Raphael (prénom modifié à sa demande) est commerçant à Rennes depuis 23 ans. Un commerçant excédé, comme beaucoup de ses confrères, et cela depuis des années. La cause ? L’explosion des violences, des vols, des incivilités dans le centre-ville de la capitale bretonne – une violence que Breizh-info souligne depuis des années et qu’aujourd’hui, la presse mainstream ne peut plus cacher comme ça a été le cas des années durant.

Ce dernier nous a contacté pour réagir (il dit avoir adressé un email sans retour à Ouest-France) suite à la parution d’un article sur une pétition qui est actuellement diffusée à Rennes et qui dénonce la délinquance et l’insécurité, grandissante, dans le centre-ville de Rennes. Pour lui, cette pétition « n’a aucune chance d’aboutir ».

« Les élus de la ville de Rennes sont au courant, depuis des années, du climat délétère qui s’est installé en centre-ville; Ils ne font rien. Ils sont idéologiquement allergiques à l’idée d’exiger de l’Etat qu’il fasse le ménage via les autorités, la police et la justice, dans le centre-ville » nous dit-il.

La cause de la délinquance selon lui ? « Les mineurs isolés, des bandes de jeunes immigrés qui ont colonisé l’espace public, et qui multiplient vols, agressions gratuites, trafics de drogue, à la vue et au su de tous ». Nous ne pouvons que confirmer ces propos, alors que nous sommes amenés à constater chaque semaine les affaires impliquants des extra-européens, provenant très souvent du Maghreb, dans des affaires de délinquance à Rennes.

« Aujourd’hui, ils seraient plusieurs dizaines de mineurs étrangers isolés à avoir transformé le centre-ville en véritable terrain de chasse. Notamment sur l’axe place de la République à la place Saint-Anne » écrit non pas Breizh-info, mais Ouest France, dans un article récent (pour ceux qui nous accusent d’exagérer alors que nous ne faisons que rapporter des faits et constater depuis des années la dégradation du climat dans la capitale administrative de la Bretagne). « Plusieurs d’entre eux ont déjà fait l’objet de multiples interpellations et si, effectivement, ils se trouvent de vrais mineurs, d’autres mentent sur leur âge pour échapper à des sanctions de la justice et profiter de l’ordonnance de 1945 »

Du côté des élus, qui publiquement, expliquent chercher des solutions, c’est l’inaction qui prévaut. La police municipale n’est toujours pas armée malgré les demandes répétées. Les commerçants ne sont pas entendus (beaucoup d’entre eux ne sont pas électeurs à Rennes…). Des réponses ont été annoncées « dans les prochains jours », mais Raphael n’y crois absolument plus : « La municipalité de Madame Appéré n’a de cesse de se déclarer ville ouverte aux migrants, ville qui cherche des solutions pour loger toute la misère du monde. Les conséquences, elles se trouvent aussi aujourd’hui dans la situation du centre-ville. Et ceux qui refusent d’admettre le lien entre l’immigration aveugle et cette délinquance peuvent signer toutes les pétitions du monde, cela ne changera rien. Il n y avait pas toute cette délinquance à Rennes lorsqu’il y avait moins d’immigration dans la ville »

Sur le site ville-ideale.fr, qui attribue des notes aux villes en fonction des commentaires et des retours des gens qui y passent ou qui y habitent, Rennes est noté 5,43/10, bien loin des études qui en font une des villes de France où la qualité de vie serait une des meilleures.

Morceaux choisis :

« Ville sale ou règne une insécurité grandissante avec un nombre croissant de fermetures de commerces en hyper centre suite à la suppression d’un très grand nombre de places de stationnement ». « Inexistence d’une politique de sécurité : Agression, vol, règlement de compte à la Marseillaise ». « africanisation et insécurité du centre ville depuis une dizaine années. ville bétonnée, étouffante l’été ». « Ambiance d’insécurité le soir dans le centre ville dû à l’état d’ébriété général… être une femme seule passée une certaine heure n’est pas rassurant voir envisageable ». 

« Délinquance (drogue, vols) à République, issue d’une filière organisée. Il s’agit d’une délinquance importée, commise par de très jeunes. Cependant, c’est géographiquement limité, et on peut toujours passer sous les arcanes de la Poste/république sans se faire trucider… de préférence en plein jour, tout de même! La police peine à régler ce problème »

Des dizaines de pages de commentaires (avec tout de même du positif également, ne dressons pas un tableau uniquement noir) que les élus de la ville de Rennes devraient lire, en sortant un peu le nez de leurs grilles de lecture idéologique qui ont entrainé une transformation de Rennes (et de sa métropole) au fil de ces 20 dernières années.

Pour rappel, Nathalie Appéré a été élue avec 68% d’abstention, c’est à dire 79670 électeurs rennais sur 116 000 qui ne sont pas allés voter. Elle dirige une des principales villes et métropoles de Bretagne avec 23 352 voix (sur 116 000 donc). L’illusion démocratique…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine