Devenir partenaire
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Impact économique du Covid-19 : faut-il craindre de futures hausses d’impôts ?

Après deux mois d’un confinement très strict, la crise sanitaire en France disparaît peu à peu… et laisse la place à une crise économique majeure. Afin de limiter l’impact économique au maximum, le gouvernement a ouvert grand les vannes de l’argent public : fonds de solidarité, prêts garantis par l’État, généralisation du chômage partiel, plans de sauvetage par secteurs (aérien, automobile, tourisme)… Une réaction rapide et forte qui aura permis d’éviter une hausse brutale du chômage comme dans de nombreux pays. Le chômage aux États-Unis a ainsi atteint 14,7%, son plus haut niveau depuis la crise des années 30…

Les chiffres clés

  • Le coût des mesures actuelles : 150 à 200 milliards d’euros de dépenses non prévues en 2020
  • L’impact d’une hausse d’impôts potentielle :
    • TVA : + 20 Md€ par an
    • Impôt sur le revenu : + 5 Md€ par an
    • Impôt sur les sociétés : + 3-4 Md€ par an
    • Rétablissement de l’ISF : + 2-3 Md€ par an

Alors combien ?

Entre précautions sanitaires et effets économiques négatifs, c’est désormais l’heure des choix pour le gouvernement. Un maintien trop long des mesures de restrictions de circulation risquerait de déprimer pour longtemps l’économie française. Une levée trop rapide pourrait être lourdement sanctionnée par les électeurs si l’épidémie repartait à la hausse.

Déjà le gouvernement communique sur un élargissement de la limite des 100 kilomètres… et a annoncé une diminution de la prise en charge du chômage partiel (l’un des plus généreux au monde). Le gouvernement s’oriente donc vers un desserrement progressif des contraintes pesant sur les Français, et vers une réduction des aides apportées à l’économie.

Reste une question : qui va payer pour les milliards dépensés pour sauver l’économie ?

En deux mois, le gouvernement a consacré 450 milliards d’euros à la gestion de la crise, soit 20 % du PIB. Une somme colossale.

Une partie de ces 450 milliards a été injectée directement en soutien de l’économie (chômage partiel, fonds de solidarité), une autre partie (300 milliards d’euros) est liée à la mise en place de garanties de prêts bancaires pour les entreprises.

L’impact du plan de soutien à l’économie sur les comptes publics sera donc majeur, et inédit en temps de paix. La Commission européenne indique que le déficit français devrait atteindre 9,9 % en 2020.

Au final, la crise devrait coûter entre 150 et 200 milliards d’euros à la France.

Qui va payer ?

Pour analyser les différents scénarios, il faut comprendre qui, aujourd’hui, prête de l’argent à la France. Cet argent dépensé pour faire face à la crise, la France ne l’a pas. Elle doit donc l’emprunter sur les marchés. Aujourd’hui, l’essentiel de ces emprunts est souscrit par la Banque Centrale Européenne (BCE). La France n’est pas la seule à fonctionner de cette façon. Tous les États membres de l’Union européenne empruntent à la BCE. Et la BCE… appartient aux membres de l’Union européenne. Faut-il s’attendre à un effacement de toute les dettes liées au Covid ? C’est une possibilité, mais elle n’a rien de certain et en tout cas aucun des États membres n’a communiqué sur cette éventualité.

En mettant de côté l’éventualité d’un effacement de la dette Covid, la question demeure : qui va payer ? En bout de course, la réponse ne fait guère de doute… Les contribuables et les entreprises devront régler la note.

Quand ?

Le gouvernement a communiqué dans un seul sens. Bruno Le Maire le 5 avril : « la meilleure réponse à la dette, c’est la croissance ». Gérald Darmanin le 4 mai : « nous n’allons pas augmenter les impôts ».

En 2020, augmenter les impôts est bien sûr inimaginable. En pleine relance de l’économie, l’effet d’une hausse d’impôts sur l’activité serait dévastateur. Et l’an prochain ? 2021 devrait également être préservé car ce devrait être une année de reprise économique forte après la crise actuelle. Une reprise que le gouvernement ne voudra surtout pas freiner avec de nouvelles taxes.

Faire payer les riches ?

L’ISF, supprimé par Emmanuel Macron et remplacé par un « ISF immobilier », l’IFI, pourrait-il faire son grand retour ? Peut-être mais ce ne serait qu’un retour symbolique. L’ISF, à ses plus belles heures, permettait de collecter seulement 5 milliards d’euros par an. L’IFI rapporte aujourd’hui 2 milliards. Un rétablissement de l’ISF rapporterait donc 2 et 3 milliards d’euros par an. Bien loin des 150 à 20 milliards dépensés face au Covid cette année…

Les vraies options

Pour éponger cette « dette Covid », une hausse d’un des trois impôts français « stars » est l’éventualité la plus probable : la TVA (51 % des recettes fiscales), l’impôt sur le revenu (25 %) ou l’impôt sur les sociétés (12 %).

L’impôt sur les sociétés était en train d’être baissé progressivement pour faire face à la concurrence des autres États européens dans ce domaine. Une hausse de ce côté est peu probable, même si les entreprises ont beaucoup bénéficié de la protection de l’État pendant cette crise. Si un gouvernement choisissait néanmoins cette option, une hausse de quelques points du taux d’IS pourrait faire gagner entre 3 et 4 milliards d’euros par an au budget de l’État.

La TVA a l’avantage d’être l’impôt qui rapporte le plus et une hausse de deux ou trois points pourrait rapporter 20 milliards par an. Problème : cet impôt est payé par tous et risque de peser sur le budget des ménages, en particulier les plus modestes qui souffrent déjà de l’impact économique du Covid. Un choix qui serait difficile à assumer politiquement.

Dernière option : l’impôt sur le revenu. Évidemment une hausse ne pourrait se faire que dans les tranches moyennes et supérieures du barème pour éviter de pénaliser les plus modestes. Cette option renforcerait encore la concentration de l’impôt sur le revenu sur les tranches supérieures. Le risque serait ainsi d’accélérer l’exil fiscal des plus riches. Gain potentiel d’une hausse : 5 milliards d’euros par an.

Un impôt « spécial Covid » ?

Le gouvernement pourrait également proposer un impôt exceptionnel, limité dans le temps, destiné uniquement à éponger cette dette. Par exemple, une contribution exceptionnelle sur les grandes entreprises ? On ne peut que spéculer sur cette éventualité pour le moment.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Les commentaires sont fermés.

Ce sujet vous intéresse ?

Créez un compte ou connectez-vous sur Breizh Info et sélectionnez vos catégories favorites pour ne pas rater l'information qui VOUS intéresse.

Publicité

Soutenez Breizh-info

LES DERNIERS ARTICLES

A La Une, Agriculture, Politique

Agriculture. La FNSEA possède un patron en or

International, Sociétal, Société

Afrique du Sud : un étudiant blanc sanctionné pour “outrage aux LGBT”

excès

Santé

Obésité : 46% des Français estiment que les pouvoirs publics n’en font pas assez

semaine de quatre jours

Economie, International, Social, Sociétal

Travail. Au Royaume-Uni, la semaine de quatre jours est un succès

Sociétal

Fermetures de comptes de dissidents politiques : les occitanistes aussi ?

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

ST-MALO

Port de Saint-Malo : trafic de marchandises en baisse, passagers en hausse et pêche en demi-teinte en 2023

Découvrir l'article

Economie

Les mesures de la loi de finances que les particuliers doivent connaître

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

Covid-19. Le rapport final au 1er janvier 2024

Découvrir l'article

Santé

Covid-19 : ce que révèlent les chiffres officiels fin 2023 (Version poche, actualisée, simplifiée)

Découvrir l'article

International, Justice, Politique, Santé

Covid-19. En Roumanie, l’ancien Premier ministre visé par une enquête criminelle pour l’achat suspect de millions de doses de vaccin

Découvrir l'article

Education, Santé, Social, Sociétal

Covid-19. Efficacité du masque chez les enfants : des preuves introuvables

Découvrir l'article

A La Une, International, Santé

Covid-19. En Allemagne, une commission d’enquête parlementaire révèle des zones d’ombre dans la gestion de la crise sanitaire

Découvrir l'article

Santé

Sérum physiologique à la place du vaccin anti-Covid. Seuls 3 patients trompés portent plainte : signe d’une prise de conscience ?

Découvrir l'article

Immobilier, Sociétal

Taxe foncière. Elle va encore augmenter en 2023 pour les propriétaires [Vidéo]

Découvrir l'article

A La Une, Santé

L’épidémie de Covid-19, une épidémie plus politique et médiatique, que réelle et grave. Le bilan trimestriel au 1er juillet 2023

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍