Pandémie. Il y a plus d’un siècle, les leçons de George Albert Soper

A LA UNE

Fête de la musique 2019 à Nantes : vers une mise en examen de Johanna Rolland

« Le jeune homme est bien tombé dans la Loire pendant l’intervention policière » : depuis hier soir, des titres de ce...

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Voici la traduction d’un texte paru en mai 1919 dans la revue new-yorkaise Science : « La pandémie qui balaie actuellement la planète est sans précédent. Nous avons connu des épidémies plus mortelles, mais elles étaient plus circonscrites ; nous avons connu des épidémies presque aussi étendues, mais elles étaient moins mortelles. […] Les esprits anxieux se préoccupent de la survenue d’une nouvelle vague. »

Il n’y pas un mot à changer dans l’extrait cité. Il est tiré d’un petit texte, The Lessons of the Pandemic, opportunément traduit et publié au mois de juin par les éditions Allia, sous le titre Leçons d’une pandémie. Son auteur, George Albert Soper (1870-1948), ancien élève de l’Institut Polytechnique Rensselear de New York et diplômé de l’Université Columbia en 1899, était ingénieur en santé publique dans l’administration de la Ville de New York, chargé notamment de l’inspection de l’air du métro.

En 1906-1907, il découvrit l’origine d’une épidémie de typhoïde ayant atteint une dizaine de famille dans différents États à partir de 1902. Cette source, qu’il suivit à la trace plusieurs mois durant, était une cuisinière d’origine irlandaise, professionnellement très mobile, ayant servi dans toutes les familles infectées. Elle-même asymptomatique, elle resta dans les polémiques locales sous le nom de Typhoid Mary. A une époque où les traitement contre les salmonelloses n’existaient pas, elle dut passer le reste de son existence internée dans un établissement de santé. Elle fut la première victime individuelle des rigueurs imposées par les précautions de santé publique.

Les leçons qu’il tira de cette enquête quasi policière sur une typhoïde balladeuse, Soper les appliquera en 1917 à la recherche des vecteurs de la grippe dite ‘espagnole’, qui atteint à cette époque quelque cinq cent millions de personnes dans le monde. Les premiers cas américains apparurent dans des camps militaires, et Soper y traqua les porteurs, avec une attention particulière sur les emplois du temps des uns et des autres pour tenter de repérer les porteurs sains. Plus attentif aux personnes qu’aux objets, Soper édicta alors un certain nombre de règles, admises et reprises par le service de santé militaire, et diffusées par lui.

Parmi les douze ‘commandements’ de Soper se trouvent notamment :

– l’évitement des rassemblements inutiles (les pathologies respiratoires sont pour lui des « maladies de foule ») ;

– le contrôle des toux et des éternuements, qui doivent être masqués ;

– le lavage attentif et fréquent des mains ;

– la non-transmission à autrui des objets touchés.

Donnés à une époque où les rétrovirus impliqués dans les épidémies pulmonaires étaient totalement inconnus, tous ces conseils, issus du bon sens et de l’observation des progressions épidémiques, sont toujours extrêmement judicieux. Et encore d’actualité un siècle après leur formulation.

JFG

George A. Soper, Leçons d’une pandémie, éditions Allia, 3,10 euros.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Eric Zemmour : « En politique, il faut prévoir le pire pour que celui-ci ne se produise pas et se donner les moyens de...

Eric Zemmour : « En politique, il faut prévoir le pire pour que celui-ci ne se produise pas et...

Lorient. De la cocaïne et des armes saisies, intervention du Raid

Le trafic de drogue continue d'empoisonner la Bretagne tandis qu'il enrichit les dealers, provenant souvent d'Île-de-France par ailleurs. À...

Articles liés

Covid-19. La situation s’améliore partout dans le monde, à l’exception de l’Asie de l’Ouest

Après avoir plafonné dans la semaine du 24 avril au 1er mai, les nombres hebdomadaires de contamination (-5%) et de décès (-5%) ont commencé...

Covid-19: quelques enseignements géopolitiques inattendus

Avant d’aborder, lorsque le temps sera venu, les conséquences géo-économiques de la crise sanitaire, et notamment leur rôle d’accélérateur dans la bascule de puissance...

Jacques Attali : « Il n y a pas de solution à la pandémie qui ne soit globale, de même qu’il n y a...

Jacques Attali s’est beaucoup exprimé, a beaucoup écrit, au sujet notamment de la pandémie de Covid-19 à travers le monde. Dans deux articles récents,...

Covid-19. « La pandémie semble bien désormais en voie d’extinction progressive et naturelle »

Bulletin bimensuel du Général Delawarde au sujet de la crise dite du Covid-19 Avant propos  Aujourd’hui trois sujets sont à l’ordre du jour : 1 – Un...