Langue bretonne. Kevre Breizh interpelle les candidats aux municipales

A LA UNE

Ivan Rioufol : « Le temps de la révolte est venu. » [Interview]

Journaliste, éditorialiste au Figaro et essayiste, Ivan Rioufol vient de publier Le Réveil des somnambules - Chronique d'une colère...

Entretien avec le chef de file des élus du Vlaams Belang au sein du Parlement flamand Chris Janssens.

Chris Janssens est député du parti nationaliste flamand de Belgique Vlaams Belang au sein du Parlement flamand, chef de...

Catherine Blein : « Dés que l’on s’exprime un peu hardiment, Marine Le Pen vous vire ou vous rabroue publiquement » [Interview]

Le 10 novembre prochain à 16h à la Cour d'appel de Rennes, se tiendra le procès en appel de...

Après l’attentat de Conflans. La victime, Samuel Paty, dans le collimateur de sa hiérarchie ?

Tout le monde sait maintenant que Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie décapité pour avoir montré des caricatures de Mahomet parues...

Professeur décapité : tué par un Tchétchène, Abdulakh Anzorov, mis à l’index par un prédicateur musulman

Un professeur d’histoire de 47 ans, Samuel Paty, a été égorgé et décapité ce vendredi 16 octobre à Conflans-sainte-Honorine...

L’association Kevre Breizh entend peser dans la campagne des prochaines élections municipales afin d’assurer la promotion de la langue bretonne. Elle vient de faire part de six engagements proposés aux candidats.

La langue bretonne dans la campagne électorale

Quelle place pour le breton lors des élections municipales ? La question est posée et l’association Kevre Breizh a déjà des réponses à suggérer aux futurs maires. Elle vient ainsi de faire parvenir aux candidats un questionnaire destiné à savoir quelles politiques concernant la langue et la culture bretonnes ils comptent mettre en œuvre durant leur potentiel prochain mandat. Toutefois, ce n’est pas le premier scrutin où Kevre Breizh s’intéresse aux projets des uns et des autres et, si les réponses ne manquent généralement pas de lui parvenir, c’est surtout la concrétisation par des actes qui fait défaut par la suite.

En plus d’interroger les candidats sur leurs ambitions en matière de promotion du breton, Kevre Breizh leur demande de clairement se positionner sur six engagements concrets. Parmi ceux-ci, l’association les incite à mettre en place une politique linguistique volontaire avec une commission dédiée à ce sujet au niveau municipal. Laquelle serait dotée d’un budget nécessaire. Par ailleurs, un adjoint référent « langue et culture bretonnes » devra aussi être nommé au sein de l’équipe municipale.

La question de l’enseignement est également sur la table puisque Kevre Breizh souhaite voir les municipalités soutenir le développement des filières bilingues immersives et à parité ainsi que les structures de formation au breton pour adultes.

« Ya d’ar brezhoneg », une charte pour le breton

Autre point d’engagement, les futurs maires et leurs équipes sont invités à créer des crèches et des centres de loisirs bilingues afin de permettre aux plus petits de pratiquer eux aussi le breton. Et plus généralement, de développer la pratique lors des activités de loisirs, sportives et culturelles.

Souvent source de polémique, la signalétique bilingue doit, selon Kevre Breizh, enfin occuper la place qui lui revient. En généralisant notamment le bilinguisme à parité pour toute la signalétique des communes. Ainsi qu’à travers les outils de communication des municipalités. Des domaines où certaines mairies paraissent encore frileuses.

Même sujet sensible concernant le respect de la toponymie en langue bretonne par les mairies demandé par Kevre Breizh, notamment lors de la création de nouvelles voies. Dans ce registre, le cas de Telgruc-sur-Mer, qui avait suscité l’indignation en Bretagne, avait donné lieu à un important rassemblement le 14 septembre 2019. Cet appel au respect et à l’usage de la langue bretonne faisait suite à la décision par le conseil municipal de la commune de baptiser trente nouvelles rues avec des noms en français totalement hors-sol et n’ayant plus rien à voir avec les noms bretons des lieux concernés.

En outre, Kevre Breizh ne manque pas de rappeler aux candidats de se prononcer sur leur future signature (ou non) de la charte « Ya d’ar brezhoneg » [NDLR : « Oui au breton »] en cas d’élection. Une charte déjà adoptée par 213 communes et 14 EPCI (établissement public de coopération intercommunale) à travers les cinq départements bretons et initiée par l’Office Public pour la promotion de la langue bretonne afin de promouvoir et développer l’usage de la langue bretonne dans la vie quotidienne.

Enfin, si nous avions souligné par le passé les prises de position clairement pro-immigration de certains responsables de Kevre Breizh lorsque l’association avait appelé, en 2016, au rassemblement « pour l’accueil des réfugiés et contre le Front national et les discours de rejet de l’autre et de haine », force est de reconnaître que les entités politiques et autres associations plus critiques sur cette question migratoire se font très discrètes concernant la défense du breton.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les derniers articles

Professeur décapité : les vrais responsables [Vidéo]

Au programme du journal de TVLibertés du lundi 19 ocotobre, retour sur la décapitation du professeur à Conflans-Sainte-Honorine par...

Insolite. Un nouveau couvent ouvre ses portes près de Rennes

Pas courant, par les temps qui courent, un couvent ouvre ses portes près de Rennes. Enfin plutôt renaît car...

Nantes. Florian Le Teuff se voit négocier avec Macron…

Il n’y a pas que le drapeau breton à installer à l’hôtel de ville qui mobilise les militants bretons de Nantes. Il y a...

Nantes. Bagarre dans un kebab : cinq mois ferme et six mois avec sursis

L’enrichissement culturel dote nos faits divers, dans les pays occidentaux, de décapitations, de gangs de violeurs issus du sous-continent indien ou plus prosaïquement de...

Une troisième édition pour le Finistèreman Everial ?

Lancé en 2019 par Stan Thuret, le Finistèreman Everial c'est la rencontre entre le triathlon très longue distance et la course au large. Le...

La gouvernance globale contre les États [L’Agora]

On nomme souvent complotistes ceux qui affirment qu’une minorité active d’individus influence les politiques mondiales pour augmenter son pouvoir. Deux choses sont assez simples à...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -