Nouvelles fusillades à Nantes

A LA UNE

Avec le déconfinement, les délinquants nantais retournent à leurs activités normales : cambriolages, vols roulottes et vols avec violence ont repris, plus fort qu’avant la crise sanitaire, tandis que les fusillades s’intensifient ; au 15 mai, il y en avait déjà une quinzaine depuis le début de l’année.

Le compteur s’est encore amélioré. Le 31 mai vers 21h à l’angle de la rue d’Angleterre et du boulevard de Berlin, à Malakoff, deux jeunes sur un scooter ont fait feu sur un groupe de jeunes gens à plusieurs reprises. Quand les policiers sont arrivés, ils n’ont trouvé ni étui, ni blessé – comme souvent, des petites mains anonymes se chargent de faire le ménage.

Le 1er juin au même endroit, 21h10, rebelote. Il faut constater au passage que la rue d’Angleterre et ses abords immédiats – où se trouvent de juteuses places de deal – ont été le théâtre, depuis fin 2015, d’au moins 14 fusillades (voir notre carte).

 

Le 3 juin, cinq jeunes gens de Bellevue – quartier dit « sensible » à l’ouest de Nantes qu’on ne présente plus sont descendus au Breil, autre quartier « sensible » épicentre des émeutes de juillet 2018, où cinquante locaux leurs sont tombés dessus. S’ensuit une grosse bagarre, et des riverains appellent vers 21h30 les pompiers pour signaler des détonations boulevard du Massacre – il semble d’après l’enquête de police qu’il n’y a pas eu de coups de feu.

La police débarque, et arrête les cinq de Bellevue – dont un blessé à l’arcade sourcilière, ainsi que quatre délinquants du Breil cachés dans une cave rue Feyder et débusqués vers 22h15. Lorsque la police les embarque, un « mouvement de foule hostile », autrement dit une émeute, se produit.

Au stade actuel de l’enquête, il apparaît que la bagarre a eu lieu entre deux bandes de délinquants rivales, pour le contrôle de l’argent de la drogue, la rue Feyder abritant plusieurs lieux de deal très juteux – un réseau tournant 24h/24 y a été récemment démantelé, mais la nature a horreur du vide.

Autre fait divers lié à la délinquance de la drogue, le 29 mai, la BAC a poursuivi à Nantes-Nord – près de la Petite Sensive – un véhicule dont le conducteur refusait obstinément de s’arrêter. Lorsqu’il a fini par emplafonner des poteaux le long de la voie du tram boulevard Einstein, une foule hostile s’est opposée à l’interpellation, bien que des renforts de police soient arrivés. Un agent de la BAC et deux de la brigade canine ont été blessés, quatre délinquants interpellés pour violences et outrages.

Louis Moulin

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Aux Etats-Unis, un grand réseau d’hôpitaux catholiques traitait prioritairement les non-Blancs quelles que soient les comorbidités des Blancs

L’un des plus grands systèmes hospitaliers des États-Unis donnait plus de poids à la race qu’au diabète, à l’obésité,...

Rugby. Le RC Vannes s’impose à Grenoble (10-25) et renverse sa saison

C'est une victoire qui pourrait tout changer pour le RC Vannes cette saison en Pro D2. Une victoire à...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés