Langue bretonne. Des députés bretons interpellent les maires

A LA UNE

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

Violences policières internationales. Avec 32 morts, la France est plutôt bien classée

Le dernier rapport de l'IGPN, la police des polices, vient de sortir, balançant toutes les turpitudes supposées des policiers...

Des députés bretons ont cosigné une tribune afin d’inviter les maires des communes dépourvues de classes bilingues à soutenir financièrement le forfait scolaire pour les enfants scolarisés en langue bretonne dans une autre commune.

16 députés interpellent les maires pour aider la langue bretonne

C’est sous la plume du député des Côtes d’Armor Yannick Kerlogot que le texte en question a été rédigé. Une fois rappelé que les maires disposent de la compétence du « soutien à l’école primaire, à l’éducation des jeunes citoyens et citoyennes », les 16 députés souhaitent attirer l’attention des nouveaux élus « sur un enjeu très précieux, et même crucial : la promotion et le développement des langues de Bretagne pour qu’elles soient pérennes et vivantes ».

Puis la tribune développe : « La langue bretonne est enseignée grâce à la mobilisation complémentaire des trois réseaux que sont Div Yezh pour l’enseignement public, Dihun pour l’enseignement catholique privé sous contrat et Diwan pour les écoles immersives associatives. C’est leur militance et leur professionnalisme qui permettent une augmentation croissante du nombre d’élèves scolarisés ces dernières années. »

La contribution des municipalités de résidence sollicitée

Par la suite, Yannick Kerlogot rappelle qu’aujourd’hui, « c’est l’État, la Région très fortement, mais aussi les Conseils départementaux et parfois quelques communes qui financent ces établissements, en soutenant l’installation sur leur territoire d’une classe ou d’une école bilingue. »

Mais l’heure est venue pour les communes n’ayant pas de classes bilingues de contribuer elles aussi à la sauvegarde de la langue bretonne puisque, « par un amendement porté par de très nombreux députés bretons, il a été inscrit dans la loi « Pour une école de la confiance » du ministre J.-M. Blanquer, le principe d’une contribution volontaire qui invite les communes qui n’ont pas de classes bilingues à financer le forfait scolaire quand un élève qui n’est pas scolarisé dans leur commune, apprend le breton dans une école publique, privée ou associative d’une autre commune. »

Avec de telles dispositions, plus question pour les mairies en question de se défausser ? C’est en tout cas le souhait des signataires : « permettre à ses enfants d’apprendre le breton reste un acte volontaire des parents. Dans l’intérêt de ces jeunes apprenants, par respect pour le choix des parents qui vivent sur votre commune, il est essentiel que vous apportiez votre contribution, sans quoi la commune d’accueil se trouve seule à financer cet élève quand la commune de résidence fait des économies… »

La responsabilité partagée de la promotion de l’identité bretonne

Le député des Côtes d’Armor poursuit son argumentaire en citant le poète breton Eugène Guillevic, lequel déclarait il y a près de cinquante ans : « Mais ce que je veux, c’est que la Bretagne puisse parler. Et il faudra en chercher les moyens ».

Avant de souligner que le fait de « promouvoir une langue, une identité, une culture » est une « responsabilités partagée ». Les députés signataires invitent ainsi « les communes à financer volontairement ce forfait scolaire » et demandent « à la Préfète et au Recteur de faire respecter cette loi amendée et votée par les parlementaires bretons. À défaut d’accord, le préfet doit en effet réunir les maires pour la résolution du différend en matière de participation financière. »

Des députés qui rappellent aux maires, en guise de conclusion que « la Bretagne, et singulièrement les langues de Bretagne », ont besoin d’eux. Gageons que ces derniers saisissent l’importance du message…

Quant à l’identité des autres signataires, la liste est la suivante : Sandrine Le Feur, Graziella Melchior, Hervé Pellois, Gaël Le Bohec, Yves Daniel, Jimmy Pahun, Laurence Maillart-Méhaignerie, Didier Le Gac, Nicole Le Peih, Yannick Haury, Christine Cloarec-Le Nabour, Erwan Balanant, Jean-Charles Larsonneur, Éric Bothorel, Jean-Michel Jacques.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Covid : crise sanitaire avant effondrement économique ? – JT de TVLibertés du vendredi 30 juillet 2021 [Vidéo]

À la une de cette édition du 3. juillet 2021, le Covid, crise sanitaire avant choc économique ! Le journal...

Côtes-d’Armor : Le plan Alerte enlèvement déclenché pour un enfant de 8 ans

L'alerte a été lancée samedi matin par le ministère de la Justice pour retrouver un enfant qui aurait été...

Articles liés

Langues régionales. Une plainte déposée à l’ONU contre les discriminations de l’État français

L'ONU peut-elle sauver les langues régionales de France ? Le Réseau européen pour l’égalité linguistique compte en tous cas sur l'aide de l'organisation :...

Yannick Kerlogot : que dit le rapport sur les langues régionales ?

Yannick Kerlogot : que dit le rapport sur les langues régionales ? Interview par Eric Pinault sur le plateau de France 3 Bretagne le...

La ville de Ploemeur demande des « compétences en langue bretonne » pour des offres d’emploi

Voici un exemple à suivre ! La ville de Ploemeur dans le Morbihan vient de publier une série d'offres d'emploi communaux. Or pour certains d'entre...

Reuz er genstrivadeg ispisial Akademiezh Roazhon gant an amprouenn e brezhoneg

Hervez ar strollad Kelennomp e oa bet souezhet-bras lod o lenn an destenn bet kinniget er genstrivadeg ispisial CRPE 2021 evit ar brezhoneg  (testenn...