des discothèques afin d'éviter des...

Ecosse. Une étudiante bientôt expulsée de son université pour avoir dit que les femmes « ont un vagin et ne sont pas aussi fortes...

L'Ecosse, comme tout le Royaume-Uni, ressemble à un asile psychiatrique grandeur nature, toutefois révélateur du terrorisme intellectuel qui germe...

Articles liés

Général Soleimani, le stratège de l’Iran

En janvier 2020, les drones de Trump éliminaient un des personnages les plus craints du Moyen-Orient, le général iranien Qassem Soleimani. Retour sur celui qui fut l’homme de l’ombre des mollahs et le héros de tout un peuple, à...

Les sanctions américaines contre l’Iran ont permis à la Chine d’être plus influente en Asie centrale

Les sanctions sont devenues une arme redoutable utilisée par Washington pour maintenir la pression sur la Chine et étouffer l'Iran. Les États-Unis, qui détestent...

Iran. Le dossier nucléaire iranien va-t-il peser sur les prix du pétrole dans le monde ?

Le président iranien Hassan Rouhani a demandé à Joe Biden de ramener les États-Unis à l'accord nucléaire de 2015, ainsi que de lever les...

Condamné à mort pour conversion au christianisme : le droit d’asile en France refusé à un Iranien et sa femme

Un Iranien converti au christianisme, condamné à mort dans son pays, a demandé l'asile en France avec sa femme et ses enfants. Une demande...